Le site du Docteur Corinne PORKOLAB

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Je voyage avec mon diabète de type 1 - Le site du Docteur Corinne PORKOLAB - Docvadis

Je voyage avec mon diabète de type 1

Vous êtes diabétique de type 1 et vous allez voyager. Certaines précautions doivent être prises pour prévenir tout risque de déséquilibre de votre diabète.

En cas de décalage horaire, comment dois-je adapter mes injections d'insuline?

Les voyages Nord-Sud ou Sud-Nord ne posent pas de problème particulier, puisque vous ne changez pas de fuseau horaire. D’Est en Ouest, et inversement, si le décalage horaire ne dépasse pas trois heures, vous pouvez conserver votre rythme thérapeutique (schéma insulinique).

Si vous voyagez vers l’Ouest (Paris-New York), partez de préférence le matin.
A partir de 5-6 heures de décalage horaire, compensez avec de l’insuline rapide si vousen prenez. Par exemple, intercalez une injection d’insuline rapide (un quart des besoins pendant 24 heures) par tranche horaire de 5/6 heures. Prévoyez une dose d’insuline rapide avant le déjeuner servi dans l’avion, puis reprenez de l’insuline intermédiaire au dîner en dose réduite.

Si vous voyagez vers l’Est (Paris-Hong Kong), partez de préférence le soir et remplacez l’injection d’insuline retard par une dose équivalente d’insuline rapide.

Une règle importante pour les longs voyages de plus de 6 heures : conservez votre montre à l’heure du pays d’origine jusqu’à l’arrivée et le premier repas dans le pays de destination.

Quelles précautions dois-je prendre pour un long voyage ?

Si votre voyage dure plus de 12 heures, pensez à contrôler votre glycémie au moins toutes les 6 heures.

Si vous voyagez en avion et si vous décidez de dormir durant le vol, utilisez un réveil ou demandez à un agent de bord de vous réveiller à l’heure de votre repas ou de votre injection.

Attention : l’utilisation de sédatifs légers ou de somnifères pour dormir durant votre voyage peut modifier votre perception de l’hypoglycémie.

Vous devez tenir compte du fait que les plateaux-repas dans les avions ont des quantités d’hydrate de carbone réduites. Vous devez compenser en mangeant du pain.

Prévoyez une collation dans votre sac à main.

Si vous voyagez en bateau, le mal de mer peut perturber votre prise alimentaire. Il faut en tenir compte et adapter votre insuline.

Enfin, après une injection, pensez à ranger votre seringue usagée dans votre trousse à pharmacie. Surtout, ne la laissez pas dans la pochette en face de votre siège ou sur votre siège.

Comment transporter mon insuline ?

Placez votre insuline dans un emballage isotherme, car elle est sensible aux variations de température.
Si vous voyagez en avion, conservez avecvous de quoi vous traiter et vous surveiller durant le vol, dans le respect de la limite de 100 millilitres de liquide (soit un dixième de litre) en bagage cabine. Le reliquat de votre insuline doit donc voyager en soute. La température de la soute où sont transportés les bagages varie entre 8 et 13 degrés centigrades. Vous pouvez donc sans problème mettre votre insuline supplémentaire dans vos bagages enregistrés en soute.

En cas de perte, de vol de mon insuline, que faire ?

Partout dans le monde, vous pourrez trouver de l’insuline rapide et de l’insuline lente.
Attention, certains pays commercialisent de l’insuline à des concentrations différentes de celles que l’on trouve en France. Pensez à bien vérifier la concentration et à prendre les seringues adaptées à ces dosages.

Pour la préparation d’un voyage, il est conseillé de partir avec un stock suffisant de matériel et d’insuline pour la durée du voyage, en comptant une dizaine de jours supplémentaires.

Cabinet médical

51 Avenue Ambroise Croizat,
38400 Saint-Martin-d'Hères, France

Contacts

  • Fixe : 04 76 63 84 48
  • Fax : 04 67 63 29 21
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je pars en mer : que devrais-je savoir sur le mal de mer ?

    Le bateau est le moyen de transport le plus susceptible de provoquer le mal des transports. Pouvant toucher un passager occasionnel comme un marin aguerri, le mal de mer, appelé naupathie, peut entraîner des symptômes bien plus importants qu’une simple nausée.

    Lire la suite
  • Je fais des exercices physiques lors d’un long trajet en avion

    Cette fiche à imprimer vous accompagnera dans vos longs trajets en avion en vous indiquant dix exercices simples à faire depuis votre siège. En plus de détendre et soulager les muscles ankylosés, ces exercices, notamment ceux faisant travailler les jambes, facilitent la circulation sanguine et limitent ainsi le risque de phlébite.

    Lire la suite
  • En voyage : je me méfie d'un animal pouvant être enragé

    La rage est une maladie virale transmise à l’homme par un mammifère, le plus souvent un chien, lors d’une morsure ou d’un léchage sur une peau lésée. La maladie est toujours mortelle une fois déclarée. Il est impératif de respecter les mesures de précaution et de consulter très rapidement si vous avez eu un contact à risque avec un animal potentiellement porteur.

    Lire la suite
  • Je sais installer correctement ma moustiquaire

    Les moustiquaires imprégnées d’insecticide vous protègent efficacement contre plusieurs maladies comme le paludisme, la leishmaniose ou la filariose qui sont transmises par des insectes vecteurs. Il est important de les utiliser correctement.

    Lire la suite
  • En voyage, je me protège des piqûres de moustiques

    De nombreuses maladies peuvent être transmises par des moustiques lors d’un séjour dans un pays étranger ou dans les départements et territoires français d’outre-mer. La lutte contre les moustiques est le meilleur moyen de prévention même s’il existe aussi des médicaments préventifs contre le paludisme et des vaccins contre la fièvre jaune ou l’encéphalite japonaise.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale