Le site du Docteur Christian OMER

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Cancer de l’ovaire : je comprends l’origine de la maladie - Le site du Docteur Christian OMER - Docvadis

Cancer de l’ovaire : je comprends l’origine de la maladie

Le cancer de l’ovaire est une tumeur maligne développée dans l’appareil génital féminin. Le cancer de l’ovaire reste relativement rare. Il n’y a pas de cause précise connue à cette maladie, en dehors de dispositions familiales ou personnelles.

Les ovaires, qu’est-ce que c’est ?

Les ovaires sont deux glandes de l’appareil génital féminin, mesurant 4 à 5 cm, situées dans le pelvis (partie basse de l’abdomen) et réunies à l’utérus par des ligaments. Les ovaires communiquent avec la cavité de l’utérus par les trompes. Ils sont constitués de plusieurs tissus : une couche externe qui produit les cellules de la reproduction (ovules) et une couche interne qui produit les hormones.

Les kystes des ovaires sont très fréquents, mais ne se transforment pas toujours en un cancer. Certains facteurs ont été identifiés comme augmentant leur risque de survenue.

A partir de la puberté et jusqu’à la ménopause, la fonction des ovaires est double :

  • Ils fabriquent chaque mois un ou plusieurs ovules, permettant une éventuelle grossesse.

  • Ils produisent les principales hormones féminines, œstrogène et progestérone. Ces hormones sont responsables, à l’adolescence, du développement des seins, de la pilosité, des modifications féminines de la voix et de la silhouette. Ce sont ces hormones qui régulent le cycle menstruel en déclenchant les règles et en modifiant l’utérus et les seins en préparation d’une éventuelle grossesse.

Après la ménopause, les ovaires ne produisent plus d’ovules, mais ils continuent à produire des hormones en très faible quantité.

Les kystes des ovaires sont très fréquents, mais ne se transforment pas toujours en un cancer. Certains facteurs ont été identifiés comme augmentant leur risque de survenue.

Le cancer de l’ovaire est-il fréquent ?

Avec plus de 4 300 cas nouveaux par an, le cancer de l’ovaire est, par ordre de fréquence, le 7cancer de la femme.

Tous les kystes ou toutes les tumeurs de l’ovaire peuvent-ils devenir un cancer ?

Les kystes (cavités contenant en général du liquide) des ovaires sonttrès fréquents. Ils se développent avant l’ovulation. Mais il arrive qu’un ou plusieurs de ces kystes ne régressent pas avec les règles : ce sont les

« kystes fonctionnels » de l’ovaire.Dans d’autres cas, il s’agit d’une tumeur bénigne développée dans l’un ou l’autre des tissus de l’ovaire.Ces lésions peuvent parfois grossir et se compliquer (douleur, rupture, torsion, augmentation de volume), elles doivent alors être traitées par la chirurgie.

Y a-t-il plusieurs sortes de cancer de l’ovaire ?

Les tissus qui composent l’ovaire comportent différents types de cellules qui peuvent chacune se transformer en cellule cancéreuse. Le terme de cancer de l’ovaire regroupe donc un très grand nombre de tumeurs qui évoluent de manière différente et dont le traitement sera adapté.Le cancer le plus fréquent – 80 % des cas – est développé dans la couche de tissu qui recouvre l’ovaire (épithélium).

Quelles sont les causes du cancer de l’ovaire ?

Les causes précises de ce cancer ne sont pas encore bien connues. Certains facteurs ont été identifiés comme augmentant le risque de survenue.

  • L’âge : le cancer de l’ovaire se voit surtout après 40 ans.

  • Les femmes qui n’ont pas eu d’enfant.

  • Le traitement de la stérilité ou de l’infertilité.

  • Les antécédents familiaux de cancer ovarien.

  • Le surpoids ou l’obésité.

  • Le fait d’avoir eu un cancer du sein.

  • L’exposition à l’amiante est un facteur de risque reconnu depuis mai 2009.

Le cancer de l’ovaire est-il héréditaire ?

Il arrive parfois que plusieurs cas de cancer de l’ovaire ou de cancer du sein surviennent dans la même famille. Il peut arriver que la même personne développe, au cours de sa vie, un cancer du sein et un cancer de l’ovaire.Mais les cancers de l’ovaire réellement liés à une prédisposition génétique sont rares (environ 5%).Certains gènes seraient responsables de la prédisposition au cancer du sein, ce qui expliquerait les formes familiales de ces deux tumeurs.Si, dans votre famille proche, il y a eu plusieurs cas de cancer du sein ou de l’ovaire, parlez-en à votre médecin. Il existe des consultations particulières (onco-génétiques), où des médecins spécialisés pourront vous aider à évaluer votre propre risque et discuter avec vous des mesures de surveillance ou de prévention à mettre en œuvre pour vous et votre famille.

Puis-je me protéger du cancer de l’ovaire ?

Il est démontré que la prise d’une contraception orale par pilule contraceptive pendant plus de 10 ans a un effet protecteur.Les traitements hormonaux de la ménopause semblent n’avoir aucun effet.Le maintien d’une activité physique régulière pourrait avoir un rôle protecteur contre le cancer de l’ovaire.

Les kystes des ovaires ou les tumeurs sont très fréquents, mais ils ne se transforment pas toujours en un cancer. Moins d’une affection ovarienne sur cinq est un cancer.

Centre MÉDIPOLE

1139 Chemin du Lavarin ,
84000 AVIGNON, France

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Il m’arrive de trembler : est-ce grave ?

    Les tremblements sont des mouvements involontaires, provoqués par la contraction en alternance de groupes musculaires opposés. Leurs causes sont diverses.

    Lire la suite
  • Mon enfant est migraineux : je reconnais les signes

    La migraine chez l’enfant est plus fréquente qu’on ne le pense. C’est une affection handicapante pour les activités scolaires et sportives. Comme l’enfant a des migraines différentes de celle de l’adulte, il est plus difficile d’en faire le diagnostic. Voici les signes qui peuvent vous indiquer que votre enfant souffre de migraines.

    Lire la suite
  • Je comprends ce qu’est un purpura thrombopénique immunologique chez l’adulte

    Le purpura thrombopénique immunologique (PTI) est une maladie non cancéreuse du sang qui voit le nombre de plaquettes diminuer et le risque de saignements augmenter. C’est une maladie qui peut rester longtemps silencieuse et qui n’altère pas la qualité de vie des patients à condition de respecter certaines précautions au quotidien et d’avoir un suivi régulier.

    Lire la suite
  • J’ai des vertiges

    Tout tourne autour de vous ? Il s’agit de vertiges. Ils sont probablement bénins. Quelques repères sont utiles pour comprendre leur origine, leur prise en charge et la démarche à avoir si vous en ressentez.

    Lire la suite
  • Je m’informe sur la NASH

    La stéatose-hépatique non-alcoolique, appelée NASH, est une maladie caractérisée par une accumulation de graisse dans le foie qui cause des lésions hépatiques parfois importantes. La NASH n’est pas liée à l’alcool mais au surpoids et au diabète parfois associé.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale