Centre d'Assistance Médicale à la Procréation de Bretagne Sud Lorient
Je parle de mon problème d'érection à mon médecin - Centre d'Assistance Médicale à la Procréation de Bretagne Sud Lorient - Docvadis

Je parle de mon problème d'érection à mon médecin

Une dysfonction érectile, ou problème d’érection, peut se produire occasionnellement chez l’homme ou, au contraire, s’installer durablement. Les raisons de ce trouble fréquent de la sexualité sont nombreuses et, généralement, les solutions apportées en dépendent.

Qu’est-ce qu’une dysfonction érectile ?

C’est l’incapacité occasionnelle, parfois récidivante ou permanente à obtenir, ou àmaintenir, une érection suffisante du pénis pour permettre l’acte sexuel et notamment la pénétration.

Est-ce fréquent ?

Oui. Les troubles de l’érection touchent 2 à 3 millions d’hommes en France. Ils sont plus fréquents après 40 ans.

Est-ce ce qu’on appelle une panne sexuelle ?

La panne sexuelle, que connaissent globalement tous les hommes (en cas de fatigue, de stress...), est transitoire et ponctuelle.
La véritable dysfonction érectile décrit généralement la situation où le trouble s’installe et dure.

Quelles peuvent être les causes de ce problème ?

Différentes causes peuvent être responsables d’une dysfonction érectile.

  • La prise de médicaments, notamment les sédatifs, tranquillisants et antidépresseurs. Certains traitements hormonaux prescrits notamment dans le cancer, certains antihypertenseurs. D’une manière générale, l’association de plusieurs médicaments.

  • Certaines maladies : le diabète, l’hypertension artérielle, l’insuffisance cardiaque ou l’excès de cholestérol provoquent des troubles circulatoires pouvant être à l’origine du problème. La dépression peut se répercuter au niveau physique.

  • Certains traumatismes physiques faisant suite à une intervention chirurgicale ou à un accident.

  • La consommation d’alcool, de tabac, de cannabis et de toutes autres drogues.

  • Certains troubles hormonaux.

La majorité des dysfonctions érectiles sont d’origine fonctionnelle.
D’une manière générale, l’âge joue un rôle important.
L’anxiété de la performance sexuelle, mais aussi la peur de l’échec (due fréquemment à un échec antérieur) ou une relation conflictuelle dans le couple peuvent être la cause d’une dysfonction érectile, le plus souvent passagère.

Une dysfonction érectile est-elle associée à la stérilité ?

Non. Une dysfonction érectile se limite à la difficulté ou à l’incapacité d’avoir une érection, alors que la stérilité définit l’incapacité (ou la difficulté) à concevoir un enfant.

Puis-je prévenir ce type de difficulté ?

La prévention de facteurs de risque peut contribuer à éviter certains troubles érectiles. Il est recommandé de maintenir une bonne santé vasculaire et cardiaque en suivant de bonnes habitudes alimentaires, en pratiquant une activité physique régulière, en arrêtant la consommation de tabac, en limitant la consommation d’alcool.
Il faut aussi apprendre à gérer son stress et à communiquer avec son/sa partenaire.

Quand faut-il que j’aille consulter ?

Généralement, en dehors des cas liés à une opération, à la prise de médicament ou à un traumatisme physique ou psychologique, le problème survient progressivement.
Vous constaterez que votre érection n’est pas complète ou que vous avez du mal à pénétrer votre partenaire.
Si vous observez que les pannes sexuelles s’enchaînent et durent plus de 3 mois, il est recommandé d’aller consulter votre médecin et d’en parler avec lui.
Des solutions existent et elles donnent de bons résultats. Trop tarder à consulter ou à en parler peut poser des problèmes psychologiques pour vous-même et pour votre couple.

Quels sont les traitements possibles ?

On estime actuellement qu’environ 90 % des problèmes de dysfonction érectile peuvent être traités.
Avant de vous traiter, votre médecin doit identifier la cause de votre problème : la présence d’une maladie, les traitements en cours, la consommation d’alcool ou de tabac…
Des tests préalables pourront vous être proposés :

  • Mesure de votre capacité à avoir une érection nocturne (scotch test).

  • Tension artérielle.

  • Concentration hormonale.

  • Test de circulation du sang dans le pénis.

En fonction de la nature de la cause identifiée, plusieurs types de traitement peuvent être mis en place, en comprimés ou en injection.
Dans certains cas, on recourt à la pose d’une prothèse pénienne par intervention chirurgicale. Il s’agit d’un acte chirurgical qui doit recueillir l’avis préalable de spécialistes et votre consentement, après vous avoir informé des bénéfices et des risques d’une telle intervention.

Les traitements sont-ils remboursés ?

Les traitements oraux ne sont pas remboursés par l’assurance maladie.
Dans certaines situations très particulières, les traitements par injection sont remboursés. Votre médecin doit alors remplir une ordonnance pour médicament d’exception. Par contre, toutes les consultations médicales sont prises normalement en charge.

Ces troubles sont la plupart du temps réversibles, dus à des phénomènes passagers. Il est nécessaire d’en parler rapidement à votre médecin qui mettra en place un traitement ou une solution adaptés.
Attention : de nombreux produits sont proposés sur Internet. Beaucoup d’entre eux sont issus de la contrefaçon et exposent à des risques majeurs.

Pole femme mère enfant du CHBS, Laboratoire BIOLOR


Service d' AMP 1er étage PFME , Laboratoire BIOLOR, Rue Louis Guiguen ,
56100 Lorient, France

Contacts

  • Fixe : 0297069285
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • On découvre un diabète pendant ma grossesse

    Vous êtes enceinte et on vous découvre un diabète pendant la grossesse. Ce n’est pas rare : c’est le diabète gestationnel. Il s’agit d’un diabète survenant uniquement chez la femme enceinte n’ayant pas de diabète connu auparavant, qui disparaît après l’accouchement dans 90% des cas. Il peut avoir un retentissement sur la mère et le bébé, ce qui justifie une surveillance et un traitement particuliers.

    Lire la suite
  • Hépatite C et grossesse : que devons-nous savoir ?

    Dans un couple, lorsque l’un des deux partenaires est suivi pour une hépatite C, le projet parental doit être programmé et discuté avec le personnel médical pour éviter tout risque de complication. Le dépistage de l’hépatite C a été récemment recommandé de façon systématique chez toutes les femmes en début de grossesse.

    Lire la suite
  • Cancer des testicules: je comprends les enjeux des traitements

    À l’issue du bilan effectué pour votre cancer du testicule, différents traitements peuvent être envisagés. Cette fiche fait le point sur ce qui pourra vous être proposé.

    Lire la suite
  • Suite à une greffe de cellules souches, pourrai-je avoir un enfant ?

    Les patients, ayant recours à une greffe dans le cadre du traitement d'un cancer du sang, peuvent s'interroger sur la possibilité d'avoir un enfant plus tard. Selon leur âge et le stade de leur maladie, ils peuvent disposer de mesures préventives pour préserver les cellules reproductrices, ou de solutions alternatives.

    Lire la suite
  • Vouloir un bébé après avoir eu un cancer : ce que je dois savoir

    Vous êtes jeune. Avant votre cancer, vous aviez un projet de grossesse. Faut-il abandonner cette idée ? Est-ce encore possible ? Est-ce dangereux ? Est-ce raisonnable ? Pour vous ? Pour le bébé ? Votre médecin vous conseillera.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale