Le site du Docteur Christian ZALEJSKI

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Qu'est ce que la maladie de Dupuytren ? - Le site du Docteur Christian ZALEJSKI - Docvadis

Qu'est ce que la maladie de Dupuytren ?

La maladie de Dupuytren concerne près de 10 % de la population française. Elle se caractérise par une flexion progressive et irrémédiable des doigts vers la paume de la main. Elle est plus fréquente chez les hommes que chez les femmes.

Comment puis-je reconnaître les symptômes de cette maladie ?

Cette maladie est liée à l'épaississement de certains tissus de la paume de vos mains, à l'origine de la formation de boules (encore appelées nodules), généralement indolores.A mesure que la maladie évolue, les tissus se rétractent pour former des « cordes » ou « brides aponévrotiques » dans votre main. Ces brides limitent alors la possibilité d'extension de vos doigts, entraînant leur flexion progressive et irréductible. L'atteinte concerne souvent les deux mains.

Quelles sont les causes de cette maladie ?

La cause précise de cette maladie est inconnue. Plusieurs facteurs entreraient en jeu : des facteurs génétiques, la présence de certaines maladies comme le diabète, l'épilepsie, l'hypertriglycéridémie, ainsi que la consommation excessive d'alcool.

Tous mes doigts seront-ils touchés ?

Généralement, ce sont les 4e et 5e doigts qui sont les plus touchés par la maladie, mais tous les doigts peuvent être atteints selon l'évolution de la maladie.

La maladie de Dupuytren se caractérise par une flexion progressive et irrémédiable des doigts.

La maladie de Dupuytren se caractérise par une flexion progressive et irrémédiable des doigts.

J'ai un travail manuel, est-ce que cela peut être la cause de ma maladie ?

Votre travail n'est en aucun cas responsable de votre maladie. Par contre, cette maladie peut apparaître à la suite d'un accident ou d'une intervention chirurgicale. Elle concerne, dans ce cas seulement, la partie touchée par l'accident ou l'intervention.Mais certains travaux peuvent entretenir ou aggraver votre maladie. Faites-en part à votre médecin.

Comment ma maladie va-t-elle évoluer ?

L'atteinte s'aggrave avec le temps. Généralement, plus la maladie débute tôt, plus l'atteinte est sévère. L'extension des doigts devient progressivement difficile jusqu'à devenir impossible, les doigts étant totalement fléchis, recourbés dans le creux de la main. Il y a alors impotence fonctionnelle.Pour les formes les plus sévères, la maladie s'associe fréquemment à d'autres localisations, en particulier au niveau de la plante des pieds (maladie de Ledderhose).

Est-ce douloureux ?

La maladie de Dupuytren n'est pas une maladie douloureuse. Cependant, lorsque la maladie est avancée, le patient peut ressentir une douleur lors de l'extension forcée de ses doigts enraidis.

Existe-t-il des traitements ?

Il existe deux types de prise en charge.La première, médicale, appelée aponévrotomie percutanée à l'aiguille, consiste à sectionner les brides aponévrotiques à l'aide du biseau de l'aiguille. L'intervention, qui dure entre 15 à 30 minutes, est réalisée en ambulatoire (sans hospitalisation) sous anesthésie locale.La seconde, chirurgicale, appelée aponévrectomie, se déroule au bloc opératoire sous anesthésie locorégionale en ambulatoire (sans hospitalisation). L'intervention est suivie d'une immobilisation, puis d'une rééducation de la main. Un arrêt de travail d'au moins 1 mois est nécessaire.

Après intervention, quels sont les risques de récidive ?

La récidive est fréquente après aponévrotomie, qui ne traite que la rétraction du doigt. En revanche, l'aponévrectomie, qui retire l'ensemble des tissus envahis par la fibrose, réduit le risque de récidive.

Cette intervention comporte-t-elle des risques ?

Les principales complications post-chirurgicales sont d'ordre infectieux ou dues à la fragilité de la peau ou encore liées à des lésions des nerfs.Toutes les mesures sont prises pour minimiser les risques éventuels liés à l'anesthésie. Votre médecin vous informera de ces risques.Après une anesthésie locale, des sensations de fourmillement sont fréquentes, mais disparaissent rapidement. Les réactions allergiques au produit anesthésique sont rares.Si vous prenez un traitement et si vous êtes allergique, signalez-le à votre médecin.

Pour le traitement médical, il est important de ne pas trop attendre.L'indication du traitement chirurgical repose essentiellement sur le handicap fonctionnel.

pavillon médical d'ombredanne

drève moreel ,
59232 VIEUX-BERQUIN, France

Contacts

  • Fixe : 0328427142
  • Fax : 0328407418
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Mon enfant a de l'asthme, en savoir davantage sur les allergies

    Quand un enfant a de l’asthme, un bilan allergologique avec tests cutanés doit être réalisé afin de vérifier l’origine allergique des symptômes.

    Lire la suite
  • DMLA : que dois-je savoir ?

    La DMLA est liée au vieillissement d’une zone particulière de la rétine. Elle est la première cause de cécité et de malvoyance chez les personnes de plus de 50 ans.

    Lire la suite
  • J'ai un souffle au coeur

    Le souffle au cœur est un bruit audible au stéthoscope par votre médecin qui peut traduire une anomalie de la circulation du sang dans le cœur. Il en existe différents types nécessitant des prises en charge très variables.

    Lire la suite
  • Comprendre l’insuffisance rénale chronique pour adhérer à mon traitement

    A la suite d’une maladie rénale chronique (MRC) qui altère progressivement les reins, il peut survenir une insuffisance rénale chronique (IRC). Il y a différents types de MRC ; mais les MRC ont une seule et même conséquence : l’IRC. Celle-ci est silencieuse. En effet, on ne souffre pas des reins. Cependant, une surveillance médicale régulière, la bonne observance de votre traitement et une hygiène diététique adaptée permettent de ralentir l’évolution de l’IRC et de prendre en charge ses conséquences.

    Lire la suite
  • Zona, que dois-je savoir ?

    Le zona est une maladie infectieuse. Il se manifeste par des douleurs parfois intenses, aiguës, d’un seul côté du corps ou du visage avec une éruption localisée de petites vésicules, c'est-à-dire de petites cloques.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale