Docteur Frédéric Douchez

Chirurgie Viscérale
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée

FAQ

Comment m'alimenter après une chirurgie de l'obésité ?

La chirurgie de l’obésité (anneau, sleeve, ou bypass) modifie votre estomac et donc votre tolérance à l’alimentation. Après une chirurgie, la première étape est de savoir s’alimenter et de s’habituer à ce « nouveau tube digestif ». Ensuite, sur le long terme, bien s’alimenter permet de favoriser la perte de poids et de ne pas en reprendre.

Comment dois-je m'alimenter après mon opération ?

Après une intervention de chirurgie bariatrique, l’alimentation doit être adaptée au petit volume de votre estomac.

Pour cela, vous allez manger des aliments dont la consistance est modifiée :

  • D’abord liquide pendant quelques jours, durant l’hospitalisation.
  • Puis sous forme de purée ou mixée pendant les 2 ou 3 semaines après votre retour à la maison.
  • Progressivement, vous retrouverez une alimentation en morceaux, de texture normale.

Pour ne pas avoir de mauvaises surprises comme des vomissements, des douleurs ou une dénutrition, il est très important de suivre les conseils diététiques qui vous seront donnés.

Quelles nouvelles habitudes alimentaires dois-je adopter ?

Prendre de petites quantités à chaque repas et mastiquer lentement, pour une bonne tolérance.

Il est utile de fractionner les repas au début, c'est-à-dire de manger en plusieurs fois. Par exemple : décaler le dessert en collation ou au goûter.

Adaptez au début votre alimentation au petit volume de votre estomac en fractionnant vos repas. Augmentez progressivement la consistance de vos aliments (liquide, en purée ou mixé, puis en morceaux). Conservez un apport suffisant en protéines et évitez les aliments difficiles à digérer.

Puis-je avoir recours à la chirurgie de l'obésité ?

Vous êtes éligible à une chirurgie de l'obésité si :
  • Vous avez un IMC supérieur à 40,
  • Ou un IMC supérieur à 35, s'il est associé à une complication qui peut être améliorée par la chirurgie : diabète de type 2, hypertension artérielle, apnées du sommeil, douleurs articulaires, mal de dos chronique, sciatique à répétition par exemple...

Cependant, toute personne souhaitant avoir recours à une chirurgie de l’obésité doit d’abord avoir bénéficié d’une prise en charge spécialisée pendant 6 à 12 mois, avec une équipe pluridisciplinaire. Cette prise en charge comprend l'application de conseils nutritionnels et diététiques, la pratique d'activités physiques, une évaluation psychologique avec un éventuel un suivi, et l'information sur les avantages et inconvénients des différentes techniques chirurgicales.

Un suivi médical préalable et prolongé est donc indispensable : la chirurgie n’est envisagée qu’après échec des autres mesures pour perdre du poids.

Après 65 ans, l'indication de la chirurgie est discutée au cas par cas en fonction de votre état de santé.

La chirurgie de l’obésité est-elle efficace ?

Indiscutablement, la chirurgie de l’obésité est efficace car elle va vous permettre :

  • De perdre du poids de manière durable.
  • D’améliorer les maladies liées à l'obésité comme : le diabète de type 2, l'hypertension artérielle, le syndrome d'apnée du sommeil..
  • D'améliorer votre qualité de vie au quotidien (activités physiques, mobilité, etc.).

Cependant, il est impératif en parallèle, de modifier durablement les habitudes alimentaires et pratiquer régulièrement une activité physique, pour obtenir la meilleure perte de poids et la maintenir dans le temps.

Par ailleurs, il sera nécessaire de vous faire suivre médicalement pendant toute votre vie.

La chirurgie de l'obésité comporte-t-elle des risques ?

Comme pour tout geste chirurgical, un risque de complications existe tant sur le plan de l’anesthésie que du geste en lui-même (au niveau du montage chirurgical). La chirurgie peut occasionner des carences nutritionnelles. Les risques liés à la chirurgie ne sont pas limités à la période autour de l'intervention, ils existent aussi plusieurs années après. C’est la raison pour laquelle des suppléments en vitamines, minéraux et oligoéléments peuvent vous être prescrits sur le long terme et qu'un suivi médical systématique sera nécessaire.

Comment puis-je prendre une telle décision ?

Le temps de réflexion est important. Dans un premier temps, parlez-en avec votre médecin traitant. Il pourra vous orienter vers un spécialiste de l’obésité comme un endocrinologue, un nutritionniste ou un chirurgien spécialisé.

Si une telle chirurgie est possible pour vous, un bilan, une préparation à l'intervention et des informations complémentaires sont indispensables.

Aussi, l'avis médical ne sera donné qu'après une concertation pluridisciplinaire. Dans le cas contraire, un autre type de prise en charge vous sera proposé.

Pour vous aider dans votre réflexion, vous pouvez consulter :

·le site de la Haute Autorité de Santé : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_849636/obesite-prise-en-charge-chirurgicale-chez-l-adulte-brochure-patients

·des associations et participer à des réunions de patients opérés :
Collectif National des Associations d'Obèses (CNAO)
Tél : 01 42 71 17 57
Courriel : cnao@wanadoo.fr
Site web : www.cnao.fr

Allegro Fortissimo
Tél : 01 45 53 98 36
Courriel : com@allegrofortissimo.com
Site web : www.allegrofortissimo.com

La chirurgie de l’obésité ne s’adresse ni aux enfants, ni aux adolescents, et elle se discute au cas par cas après 65 ans.
Les personnes qui ont un IMC inférieur à 40 kg/m² sans maladie associée à l'obésité, et les personnes qui ont des maladies associées à l'obésité mais dont l'IMC est inférieur à 35 kg/m², ne sont pas concernées.
Cette chirurgie va modifier votre corps et peut aussi interférer dans vos relations avec les autres. N’hésitez pas à vous faire accompagner pour passer les caps difficiles.

quand consulter en urgence après mon opératioN

La chirurgie de l'obésité fait appel à différentes techniques permettant de diminuer la quantité d’aliments ingérés ou de réduire leur absorption. Ces techniques peuvent être à l’origine de complications nécessitant un avis médical ou chirurgical rapide.

Quand dois-je consulter en urgence ?

Les principaux signes de complications qui doivent vous alerter et vous pousser à consulter rapidement l'équipe médicochirurgicale sont les suivants :

  • Dans les jours qui suivent l’intervention :

Accélération du cœur (tachycardie), essoufflement (dyspnée), douleur abdominale, troubles de la conscience ou fièvre. Consultez alors immédiatement ou allez aux urgences. Ce peut être une urgence vitale !

  • Quel que soit le délai après chirurgie :

Des douleurs abdominales, des vomissements répétés, un blocage douloureux lorsqu’on avale les aliments peuvent apparaître. S'ils se répètent ou que vous ne les expliquez pas par une erreur diététique, la consultation est impérative dans les jours qui suivent, quelle que soit la période après la chirurgie y compris plusieurs années après.

Pendant combien de temps après l'intervention, suis-je exposé(e) à ces risques de complications ?

Les complications chirurgicales mécaniques sont plus fréquentes au début, mais peuvent survenir également à distance.

Si vous arrêtez les compléments nutritionnels qui vous ont été prescrits, vous pouvez également avoir des carences nutritionnelles graves à distance de l'opération. Par exemple, lors d’un manque de vitamines du groupe B, se déclarant plusieurs mois ou années après l’intervention : ceci peut se traduire par des picotements ou fourmillements, des troubles de l’équilibre ou encore une fatigue intense.

Cela explique la nécessité d’un suivi médical sur le long terme, et ce même plusieurs années après l’intervention.

En cas de vomissements répétés, douleurs abdominales, blocages et intolérance alimentaire inexpliqués par une alimentation inadaptée : contactez rapidement l’équipe chirurgicale.

Diabétique en surpoids, je m'informe sur la chirurgie de l'obésité

La chirurgie de l’obésité permet de perdre du poids. Elle permet par ailleurs une amélioration du diabète de type 2.

Diabétique, puis-je bénéficier de la chirurgie de l'obésité ?

En cas de diabète de type 2, le traitement chirurgical a un double objectif : permettre une perte de poids, mais aussi équilibrer le diabète.

L’obésité peut être évaluée via le calcul de l'IMC (Indice de Masse Corporelle), indice estimant la corpulence d'un individu en fonction de sa taille et de son poids.

Ainsi, en fonction de cet IMC, on peut définir le degré de surpoids et d'obésité.
Par exemple, on parle d'obésité "massive" lorsque l'IMC est supérieur ou égal à 40 kg/m.

La chirurgie de l'obésité s’adresse aux personnes diabétiques qui :

  • Ont un IMC supérieur ou égal à 35 kg/m.
  • Ont déjà tenté, sans succès, de perdre du poids grâce à une prise en charge médicale spécialisée de plusieurs mois.
  • Ne présentent pas de contre-indications à la chirurgie et à l’anesthésie générale.

Au-delà de 65 ans, l'indication chirurgicale doit être discutée au cas par cas en fonction de votre état de santé.

Quelles sont les différentes techniques chirurgicales ?

Il existe 3 principales techniques chirurgicales :

  • L'anneau gastrique ajustable : technique réversible qui diminue le volume de l'estomac et ralentit le passage des aliments.
  • La "sleeve gastrectomy" ou gastrectomie longitudinale : technique irréversible consistant au retrait des 2/3 de l'estomac, dont la zone qui contrôle l'appétit.
  • Le bypass gastrique : réduction du volume de l'estomac et court circuit entre l'estomac et l'intestin.

Le choix de la technique utilisée dépendra de la décision prise lors d'une réunion de concertation d'une équipe médico-chirurgicale pluridisciplinaire, d’un bilan préalable et de votre avis, après avoir été informé sur les bénéfices et risques de l’intervention.

Quels sont les résultats d'une chirurgie métabolique sur l'obésité et le diabète ?

Deux ans après la chirurgie, la perte de poids chez des personnes obèses et diabétiques est de 15 à 40 kg selon la technique et la personne.

Le contrôle du diabète s’améliore nettement. La diminution ou l’arrêt des traitements du diabète, concerne environ 8 personnes sur 10 après la chirurgie.

Certaines techniques chirurgicales de l’obésité améliorent davantage le diabète que d’autres : c'est le cas du "bypass gastrique" et de la "sleeve gastrectomy" (gastrectomie longitudinale).

Cependant, l’amélioration d’un diabète est moins importante quand son ancienneté dépasse 10 ans et qu'il existe un déficit en insuline. N'hésitez pas à vous renseigner auprès de votre médecin.

Quels sont les risques de cette chirurgie ?

La chirurgie peut entrainer des difficultés et complications au quotidien :

  • Des problèmes liés au montage chirurgical : glissement d’un anneau ou fuite au niveau d’une suture, nécessitant une reprise chirurgicale.
  • Des carences nutritionnelles dont la prévention nécessite la prise permanente de suppléments en vitamines, minéraux et oligoéléments, particulièrement en cas de by-pass.
  • Toujours en cas de bypass, il existe un risque de dumping syndrome : sensation de malaise, palpitations, mal de tête, nausées, qui peuvent survenir juste après un repas. Il est dû à l’arrivée rapide d’aliments très riches en graisses ou en sucres dans l’intestin.
  • Des difficultés liées à la modification de l’image du corps et des relations avec les autres. Il est possible d'avoir recours à la chirurgie réparatrice pour retirer les excès de peau dus à l'amaigrissement. Vous pouvez aussi bénéficier d’une aide psychologique pour surmonter ces difficultés.

Un suivi médical à vie est indispensable, quelle que soit la technique chirurgicale utilisée.

Par ailleurs, la mortalité liée à la chirurgie de l’obésité n’est pas nulle. Elle va de 0,1% pour l’anneau gastrique à 0,5% pour le bypass. À titre de comparaison, la mortalité opératoire est de l’ordre de 0,1 à 0,5 % après ablation de la vésicule biliaire ou de 2 % après pontage coronarien.

Par quel mécanisme cette chirurgie améliore-t-elle le diabète ?

  • La réduction des apports alimentaires et la perte de poids.
  • Des mécanismes « métaboliques » via une action directe sur l’intestin : celui-ci libère davantage d’hormones, qui augmentent la sécrétion d’insuline par le pancréas et la sensibilité à l’insuline.
  • C’est ce deuxième mécanisme qui explique que le contrôle du diabète s’améliore dès les premiers jours après la chirurgie, avant même la perte de poids.

Quel est le traitement de mon diabète après chirurgie ?

Le diabète peut s’améliorer à un tel point, qu’une réduction très forte et rapide des doses des traitements, voire l’arrêt de ces médicaments, peut être possible.

Les traitements pour corriger votre diabète seront donc fortement réduits, dès les premiers jours après la chirurgie, en commençant par ceux qui peuvent provoquer une hypoglycémie comme l’insuline ou les antidiabétiques en comprimés.

Dans les premières semaines, il est utile de bien surveiller vos glycémies et de consulter votre médecin pour ajuster rapidement le traitement du diabète.

La surveillance du diabète après chirurgie est indispensable car celui-ci peut ré-augmenter dans un deuxième temps notamment en cas de reprise de poids.

La chirurgie métabolique, peut représenter un traitement efficace du diabète de type 2 mal contrôlé et associé à une obésité sévère. Son indication nécessite toutefois un bilan, une concertation pluridisciplinaire et votre information, pour mettre en balance les risques et bénéfices et prendre une décision éclairée.
Après la chirurgie, une modification des traitements et une surveillance médicale du diabète ainsi que des conséquences de la chirurgie sont indispensables.

qui devrais-je voir pour Me préparer à la chirurgie de l’obésité ?

Après en avoir parlé à votre médecin ainsi qu’à un spécialiste de l’obésité, vous avez décidé d’avoir recours à une chirurgie de l’obésité afin de perdre durablement du poids et de contrôler les maladies associées à votre surpoids. Il vous faut maintenant vous préparer au mieux pour cette intervention chirurgicale dont le succès est directement lié à votre implication dans la prise en charge, avant et après l’opération.

Comment dois-je me préparer à cette intervention ?

Avant l’intervention, vous allez suivre tout « un cheminement médicalisé » au sein d’une équipe pluridisciplinaire spécialisée qui va vous accompagner pendant plusieurs mois (de 6 mois à un an). Et, ce n’est qu’au terme de ce « parcours médical », que vous pourrez vous faire opérer. Il faudra modifier votre alimentation et votre activité physique sur le long terme et préparer votre corps et votre psychisme à cette perte de poids majeure, dont la chirurgie n’est qu’un moyen. Dans certains centres de prise en charge, plusieurs consultations sont programmées dans un même lieu et le même jour (sur une demi-journée par exemple), mais ce n’est pas le cas partout.

Qui sont les membres de l’équipe médicale que je devrais rencontrer ?

Le médecin traitant

Avant d’envisager une intervention pour chirurgie de l‘obésité (encore appelée chirurgie bariatrique), votre médecin traitant va s’assurer que vous avez bien bénéficié d’un suivi nutritionnel optimal comportant aussi des activités physiques et un soutien psychologique si besoin.

Le chirurgien

Lors de votre première consultation avec lui, le chirurgien envisagera les différentes possibilités chirurgicales. Puis, il vous expliquera le parcours de soin à suivre avant l’intervention et quels sont les spécialistes à consulter afin de réaliser un bilan complet de votre état de santé et de rechercher des comorbidités c'est-à-dire des maladies souvent associées à l’obésité. Le feu vert pour l’intervention ne sera donné qu’au terme de ce parcours, après une concertation pluridisciplinaire.

Le médecin nutritionniste ou l’endocrinologue

Le médecin nutritionniste ou l’endocrinologue réaliseront un bilan clinique et biologique complets. Seront notamment recherchés: un diabète, un problème thyroïdien, une atteinte des surrénales, une maladie du foie, des carences en fer, en oligoéléments, et en vitamines. Les déficits nutritionnels ou vitaminiques seront corrigés.

Le médecin nutritionniste ou la diététicienne

Il faut compter 4 à 6 consultations avec un médecin nutritionniste ou une diététicienne. Ils effectueront un bilan de vos habitudes alimentaires et de votre activité physique. Ils vous expliqueront comment manger équilibré afin d’éviter fonte musculaire et carences nutritionnelles (ateliers cuisine dans certains centres). Des rations fractionnées (suffisamment protéinées) pourront être instituées afin que vous vous rendiez compte des changements à mettre en place après l’intervention. Ils vous recommanderont également des activités physiques.

Le kinésithérapeute

Le kinésithérapeute (ou un éducateur en activité physique adaptée) évaluera vos activités physiques et vous donnera des conseils, des exercices appropriés à vos possibilités afin de préserver votre masse musculaire qui diminue fortement en post opératoire immédiat.

Le psychiatre

Il évaluera avec vous vos difficultés sur le plan psychologique et si vous souffrez de troubles de l’humeur ou de troubles du comportement alimentaire par exemple. Un traitement sera prescrit si besoin. Il faut savoir que certains troubles mentaux ou cognitifs ou la dépendance à l’alcool ou aux drogues contre indiquent la chirurgie de l’obésité.

Le psychologue

Il réalisera différents tests pour mesurer, avant l’intervention, votre niveau d’anxiété, de dépression, ainsi que votre qualité de vie et votre comportement alimentaire, notamment. Puis il vous proposera un accompagnement adapté.

Le pneumologue

Vous serez amené à consulter un pneumologue afin de rechercher la présence d’un syndrome d’apnées du sommeil surtout si vous ronflez (arrêts répétés de la respiration au cours du sommeil). Si ces apnées sont nombreuses, il sera indispensable d'être appareillé la nuit, et ceci sera bénéfique pour l'intervention.

Le cardiologue

Le cardiologue recherchera une hypertension artérielle, des troubles du rythme cardiaque ou la présence d’une maladie des artères coronaires.

Le gastroentérologue

Le gastroentérologue pratiquera une fibroscopie pour éliminer une infection par Hélicobacter Pylori, un ulcère gastroduodénal, une éventuelle hernie hiatale. Et, s’il y a des antécédents familiaux de cancer colorectal, il réalisera une coloscopie.

Le gynécologue

Afin de ne pas débuter une grossesse avant l’intervention, une contraception sera prescrite par implant ou stérilet. Un test de grossesse est systématiquement réalisé 48 heures avant la date opératoire. Après la chirurgie bariatrique, il est recommandé d’attendre 12 à 24 mois environ avant d’envisager une grossesse afin de stabiliser la perte de poids et de compenser d’éventuelles carences. Mais ces délais sont discutés au cas par cas. Les examens de dépistage (frottis cervicaux ou/et mammographie) seront également réalisés si besoin.

Le dentiste

Un bon état dentaire est nécessaire pour une mastication « appliquée » indispensable après la chirurgie.

L’anesthésiste

Comme avant toute intervention chirurgicale sous anesthésie générale, vous consulterez un anesthésiste qui évaluera en particulier si vous avez des risques de thrombose et d’embolie pulmonaire.

Que pourraient m’apporter les associations de patients ?

Tout au long de ce parcours, vous pourrez être en contact avec une association de patients afin de rencontrer des personnes opérées ou non, et de participer éventuellement à un groupes de parole où il sera possible d’échanger et d’évoquer vos ressentis, vos réticences, vos échecs, vos attentes…

Renseignez-vous dans votre ville ou votre région.

Collectif national des associations d’obèses (CNAO):

Courriel: cnao@wanadoo.fr

Site Web: www.cnao.fr

01 42 71 17 57

Allegro Fortissimo

Courriel: com@allegrofortissimo.com

Site web: www.allegrofortissimo.com

01 45 53 98 36

Et ensuite ?

Une fois que vous aurez consulté ces différents spécialistes et qu’ils jugeront que vous êtes prêt pour l’intervention de chirurgie bariatrique, vous retournerez voir votre chirurgien qui peut prescrire un complément de bilan, qui sera analysé en hospitalisation ou par un endocrinologue ou nutritionniste en ville. L’efficacité et la bonne tolérance de vos traitements seront vérifiés afin de les rectifier si besoin. La masse grasse et la masse musculaire seront également évaluées. Il existe en effet en postopératoire un risque important de perte de masse maigre et musculaire.

A quel moment mon dossier sera-t-il étudié ?

Le dossier médical comportant tous ces résultats sera présenté en réunion pluridisciplinaire. La décision est prise à partir de tous les éléments médicaux, de façon collégiale, en présence des chirurgiens, nutritionnistes, endocrinologues, psychiatres, psychologues et diététiciennes. Un dossier peut être mis en attente (s’il est incomplet) ou être ré-étudié ultérieurement si le patient n’est pas prêt sur le plan nutritionnel, ou s’il présente une maladie ou une difficulté psychiatrique mal stabilisée, par exemple. Si un refus est émis, un autre type de prise en charge vous sera proposé.

Si l’option chirurgicale est acceptée, la discussion porte ensuite sur le type de chirurgie. Les principales interventions sont: la pose d’un « anneau gastrique ajustable » ou une « gastrectomie longitudinale » (en anglais "sleeve gastrectomy »), qui sont des chirurgies restrictives pures (entraînant une diminution de la quantité d’aliments consommés) ; ou un « by-pass », chirurgie mixte restrictive et malabsorptive (entraînant une modification de l’assimilation des aliments par l’organisme).

L’avis favorable pour une chirurgie bariatrique est donné par différents professionnels de santé médicaux et paramédicaux. La décision ultime est prise en concertation avec vous en fonction de votre âge, votre index de masse corporelle (IMC), vos antécédents chirurgicaux, les maladies associées, votre mode de vie et un désir éventuel de grossesse.

Puis, la demande d’entente préalable chirurgicale sera adressée à la Sécurité Sociale et la date opératoire fixée.

J'envisage une grossesse après une chirurgie de l’obésité

Une grossesse est tout à fait possible après une chirurgie. Mais il est nécessaire de l’éviter dans les premiers mois après l’intervention, de la préparer et d’être suivie de façon spécifique pendant la grossesse et l’allaitement.

Une grossesse est-elle possible après une chirurgie de l’obésité ?

Oui. Les grossesses après chirurgie de l’obésité se passent généralement bien. Les risques de complications pendant la grossesse, ainsi que pendant et après l'accouchement sont diminués par rapport aux grossesses des mamans obèses. Il y a par exemple moins de diabète gestationnel (diabète de la grossesse), moins d’hypertension, moins de prématurité et de bébés naissant trop gros.

Une grossesse est donc tout à fait envisageable après cette chirurgie. Néanmoins, ce projet de vie doit être planifié et suivi.

Quelles sont les conditions pour mener à bien un projet de grossesse après une chirurgie de l’obésité ?

Il est impératif d’avoir fait le point sur votre perte de poids et votre situation nutritionnelle (les carences) avant de débuter une grossesse.

Pourquoi est-ce aussi important ?

Le risque concerne le développement de votre enfant. Il est essentiel que ce dernier ait suffisamment de nutriments et toutes les vitamines nécessaires pour se développer. Par ailleurs, vos besoins de future maman sont augmentés pour assurer sa croissance.

Votre état nutritionnel doit donc être évalué afin d'adapter votre alimentation, vos compléments nutritionnels et vitaminiques avant même le début de la grossesse. Les trois priorités sont la prévention de la carence (ou manque) en folates, en fer et en calcium.

Le reste des suppléments dépend du type d’intervention que vous avez eue, de votre alimentation et de vos dosages biologiques. Par exemple après bypass, vous devrez prendre une ou des ampoules de vitamine D et de la vitamine B12 (par voie orale ou par injection).

Si vous avez un anneau, il est parfois nécessaire de le desserrer au cours de la grossesse. Vous devez en discuter avec votre médecin ou chirurgien.

Il est donc recommandé d’attendre 12 à 18 mois après la chirurgie afin que le poids soit stabilisé, l’état nutritionnel vérifié et les suppléments vitaminiques adaptés.

Ainsi, pendant cette période, une contraception est indispensable même si vous aviez des troubles de la fertilité avant l'opération. En effet, la perte de poids obtenue par la chirurgie peut rapidement traiter et améliorer ces troubles et donc votre fertilité. Différentes méthodes de contraception peuvent être utilisées durant cette période. Votre médecin pourra vous conseiller dans ce choix, dès la période préopératoire.

Il est donc important de ne pas débuter une grossesse sans préparation.

Si je n'arrive pas à être enceinte après stabilisation de mon poids, puis-je recourir à une aide médicale à la procréation ?

Oui. Ce recours est parfaitement possible si vous n’arrivez pas à être enceinte. Différentes techniques sont possibles.

Consultez votre médecin et votre gynécologue.

Pour en savoir plus sur la fertilité et les techniques d’Assistance Médicale à la Procréation (AMP), vous pouvez consulter les sites internet suivants :

Agence bio médecine : www.agence-biomedecine.fr/Site-pour-le-grand-public

FIV France : www.fivfrance.com

Comment l'équipe médicale peut-elle m'aider pour mener à bien une grossesse ?

Votre équipe doit vous suivre pendant toute la grossesse, par exemple chaque trimestre et après l’accouchement, mais cela est fonction de chaque situation. Votre obstétricien doit savoir que vous avez été opérée et connaître les coordonnées de l’équipe qui vous prend en charge.

Une diététicienne vous aidera à adapter votre alimentation et composer vos repas, si besoin.

Un soutien psychologique peut également vous être proposé.

Vous pouvez également consulter ou télécharger en ligne « Le guide de la grossesse » à l’adresse suivante : www.mangerbouger.fr/future-maman

Pendant la grossesse, que dois-je faire en cas de douleur abdominale et/ou de vomissements ?

Il est fréquent d’avoir des vomissements ou des douleurs abdominales banales pendant la grossesse chez toutes les femmes. Dans votre situation, il ne faut pas oublier que le montage chirurgical peut toujours se compliquer. Ceci est très rare, mais vous devez réagir en cas de douleur abdominale et de vomissements s'ils sont persistants dès que vous mangez et que vous ne comprenez pas ce qui vous arrive.

Il peut s’agir du déplacement de votre anneau gastrique ou d’une occlusion intestinale (obstruction) après bypass, lié à l’augmentation de la taille de l'utérus.

Ces situations sont vraiment très rares mais peuvent être graves pour le bébé et la maman. Elles doivent être prises en charge dans les meilleurs délais.

L’allaitement est-il possible ?

Oui, mais il faudra probablement modifier vos suppléments vitaminiques pour faire face à l’augmentation des besoins pendant cette période.

La chirurgie de l’obésité permet d’améliorer la fertilité chez la femme.
Cependant, il faut attendre 12 à 18 mois après la chirurgie avant d'être enceinte et planifier la grossesse avec l'équipe qui vous suit. Une contraception sera nécessaire pendant cette période.

Hôpital Privé de l'Ouest Parisien

14 Rue Castiglione del Lago,
78190 Trappes, France

Contacts

  • Secrétariat : 01 30 69 45 81

Cabinet Médical

25 Rue Chasles,
78120 Rambouillet, France

Contacts

  • Secrétariat : 01 30 69 45 81

Urgences et premiers soins

IMPORTANT

Après une chirurgie de l'obésité, il est important :

  • de s'habituer à son nouvel estomac,
  • d'éviter les carences et la reprise de poids sur le long terme,
  • de consulter l’équipe et en particulier la ou le diététicien(ne) dès les premières semaines.

Il n’est pas normal : de vomir, d’avoir des blocages ou des douleurs si l’alimentation est adaptée.

Découvrez tous nos conseils

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale