Le site du Docteur Christine MILLER

Autre
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Chimiothérapie : une chambre implantable va m'être posée - Le site du Docteur Christine MILLER - Docvadis

Chimiothérapie : une chambre implantable va m'être posée

On vous a proposé de vous poser une chambre implantable, afin de vous administrer la chimiothérapie de façon sûre et confortable.

C’est quoi une chambre implantable ?

Une chambre implantable est un boîtier que l’on met sous la peau, relié à un cathéter (fin tuyau souple) lui-même implanté dans une veine de gros calibre (voie veineuse centrale).Ce système est aussiappelé port A Cath ® (PAC), ou site veineux implantable (SVI), ou dispositif veineux implantable (DVI), ou chambre à cathéter implantable.

Eléments constituant vos yeux

A quoi sert une chambre implantable ?

Les médicaments de chimiothérapie risquent d’abîmer les veines du fait de leur administration répétée. Ils peuvent également induire des complications locales douloureuses.Ce système permet de vous administrer les médicaments de chimiothérapie, en préservant votre capital veineux périphérique (principalement les veines du bras), et d’améliorer votre confort.

Où la chambre implantable est-elle posée ?

Selon les établissements de soins, la chambre implantable peut être posée au niveau de la partie haute du thorax (généralement à droite), ou au niveau de l’avant-bras (le dispositif veineux est alors plus petit).Le système qui vous est proposé sera installé en totalité sous la peau et se perçoit extérieurement par une petite bosse.La peau est nette, il n’y a pas de pansement à faire (sauf juste après la pose).Vous pourrez vous laver, vous habiller comme vous le souhaitez, faire du sport, vous baigner,  voyager…

Comment est-elle implantée ?

Elle est installée avant le début ou au décours de la chimiothérapie. La pose se fait au bloc opératoire ou dans un service de radiologie.Elle est réalisée par un chirurgien, un anesthésiste ou un radiologue, sous anesthésie locale ou générale selon les cas.Elle nécessite une courte hospitalisation, parfois ne dépassantpas quelques heures.

La chambre est installée en réalisant un décollement sous la peau, au contact du muscle.Le cathéter est introduit dans la veine soit par ponction, soit par dissection complète de la veine. L’une des extrémités du cathéter est reliée à la chambre, l’autre est placée dans la veine cave.Après cette intervention qui dure moins d’une heure, une radiographie du thorax permet de contrôler la position correcte du cathéter et de dépister d’éventuelles complications.Les fils sont enlevés entre le 7e et le 10e jour, sauf s’il s’agit de fils résorbables.Une carte patient (fournie par le fabricant du dispositif) vous sera remise à votre sortie.

Eléments constituant vos yeux

Comment est-elle utilisée pour la chimiothérapie ?

Lors de chaque cycle de chimiothérapie, il suffit de piquer le réservoir pour accéder à la veine.L’infirmier(ère) utilise des aiguilles spéciales (aiguilles d’Hubert), afin de préserver la membrane.Un anesthésique local en patch ou en crème peut être appliqué une heure avant l’utilisation de la chambre implantable, afin de diminuer l’impression de piqûre.

 

Eléments constituant vos yeux

Quels sont les risques éventuels ?

Pendant la pose, les risques liés à l’implantation sont faibles :

  • risques liés àl’anesthésie ;

  • risque de pneumothorax (présence d’air dans la plèvre qui est la membrane qui entoure le poumon, nécessitant parfois une évacuation par une aiguille ou un drain). La radiologie de contrôle permet de s’assurer qu’il n’y a pas de pneumothorax.

Immédiatement après l’intervention, un hématome peut survenir au pourtour de la chambre (sans gravité).La douleur est généralement modérée, mais peut nécessiter la prise d’antalgiques.A distance de l’intervention, quelques complications peuvent survenir.Il peut y avoir une infection du cathéter. L’infection sera traitée par des médicaments. Si le traitement est insuffisamment efficace, le cathéter sera enlevé.Une thrombose (caillot de sang dans la veine) peut amener la prescription d’un traitement spécifique. Si le traitement est insuffisamment efficace, le cathéter sera enlevé.La rupture ou la désinsertion du cathéter sont exceptionnelles.

A la fin de la chimiothérapie, selon la décision de votre oncologue, ou après discussion, ou à votre demande, le cathéter et la chambre implantable seront retirés sous anesthésie locale.Le cathéter veineux central peut être laissé en place sans risque majeur.

Docteur Christine MILLER

3 Rue Max Barel ,
06500 MENTON, France

Contacts

  • Fixe : 04 93 35 35 45
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je vais être opéré d'un cancer du poumon

    On a diagnostiqué ou on suspecte fortement chez vous un cancer du poumon, et une intervention chirurgicale a été décidée. Comment va-t-elle se passer ?

    Lire la suite
  • Diabétiques : les bonnes règles de vie

    Cette vidéo vous indique des conseils alimentaires à mettre en place dans la prise en charge du diabète. Ces indications sont simples et peuvent être appliquées à toute la famille : l'alimentation du diabétique est une alimentation équilibrée et normale. La pratique d’un exercice régulier et soutenu est le second pilier de la vie équilibrée d’une personne diabétique

    Lire la suite
  • Je prends des benzodiazépines : que devrais-je savoir ?

    Les benzodiazépines sont une classe de molécules qui agissent sur le système nerveux central, prescrites pour traiter un problème d’anxiété, d’insomnie ou encore d’épilepsie. Si ces médicaments font souvent preuve d’une grande efficacité dans le traitement de ces troubles, il est important de suivre scrupuleusement les prescriptions de votre médecin, car un mauvais usage de ces molécules fait courir des risques.

    Lire la suite
  • Je vais avoir un implant oculaire pour traiter ma cataracte

    Au cours de la cataracte, le cristallin devient opaque, entraînant une baisse de la vue. L’évolution de la cataracte est très variable d’une personne à l’autre. Dans tous les cas, l’intervention chirurgicale est le seul véritable traitement de cette maladie.

    Lire la suite
  • Je comprends les résultats de mon frottis du col utérin et les suites données

    On vous a fait un frottis dans le cadre du dépistage du cancer du col de l’utérus. Ce frottis doit être régulier chez toutes les femmes de 20 à 65 ans, y compris chez les femmes ayant bénéficié d'une vaccination anti-HPV. Le dépistage à partir de 65 ans n’est plus nécessaire s’il a été réalisé régulièrement avant.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale