Le site du Docteur Daniel DERELLE pédiatre allergologue

Pédiatrie
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Alimentation de mon bébé non adaptée : que devrais-je savoir ? - Le site du Docteur Daniel DERELLE pédiatre allergologue - Docvadis

Alimentation de mon bébé non adaptée : que devrais-je savoir ?

De nombreuses boissons sont substituées aux laits infantiles. Elles ne couvrent pas les besoins des nourrissons et entraînent des carences graves pour la santé et le développement de l’enfant.

Quelle différence y a-t-il entre le lait, les préparations infantiles, les jus végétaux et les autres laits ?

Le lait : la réglementation européenne définit le lait comme « le produit provenant de la traited’une ou de plusieurs vaches ». En France, selon la réglementation en vigueur, tout lait provenant d’autres animaux doit porter la mention « lait de… » et préciser l’animal dont il est issu (lait de brebis, lait d’ânesse…).

Les préparations infantiles : elles sont constituées à partir de lait de vache; celui-ci ne convient pas aux enfants avant 3 ans. Il est modifié pour constituer les préparations infantiles, dont la composition est ainsi adaptée aux besoins des nourrissons.

Les boissons d’origine végétale : seules sont autorisées les appellations « lait de coco » et « lait d’amande ». Les autres produits doivent être appelés « boisson » ou « jus ».

Quels sont les besoins d'un nourrisson ?

Au cours de sa première année, l’enfant connaît une croissance très forte : son poids est multiplié par 3, il grandit d’environ 50 % par rapport à sa taille de naissance et son cerveau, qui pèse 300 à 400 g à la naissance, pèse plus de 1 kg à un an.

Il a besoin d’une alimentation adaptée pour accompagner sa croissance et lui permettre de se développer, avec des quantités de lipides, de calories, de vitamines et de micronutriments bien précises.

Les normes de composition des préparations pour nourrissons et préparations de suite ont été fixées en fonction de ces besoins.

Quelle est l’alimentation la mieux adaptée pour mon bébé ?

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande aux mamans d’allaiter leur bébé au cours des six premiers mois de sa vie.

Si elles ne peuvent pas ou choisissent de ne pas le faire, l’OMS préconise l’utilisation des laits infantiles 1âge (maintenant appelés préparations pour nourrissons), puis des laits 2âge (maintenant appelés préparations de suite) à partir de 4 mois.

Quelle est la composition d’une préparation infantile ?

L’Union Européenne fixele cadre règlementaire de la fabrication des préparations infantiles. Elles sont élaborées selon des normes strictes fixées à la suite de l’analyse du lait maternel, pour en être le plus proche possible. La règlementation impose également une forte traçabilité ; la provenance des laits est extrêmement contrôlée. Les préparations infantiles ne doivent pas contenir de substances néfastes ni pesticides (règlementation CE).

Pourquoi les préparations infantiles sont-elles adaptées à l’alimentation des bébés ?

La composition des préparations infantiles se rapproche au plus près de celle du lait maternel. Elles assurent l’ensemble des besoins nutritionnels des nourrissons avant un an et procurent les quantités nécessaires de fer, de graisses, de vitamines ou encore de minéraux, qui permettent aux bébés de bien se développer.

Pourquoi les jus végétaux et les laits d’origines végétales ou non bovines ne sont-ils pas adaptés aux besoins des bébés ?

Les jus végétaux et les autres laits contiennent très peu de calories (38 pour 100 ml pour le soja, par exemple, contre 67 pour le lait 1âge), trop peu de fer (il n’y en a pas du tout dans le jus de riz), de calcium, de lipides et de vitamines.
Ils contiennent en revanche trop de sel.

Leur utilisation entraîne chez le nourrisson une insuffisance d’apports en énergie, en protéines, en acides aminés, en lipides, en minéraux, en vitamines et en oligo-éléments.

Quelles peuvent être les conséquences d’une alimentation non adaptée pour mon bébé ?

Des complications sévères ont été identifiées, notamment des risques :

  • D’anémie (manque de fer pour lequel on doit parfois procéder à des transfusions)

  • De carences en protéines et en zinc qui engendrent des problèmes cutanés majeurs

  • De carences en vitamines D et en calcium qui peuvent aboutir à des convulsions.

  • De carences en acides gras essentiels ou le fer qui peuvent provoquer des anomalies du développement cérébral de l’enfant.

D’une manière générale, chez un nourrisson, tout déficit d’apport essentiel a des conséquences graves ; il peut se retrouver en état de malnutrition, avec des complications pouvant aller jusqu’au décès.

 

De la naissance à 3 ans, un enfant a des besoins spécifiques en matière d’alimentation. Celle-ci doit être adaptée pour lui permettre de se développer dans de bonnes conditions. Les boissons autres que le lait maternel ou les laits infantiles ne présentent aucun intérêt et présentent un réel danger pour le développement de l’enfant. Votre pédiatre ou médecin généraliste suivant votre enfant peut vous renseigner en cas de question. Vous pouvez également vous reporter au dossier de l’OMS consacré à ce sujet : http://www.who.int/topics/infant_nutrition/fr/index.html

Cabinet Dr Daniel DERELLE


Cabinet de pédiatrie et d'allergologie, 2 Rue Thiers,
54200 Toul, France

Contacts

  • Fixe : 03 83 43 34 65
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je choisis mieux mes aliments pour lutter contre mon excès de cholestérol

    Apprenez à consommer peu d'aliments augmentant le mauvais cholestérol et favorisez les aliments qui augmentent le bon cholestérol. Limitez fromages, produits laitiers au lait entier, beurre, crème fraîche, viande rouge, abats, œufs, charcuterie et viennoiseries. Privilégiez légumes, fruits et céréales complètes (les fibres qu'ils contiennet favorisent la digestion et l'élimination des graisses), ainsi que les poissons gras.

    Lire la suite
  • J'apprends à lire les étiquettes pour mieux choisir mes produits alimentaires

    L’étiquetage de denrées alimentaires préemballées répond à des règles précises. Obligatoires, la liste des ingrédients et la présence possible d’allergènes doivent faire l’objet de toute votre attention. L’étiquetage est fait pour aider le consommateur dans ses choix. Il doit être visible.

    Lire la suite
  • Mon bébé est constipé

    La constipation du nourrisson est source de douleur pour le bébé et d’inquiétude pour les parents. Bien que ce phénomène soit bénin, il ne faut pas le laisser s’installer.

    Lire la suite
  • 8 trucs pour une bonne alimentation de votre adolescent

    L’adolescence est une période de croissance particulièrement importante. Une alimentation équilibrée et la pratique d’une activité physique régulière sont indispensables à son développement. Cependant, à cet âge, votre ado a des besoins alimentaires particuliers en fer, calcium et vitamine D.

    Lire la suite
  • Quiz : savez-vous quoi faire pour adopter de bonnes habitudes alimentaires ?

    Avoir de bonnes habitudes alimentaires est primordial pour votre santé et limite les risques de maladies comme le diabète, l’hypercholestérolémie, mais aussi le surpoids et l’obésité. Avez-vous bien retenu toutes les informations essentielles données par votre médecin? Evaluez vos connaissances en répondant à ce quiz !

    Lire la suite

Urgences et premiers soins

Je souhaite contacter les urgences. Qui dois je appeler ? Pour quoi ?

Le SAMU (15) : Réponse en direct.
Urgences Médicales. Blessés par accident. Malaise dans un lieu public. Accident du travail

Les POMPIERS (18) : Réponse en direct.
Incendie. Accident de la route. Accident domestique, c'est-à-dire survenant à la maison. Explosion. Intoxication au Gaz ou toxiques. Noyade.

La SECURITE (17) : Réponse en direct.
Accident de la route.

L'URGENCE (112) : Service centralisateur.

Numéro européen à utiliser de préférence depuis un téléphone mobile.
Votre appel sera dirigé vers un des services de secours le plus proche.

Découvrez tous nos conseils

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale