Edito 2019

Avec environ 6 000 nouvelles découvertes de séropositivité VIH en France chaque année et environ 25 000 personnes ignorant leur infection, la prévention et le dépistage du VIH sont toujours d’actualité en 2019.

En Bourgogne-Franche-Comté, 2 316 personnes vivant avec le VIH étaient suivies régulièrement en 2017 dans nos centres hospitaliers et 96 % des personnes séropositives suivies avaient une charge virale indétectable.

75 personnes ont été prises en charge dans les centres hospitaliers, suite à la découverte de leur séropositivité cette même année.

Parmi les nouveaux diagnostics, 72 % sont des hommes d’âge moyen de 41 ans. 41 % en Franche-Comté et 34 % en Bourgogne avaient plus de 50 ans au moment du diagnostic. Parmi les découvertes en 2017, 49 % des personnes ont des rapports sexuels entre hommes (HSH) ; 41 % en Franche-Comté vs 53 % en Bourgogne. 13 % ont présenté une infection opportuniste inaugurale de l’infection par le VIH. 20 % des personnes avaient moins de 200 CD4/mm3 et 32 % plus de 500 CD4/mm3 au moment du diagnostic en 2017.

Le profil de la personne qui découvre sa séropositivité en Franche-Comté en 2017 est plutôt un homme hétérosexuel âgé de plus de 50 ans et diagnostiqué à un stade plus tardif ; alors qu’en Bourgogne, il s’agit plutôt d’un HSH de moins de 50 ans diagnostiqué à un stade plus précoce de l’infection.

Ces données sur les séniors ont été confirmées en novembre dernier par Santé Publique France : « Ce niveau de dépistage insuffisant chez les seniors peut être expliqué par une moindre perception du risque de contamination par le VIH, à la fois par les personnes elles-mêmes mais également par les professionnels de santé, alors que l’exposition à l’infection persiste au-delà de 50 ans. Il est donc important que les actions de prévention incluent cette population. »

Un concept connu depuis quelques années a été largement diffusé en 2018 auprès des professionnels et de la population : le U=U (undetectable = untransmittable) ou I=I (indétectable = intransmissible). Une personne séropositive et traitée avec une charge virale VIH indétectable ne transmet pas le VIH (plusieurs études l’ont démontré comme HPTN052 et PARTNER 1&2).

Au sein du COREVIH Bourgogne-Franche-Comté, l’année 2018 a été dédiée à la réalisation d’un état des lieux global de la prise en charge du VIH et des IST au sein de 3 commissions de travail.

Ce travail a permis de connaitre les différents acteurs de la lutte contre le VIH de ce vaste territoire et de mettre en lumière les différences de fonctionnement et les besoins des structures, des usagers et des patients.

Aussi les priorités du COREVIH BFC, pour les années 2019-2021 sont :

1) La PrEP

Parmi les nouvelles avancées ces dernières années, la mise à disposition de La PrEP, un nouvel outil de prévention VIH qui consiste à prendre des antirétroviraux (Emtricitabine/Ténofovir) soit en continu soit à la demande, lors de rapports sexuels à risque d’exposition au VIH.

Les experts de la prise en charge médicale des PVVIH sous la direction du Pr MORLAT en 2018 recommandent la PrEP pour les individus très exposés à l’infection VIH. Toute personne HSH ou transgenre non infectée par le VIH est potentiellement éligible à la PrEP.

Les premières données de suivi post-essai IPERGAY à 18 mois, confirment l’excellente efficacité de la PrEP à la demande chez les HSH ; elle est estimée à 97 %. Les résultats du programme de recherche ANRS PREVENIR montrent à un an que 85 infections VIH ont été évitées avec la PrEP en France.

La PrEP n’est pas seulement un médicament, c’est une prise en charge globale!

En Bourgogne-Franche-Comté, 100 PrEP ont été initiées en 2017, majoritairement chez des HSH, au sein de services hospitaliers et de CeGIDD, avec une nette augmentation des consultations en 2018.

Nos objectifs pour 2019-2021 sont :

  • Augmenter l’offre de consultations PrEP (en termes de lieux et de populations notamment en direction des migrants et des travailleurs du sexe) et améliorer la communication sur ce nouvel outil,
  • Uniformiser les pratiques des professionnels : diagnostic et traitement des IST, mise à jour du calendrier vaccinal etc…
  • Renforcer les articulations entre les différents professionnels impliqués dans le suivi des Prépeurs,
  • Sensibiliser et former les médecins généralistes à la PrEP qui sont amenés à la renouveler.


2) Les migrants (notamment d’Afrique sub-saharienne) : population plus particulièrement vulnérable au VIH et aux IST

L’étude PARCOURS a montré que dans la moitié des cas, il faut 6 à 7 ans pour que les personnes issues de l’immigration provenant d’Afrique Subsaharienne obtiennent un titre de séjour d’au moins un an, un logement personnel et un travail.

« Un tiers à la moitié des immigrés subsahariens vivant avec le VIH s’étaient infectés en France et non dans leur pays d’origine. »

Nos objectifs pour 2019-2021 sont :

  • Identifier les structures d’accueil et d’hébergement des personnes étrangères et faciliter la communication et la coordination,
  • Faire connaitre les droits administratifs et médicaux des personnes étrangères malades aux professionnels du secteur sanitaire et médico-social et aux malades,
  • Améliorer l’exhaustivité des données épidémiologiques des migrants infectés par le VIH en BFC,
  • Identifier et faire remonter les difficultés d’accès aux soins, au logement des migrants (plaidoyer du COREVIH),
  • Faciliter la prévention et le dépistage du VIH/hépatites/IST chez les primo-arrivants (bilan de santé ? formations des professionnels des structures d’accueil etc…),
  • Inventer l’articulation entre le dépistage VIH et l’accès à la PrEP (surtout pour les femmes migrantes en situation de vulnérabilité).


3) Le Chemsex

Le Chemsex désigne despratiques de consommation de substances psychoactives dans le cadre de relations sexuelles. Il est un sujet qu’il nous faut prendre réellement en considération dans la prévention du VIH/IST et dans la prise en charge des PVVIH.

Nos objectifs pour 2019-2021 sont :

  • Sensibiliser/Former les CSAPA, addictologues, CeGIDD, services d’urgences, associations, infectiologues, psychologues, sexologues à cette problématique,
  • Identifier les professionnels de la région en capacité de prendre en soins les chemsexeurs,
  • Proposer une prise en soins multidisciplinaire incluant les professionnels de la santé sexuelle et ceux de la RdR (Réduction des Risques), faciliter les articulations et les maillages.


4) Accès aux Soins et Parcours de Santé des PVVIH

Les experts VIH recommandent une prise en charge coordonnée et le partage des informations.

Notre objectif pour 2019-2021 est :

  • Le COREVIH a pour projet en 2019 de mettre en œuvre un "suivi médico-social partagé" pour les patients dits complexes au vu de leur situation sociale, multi-pathologiques ou en lien avec des interactions entre le traitement et les addictions. La plateforme eTICCSS, nouvel outil numérique de coordination, permettra ce suivi sur la région Bourgogne-Franche-Comté, tout en permettant un suivi partagé entre la médecine de ville et l’hôpital ainsi qu’entre les médecins généralistes et spécialisés.


5)Vieillissement des Personnes Vivant avec le VIH (PVVIH)

En raison des progrès thérapeutiques, les PVVIH vieillissent, les comorbidités augmentent avec l’âge et la durée d’exposition au VIH et aux antirétroviraux ; un des défis des années à venir sera d’accompagner les PVVIH vers cette nouvelle étape de leur vie.

Nos objectifs pour 2019-2021 sont :

  • Anticiper le vieillissement des PVVIH et l’accueil des PVVIH dans les filières gériatriques,
  • Sensibiliser les professionnels de ces structures à la pathologie VIH et à l’accueil des LGBT,
  • S’assurer que le coût des ARV ne soit pas un frein à l’admission en EMS,
  • Améliorer la coordination entre les différents spécialistes impliqués dans la PEC des comorbidités et anticiper les interactions médicamenteuses.

Les outils de prévention et de dépistage se diversifient, la prise en charge des PVVIH évolue et les outils numériques de partage d’informations médico-sociales se développent. Les acteurs de la lutte contre le VIH doivent s’adapter à ces évolutions et proposer une prise en charge la plus adaptée possible.

Au nom du COREVIH Bourgogne-Franche-Comté, je vous souhaite une très bonne année 2019, une belle collaboration entre tous et des projets novateurs dont l’objectif essentiel est d’améliorer la qualité de vie et de prise en charge des personnes concernées par le VIH et les IST.

Amicalement,

Patrice MURET - Président COREVIH

CHRU JEAN MINJOZ


COREVIH Bourgogne-Franche-Comté, 3 bd Alexandre Fleming,
25000 Besançon, France

Contacts

  • Fixe : 03.81.21.80.98
  • Fax : 03.81.21.84.67
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Urgences et premiers soins

Je souhaite contacter les urgences. Qui dois je appeler ? Pour quoi ?

Le SAMU (15) : Réponse en direct.
Urgences Médicales. Blessés par accident. Malaise dans un lieu public. Accident du travail

Les POMPIERS (18) : Réponse en direct.
Incendie. Accident de la route. Accident domestique, c'est-à-dire survenant à la maison. Explosion. Intoxication au Gaz ou toxiques. Noyade.

La SECURITE (17) : Réponse en direct.
Accident de la route.

L'URGENCE (112) : Service centralisateur.

Numéro européen à utiliser de préférence depuis un téléphone mobile.
Votre appel sera dirigé vers un des services de secours le plus proche.

Découvrez tous nos conseils

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale