Qu'est-ce que le VIH ?

Le VIH ou Virus de l'Immunodéficience Humaine, est un rétrovirus (virus à ARN) qui se transmet par voie sexuelle ou via un contact de sang contaminé (utilisation d'une même seringue par plusieurs personnes, ou lors d’un accident d’exposition au sang).

Il peut se transmettre de la mère à l’enfant si la mère n’est pas traitée ou lors de l’allaitement.

Il ne se transmet ni par les urines, ni par la salive, ni par les piqûres de moustiques, ni par les larmes.

Il existe 2 types de virus : VIH-1 et VIH-2 (moins fréquent) et différents sous-types viraux.

En France, il y a environ 173 000 personnes touchées par le VIH dont 24 000 ne se savent pas contaminées. Depuis quelques années, il y a environ 6200 nouvelles découvertes par an en France.

https://www.docvadis.fr/corevih-bourgogne-franche-comte/documents-utiles/epidemiologie-regionale-nationale-mondiale-vih/pvvih-et-decouvertes-de-seropositivites-vih-en-france-en-2018/

Lorsque le virus atteint une personne, il chemine jusqu'aux ganglions où il infecte certaines cellules de défense immunitaire, principalement les lymphocytes CD4 qui constituent des réservoirs de virus.

Plus il se multiplie, plus il infecte de CD4 et moins le corps a la capacité de se défendre contre les infections même banales.

Le VIH est une infection chronique qui évolue vers le sida en quelques années en l’absence de traitement antirétroviral.

Etre contaminé par le VIH ne veut pas dire que l'on va avoir le sida :

-Etre séropositif veut dire que l’on possède des anticorps anti-VIH, que l’on est infecté par le VIH mais pas forcément malade.

-Etre au stade Sida veut dire que l’on a eu une maladie grave liée au virus, survenue longtemps après la contamination en l’absence de traitement.


Quelle est l’évolution naturelle du virus ?

Quelques jours après la contamination (environ 15 jours), la première phase de la maladie

apparait, appelée Primo-infection qui peut passer inaperçue dans 50 % des cas.

Dans l’autre moitié des cas, des symptômes peuvent apparaitre : fièvre, éruption cutanée, syndrome grippal qui dure, angine, ganglions, signes digestifs, etc…puis ils disparaissent.

Cette phase correspond à la phase où la personne est la plus contaminante car la réplication du virus est très importante et la personne ne sait pas qu’elle est contaminée.

Pendant plusieurs années, le virus va rester latent ou se multiplier progressivement jusqu’à ce que les défenses immunitaires diminuent fortement.

Le sida ou syndrome d’immunodéficience acquise apparait après plusieurs années d’évolution sans traitement, suite à la perte progressive des défenses immunitaires. L’organisme devient incapable de lutter contre les agents infectieux, ce qui permet le développement des infections opportunistes qui peuvent être graves.

En 2018, il est recommandé que toute personne vivant avec le VIH soit traitée par antirétroviraux, quel que soit le taux de CD4 et le plus tôt possible.

Grâce au traitement, l’espérance de vie est proche d’une personne séronégative.

En 2018, les traitements antirétroviraux sont la plupart du temps des trithérapies et souvent combinées dans un seul comprimé. Les traitements sont à prendre à vie, car on ne sait pas actuellement éradiquer le virus.

Des progrès sont attendus avec la commercialisation des antirétroviraux de longue durée d’action (plusieurs mois) et peut-être un jour de médicaments qui permettront d’éradiquer le virus.

Actuellement, une personne vivant avec le VIH prenant un traitement antirétroviral correctement et ayant une charge virale VIH dans le sang indétectable depuis plus de 6 mois, en l’absence d’IST, ne transmet pas le VIH à ses partenaires.

Le dépistage a un intérêt individuel, permettant à la personne séropositive d’être suivie et traitée le plus tôt possible pour éviter la progression de la maladie et les complications et également un intérêt collectif afin d’éviter la contamination de ses partenaires lorsque l’on est traité avec une charge virale VIH indétectable en l’absence d’IST.

Mon test est positif, qui dois-je appeler en BFC ?

CHRU JEAN MINJOZ


COREVIH Bourgogne-Franche-Comté, 3 bd Alexandre Fleming,
25000 Besançon, France

Contacts

  • Fixe : 03.81.21.80.98
  • Fax : 03.81.21.84.67
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Urgences et premiers soins

Je souhaite contacter les urgences. Qui dois je appeler ? Pour quoi ?

Le SAMU (15) : Réponse en direct.
Urgences Médicales. Blessés par accident. Malaise dans un lieu public. Accident du travail

Les POMPIERS (18) : Réponse en direct.
Incendie. Accident de la route. Accident domestique, c'est-à-dire survenant à la maison. Explosion. Intoxication au Gaz ou toxiques. Noyade.

La SECURITE (17) : Réponse en direct.
Accident de la route.

L'URGENCE (112) : Service centralisateur.

Numéro européen à utiliser de préférence depuis un téléphone mobile.
Votre appel sera dirigé vers un des services de secours le plus proche.

Découvrez tous nos conseils

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale