Le site du Docteur Christian ZALEJSKI

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Zona, que dois-je savoir ? - Le site du Docteur Christian ZALEJSKI - Docvadis

Zona, que dois-je savoir ?

Le zona est une maladie infectieuse. Il se manifeste par des douleurs parfois intenses, aiguës, d’un seul côté du corps ou du visage avec une éruption localisée de petites vésicules, c'est-à-dire de petites cloques.

Qu’est-ce qu’un zona ?

C’est une éruption cutanée sur le trajet d’un nerf, due à la réactivation d’un ancien virus de la varicelle. Ce virus était resté endormi dans un ganglion nerveux du rachis ou du crâne. Il y restera tout au long de la vie de la personne, depuis le premier contact avec le virus et l’infection sous la forme de varicelle.

Pourquoi ce virus est-il réapparu ?

Il réapparaît, dans la plupart des cas, chez les personnes ayant une baisse des défenses immunitaires, dues soit à l’âge, soit à une maladie (maladie neurologique, cancer).Il peut également réapparaître lors d’une période de grande fatigue, d’un stress ou d’un traumatisme physique ou psychique (accident, décès d’un proche…).

À quoi reconnaît-on un zona ?

Le zona se manifeste d’abord par des douleurs, des démangeaisons, des picotements, une sensation de brûlure (paresthésie), trois à cinq jours avant le début de l’éruption.Puis il devient très caractéristique par l’éruption de petites vésicules sur des petites taches rouges dessinant le trajet d’un nerf, le plus souvent sur le thorax, le long des côtes.Parfois, l’éruption se localise autour de l'oeil (zona ophtalmique). Plus rarement, elle s’étend au cuir chevelu et aux organes de la face (oreilles, bouche).Cette éruption cutanée est parfois accompagnée de fièvre, de sensation de brûlure, de démangeaisons et, plus rarement, de maux de tête.

Signalons que chez une personne jeune, ayant de bonnes défenses immunitaires, le zona peut être indolore.

Mon zona est-il contagieux ?

Pendant sa phase de poussée (éruption), le zona est une maladie contagieuse au contact. Il est susceptible de transmettre la varicelle chez des personnes n’ayant pas encore contracté ce virus. Il faut éviter le contact avec les femmes enceintes n'ayant pas eu la varicelle ainsi qu'avec les personnes immunodéprimées.

Le zona est environ trois fois moins contagieux que la varicelle ; un contact avec un zona peut induire une varicelle chez un sujet prédisposé.

Combien de temps mon zona va-t-il durer ?

Cette infection évolue en plusieurs phases s’étalant sur plusieurs semaines.La première phase concerne l’apparition des premiers symptômes, surtout des douleurs, parfois une sensation de brûlures, ainsi que des démangeaisons, pendant trois à cinq jours avant l’éruption vésiculeuse.La seconde phase est l’apparition et le développement des vésicules pendant plusieurs jours, avec surtout de fortes douleurs au niveau de l'éruption cutanée et parfois des démangeaisons.La troisième phase dure de deux à trois semaines. Les vésicules sèchent, les douleurs sont de moins en moins importantes et les rougeurs s’estompent.Après la disparition des rougeurs, des douleurs peuvent persister pendant plusieurs mois.

Quel traitement vais-je avoir ?

Le traitement classique est très simple :

    • Les anti-douleurs (aspirine, paracétamol, dérivés morphiniques) à plus ou moins forte dose.
    • Eventuellement, des antibiotiques locaux en crème ou en pommade pour éviter une surinfection bactérienne.
    • Un antiviral, si le diagnostic est fait rapidement. Il sera pris précocement dans les premières heures suivant l'éruption cutanée, pour avoir une efficacité.

Le repos aide à la guérison. Il faut également éviter les vêtements trop serrés ou synthétiques qui peuvent accentuer l’irritation de la peau.

Y a-t-il un risque de complications ?

Normalement, le zona ne se manifeste qu’une seule fois dans la vie.Généralement, les complications d’un zona limité au thorax sont rares.Les complications sont plus fréquentes dans le cas d’un zona ophtalmique (atteinte de la rétine ou d’autres parties de l’œil).Les complications peuvent être plus graves chez les personnes très âgées ou souffrant d’un déficit immunitaire (sida, leucémie, cancer).Certaines douleurs (algies post-zostériennes) peuvent persister pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. Elles sont plus fréquentes chez les personnes ayant eu un zona ophtalmique.Plus d’un malade sur trois, après 60 ans, a un risque de névralgies (douleurs et brûlures localisées d’origine nerveuse), pouvant survenir dans les mois suivant la phase aiguë de la maladie.Ces névralgies sont plus fréquentes à la suite d’un zona ophtalmique.

Le zona n’est généralement pas une maladie grave. Son traitement est simple, mais vous devez le suivre avec beaucoup d’attention pour éviter les complications infectieuses ou douloureuses.  Ses conséquences peuvent être invalidantes chez la personne âgée.

pavillon médical d'ombredanne

drève moreel ,
59232 VIEUX-BERQUIN, France

Contacts

  • Fixe : 0328427142
  • Fax : 0328407418
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Mon enfant a de l'asthme, en savoir davantage sur les allergies

    Quand un enfant a de l’asthme, un bilan allergologique avec tests cutanés doit être réalisé afin de vérifier l’origine allergique des symptômes.

    Lire la suite
  • DMLA : que dois-je savoir ?

    La DMLA est liée au vieillissement d’une zone particulière de la rétine. Elle est la première cause de cécité et de malvoyance chez les personnes de plus de 50 ans.

    Lire la suite
  • J'ai un souffle au coeur

    Le souffle au cœur est un bruit audible au stéthoscope par votre médecin qui peut traduire une anomalie de la circulation du sang dans le cœur. Il en existe différents types nécessitant des prises en charge très variables.

    Lire la suite
  • Qu'est ce que la maladie de Dupuytren ?

    La maladie de Dupuytren concerne près de 10 % de la population française. Elle se caractérise par une flexion progressive et irrémédiable des doigts vers la paume de la main. Elle est plus fréquente chez les hommes que chez les femmes.

    Lire la suite
  • Comprendre l’insuffisance rénale chronique pour adhérer à mon traitement

    A la suite d’une maladie rénale chronique (MRC) qui altère progressivement les reins, il peut survenir une insuffisance rénale chronique (IRC). Il y a différents types de MRC ; mais les MRC ont une seule et même conséquence : l’IRC. Celle-ci est silencieuse. En effet, on ne souffre pas des reins. Cependant, une surveillance médicale régulière, la bonne observance de votre traitement et une hygiène diététique adaptée permettent de ralentir l’évolution de l’IRC et de prendre en charge ses conséquences.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale