Le site du Docteur Christine CORNANGUER

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée
J’apprends à retirer une tique : les bons conseils - Le site du Docteur Christine CORNANGUER - Docvadis

J’apprends à retirer une tique : les bons conseils

Les tiques sont des acariens qu’on trouve le plus souvent dans les bois et les hautes herbes. Des maladies infectieuses, liées à des bactéries ou des virus, peuvent être transmises par les tiques. Certaines peuvent avoir des conséquences graves. Il est donc nécessaire de se protéger contre les tiques et de savoir les retirer correctement. Voici quelques conseils simples à suivre.

6 bons conseils pour retirer une tique

Je ne tue pas la tique au préalable avec une source de chaleur ou une substance chimique (éther, alcool, etc.).

  Je retire ma tique avec une pince spéciale disponible en pharmacie. Si la tique est trop petite, je peux utiliser une pince à épiler.
 

Je tourne lentement, dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, sans tirer, jusqu'à ce que la tique se décroche.

 

J'applique ensuite un antiseptique sur la zone de morsure.

 

Je surveille la lésion pendant un mois.Si elle devient boursouflée, enflammée et douloureuse, je consulte mon médecin.

  Je suis attentif à mon état général: je consulte un médecin si je ressens des symptômes grippaux, des fourmillements, voire une paralysie au niveau du visage ou une fatigue inhabituelle.

Vous pouvez également utiliser une pince à épiler en cas de morsure, il suffit de tirer la pince vers le haut pour retirer la tique.  

Consultez immédiatement votre médecin si la morsure concerne une femme enceinte, un enfant de moins de 8 ans, ou si vous avez été mordu depuis plus de 36 heures.                                      

Dans les régions particulièrement sensibles, pensez toujours à avoir un tire-tique dans votre trousse à pharmacie.

Cabinet médical du Dr Cornanguer

8 rue de De Jarente ,
75004 Paris, France

Contacts

  • Fixe : 01 42 76 03 63
  • Fax : 01 42 76 09 49
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je pars en mer : que devrais-je savoir sur le mal de mer ?

    Le bateau est le moyen de transport le plus susceptible de provoquer le mal des transports. Pouvant toucher un passager occasionnel comme un marin aguerri, le mal de mer, appelé naupathie, peut entraîner des symptômes bien plus importants qu’une simple nausée.

    Lire la suite
  • Je fais des exercices physiques lors d’un long trajet en avion

    Cette fiche à imprimer vous accompagnera dans vos longs trajets en avion en vous indiquant dix exercices simples à faire depuis votre siège. En plus de détendre et soulager les muscles ankylosés, ces exercices, notamment ceux faisant travailler les jambes, facilitent la circulation sanguine et limitent ainsi le risque de phlébite.

    Lire la suite
  • En voyage : je me méfie d'un animal pouvant être enragé

    La rage est une maladie virale transmise à l’homme par un mammifère, le plus souvent un chien, lors d’une morsure ou d’un léchage sur une peau lésée. La maladie est toujours mortelle une fois déclarée. Il est impératif de respecter les mesures de précaution et de consulter très rapidement si vous avez eu un contact à risque avec un animal potentiellement porteur.

    Lire la suite
  • Quelles précautions dois-je prendre pour prévenir une phlébite ?

    La phlébite des membres inférieurs risque de survenir quand la circulation veineuse est ralentie ou empêchée. La formation d’un caillot dans une veine profonde des membres inférieurs peut avoir des conséquences graves (embolie pulmonaire) et doit être évitée.

    Lire la suite
  • Je sais installer correctement ma moustiquaire

    Les moustiquaires imprégnées d’insecticide vous protègent efficacement contre plusieurs maladies comme le paludisme, la leishmaniose ou la filariose qui sont transmises par des insectes vecteurs. Il est important de les utiliser correctement.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale