Le site du Docteur Christine CORNANGUER

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée
Je connais les dispositifs d'accueil pour la scolarité de mon enfant handicapé - Le site du Docteur Christine CORNANGUER - Docvadis

Je connais les dispositifs d'accueil pour la scolarité de mon enfant handicapé

La scolarisation de votre enfant handicapé est possible dès l’âge de 3 ans si vous, parents, en faites la demande. A partir de l’école élémentaire, la scolarité peut se faire dans une classe ordinaire ou dans une classe d’intégration.

Mon enfant est handicapé, peut-il aller à l’école ?

Pour votre enfant, différents types de scolarisation sont possibles. Il convient pour cela de vous adresser à la Maison départementale des Personnes handicapées (M.D.P.H.) la plus proche de votre domicile, qui vous indiquera les formalités à accomplir.Une équipe pluridisciplinaire d’évaluation, attachée à la Commission des droits et de l’autonomie (C.D.A.), définit alors ses besoins spécifiques.Votre enfant peut bénéficier d’un projet personnalisé de scolarisation (P.P.S.).Le P.P.S. détermine la scolarité la plus favorable selon son type de handicap.Il peut être intégré dans une classe ordinaire ou dans une classe d’intégration scolaire (C.L.I.S.).

Comment mon enfant peut-il suivre une scolarité normale ?

Dans le cadre du projet personnalisé de scolarisation, si son handicap le permet, votre enfant est intégré dans une classe ordinaire.Il peut bénéficier de mesures d’accompagnement :

  • Des aménagements scolaires.

  • La présence d’une auxiliaire de vie scolaire.

Quelle aide peut apporter l’auxiliaire de vie scolaire ?

L’auxiliaire de vie scolaire, ou A.V.S., ne se substitue pas aux enseignants.Selon le handicap de votre enfant, elle l’aide pour écrire et manipuler le matériel scolaire.Elle l’accompagne lors de sorties scolaires ou durant les séances d’éducation physique.Elle peut être présente à la cantine ou lors des récréations.

Que se passe-t-il si mon enfant ne peut pas être scolarisé dans une classe traditionnelle ?

Votre enfant peut intégrer une classe spécifique au sein de l’école ou du collège.

  • En primaire, une classe d’intégration scolaire (C.L.I.S.).

  • Au collège, une unité pédagogique d’intégration (U.P.I.).

Votre enfant est dans une classe à effectif réduit (10 à 12 élèves).Il est encadré par un enseignant spécialisé.Il est régulièrement intégré aux autres classes dans certaines disciplines.

Puis-je bénéficier de certaines aides financières pour mon enfant ?

Une carte d’invalidité peut être délivrée au nom de votre enfant. Adressez-vous à la M.D.P.H. la plus proche.Votre enfant peut bénéficier d’un transport individuel adapté pour la durée de l’année scolaire.Vous pouvez bénéficier de l’allocation pour enfant handicapé.

Mon enfant pourra-t-il passer des examens ?

Votre enfant peut bénéficier de conditions d’examen aménagées. Elles sont variables selon le type de handicap :

  • Installation dans une salle d’examen spéciale.

  • Temps de l’épreuve augmenté.

  • Autorisation d’utiliser un ordinateur.

La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances a encore renforcé les dispositifs mis en place afin d’accueillir tous les enfants à l’école. Pour connaître les dispositifs d’intégration qui existent, vous pouvez vous renseigner sur différents sites.

Cabinet médical du Dr Cornanguer

8 rue de De Jarente ,
75004 Paris, France

Contacts

  • Fixe : 01 42 76 03 63
  • Fax : 01 42 76 09 49
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • J’évite les reflux gastro-œsophagiens : les bons conseils

    Le reflux gastro-œsophagien est la remontée du contenu acide de l'estomac dans l'œsophage. Dans la majorité des cas, ces petites remontées acides sont asymptomatiques. Si la gêne devient quotidienne, plus sensible, et perturbe la qualité de vie, il faut réagir. Voici quelques conseils simples à suivre pour éviter ces reflux.

    Lire la suite
  • Je souffre d’un trouble obsessionnel compulsif (T.O.C.) : je m’informe

    Le trouble obsessionnel compulsif (T.O.C.) serait la quatrième pathologie psychiatrique la plus fréquente et toucherait plus d’un million de personnes en France. Il peut se révéler très invalidant.

    Lire la suite
  • J'apprends à vivre avec mon enfant autiste

    Une fois le diagnostic d'autisme établi, les parents se retrouvent bien souvent perdus dans un monde qu'ils ne comprennent pas. Il faut alors s'armer de patience et apprendre à vivre autrement pour rendre le quotidien de votre enfant – et le vôtre – le plus adapté possible à la maladie.

    Lire la suite
  • Directives anticipées : je rédige mes souhaits concernant ma fin de vie

    Que vous soyez atteint ou non d’une maladie grave, il est possible de rédiger des « directives anticipées » afin de faire connaître vos souhaits concernant votre fin de vie. Vous pourrez notamment y préciser votre désir de poursuivre ou non certains traitements, ou actes médicaux, qui vous maintiendraient, par exemple, artificiellement en vie. Il est également possible de désigner une « personne de confiance » qui parlera en votre nom si vous ne pouvez plus vous exprimer.

    Lire la suite
  • La position latérale de sécurité : un schéma pour comprendre

    Ce schéma permet de visualiser simplement la position latérale de sécurité (PLS.) Si vous assistez à une perte de connaissance, vous devez placer la personne inconsciente en position latérale de sécurité (PLS). Ne tentez pas de la relever. Appeler ensuite immédiatement les secours (18 ou 15 d'un poste fixe, 112 d'un téléphone portable). Votre médecin pourra le commenter avec vous.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale