Centre d'Assistance Médicale à la Procréation de Bretagne Sud Lorient
Cancer de l’ovaire : je comprends l’origine de la maladie - Centre d'Assistance Médicale à la Procréation de Bretagne Sud Lorient - Docvadis

Cancer de l’ovaire : je comprends l’origine de la maladie

Le cancer de l’ovaire est une tumeur maligne développée dans l’appareil génital féminin. Le cancer de l’ovaire reste relativement rare. Il n’y a pas de cause précise connue à cette maladie, en dehors de dispositions familiales ou personnelles.

Les ovaires, qu’est-ce que c’est ?

Les ovaires sont deux glandes de l’appareil génital féminin, mesurant 4 à 5 cm, situées dans le pelvis (partie basse de l’abdomen) et réunies à l’utérus par des ligaments. Les ovaires communiquent avec la cavité de l’utérus par les trompes. Ils sont constitués de plusieurs tissus : une couche externe qui produit les cellules de la reproduction (ovules) et une couche interne qui produit les hormones.

Les kystes des ovaires sont très fréquents, mais ne se transforment pas toujours en un cancer. Certains facteurs ont été identifiés comme augmentant leur risque de survenue.Les kystes des ovaires sont très fréquents, mais ne se transforment pas toujours en un cancer. Certains facteurs ont été identifiés comme augmentant leur risque de survenue.

A partir de la puberté et jusqu’à la ménopause, la fonction des ovaires est double :

  • Ils fabriquent chaque mois un ou plusieurs ovules, permettant une éventuelle grossesse.

  • Ils produisent les principales hormones féminines, œstrogène et progestérone. Ces hormones sont responsables, à l’adolescence, du développement des seins, de la pilosité, des modifications féminines de la voix et de la silhouette. Ce sont ces hormones qui régulent le cycle menstruel en déclenchant les règles et en modifiant l’utérus et les seins en préparation d’une éventuelle grossesse.

Après la ménopause, les ovaires ne produisent plus d’ovules, mais ils continuent à produire des hormones en très faible quantité.

Le cancer de l’ovaire est-il fréquent ?

Avec plus de 4 300 cas nouveaux par an, le cancer de l’ovaire est, par ordre de fréquence, le 7cancer de la femme.

Tous les kystes ou toutes les tumeurs de l’ovaire peuvent-ils devenir un cancer ?

Les kystes (cavités contenant en général du liquide) des ovaires sonttrès fréquents. Ils se développent avant l’ovulation. Mais il arrive qu’un ou plusieurs de ces kystes ne régressent pas avec les règles : ce sont les

« kystes fonctionnels » de l’ovaire.
Dans d’autres cas, il s’agit d’une tumeur bénigne développée dans l’un ou l’autre des tissus de l’ovaire.
Ces lésions peuvent parfois grossir et se compliquer (douleur, rupture, torsion, augmentation de volume), elles doivent alors être traitées par la chirurgie.

Y a-t-il plusieurs sortes de cancer de l’ovaire ?

Les tissus qui composent l’ovaire comportent différents types de cellules qui peuvent chacune se transformer en cellule cancéreuse. Le terme de cancer de l’ovaire regroupe donc un très grand nombre de tumeurs qui évoluent de manière différente et dont le traitement sera adapté.
Le cancer le plus fréquent – 80 % des cas – est développé dans la couche de tissu qui recouvre l’ovaire (épithélium).

Quelles sont les causes du cancer de l’ovaire ?

Les causes précises de ce cancer ne sont pas encore bien connues. Certains facteurs ont été identifiés comme augmentant le risque de survenue.

  • L’âge : le cancer de l’ovaire se voit surtout après 40 ans.

  • Les femmes qui n’ont pas eu d’enfant.

  • Le traitement de la stérilité ou de l’infertilité.

  • Les antécédents familiaux de cancer ovarien.

  • Le surpoids ou l’obésité.

  • Le fait d’avoir eu un cancer du sein.

  • L’exposition à l’amiante est un facteur de risque reconnu depuis mai 2009.

Le cancer de l’ovaire est-il héréditaire ?

Il arrive parfois que plusieurs cas de cancer de l’ovaire ou de cancer du sein surviennent dans la même famille. Il peut arriver que la même personne développe, au cours de sa vie, un cancer du sein et un cancer de l’ovaire.
Mais les cancers de l’ovaire réellement liés à une prédisposition génétique sont rares (environ 5%).
Certains gènes seraient responsables de la prédisposition au cancer du sein, ce qui expliquerait les formes familiales de ces deux tumeurs.
Si, dans votre famille proche, il y a eu plusieurs cas de cancer du sein ou de l’ovaire, parlez-en à votre médecin. Il existe des consultations particulières (onco-génétiques), où des médecins spécialisés pourront vous aider à évaluer votre propre risque et discuter avec vous des mesures de surveillance ou de prévention à mettre en œuvre pour vous et votre famille.

Puis-je me protéger du cancer de l’ovaire ?

Il est démontré que la prise d’une contraception orale par pilule contraceptive pendant plus de 10 ans a un effet protecteur.
Les traitements hormonaux de la ménopause semblent n’avoir aucun effet.
Le maintien d’une activité physique régulière pourrait avoir un rôle protecteur contre le cancer de l’ovaire.

Les kystes des ovaires ou les tumeurs sont très fréquents, mais ils ne se transforment pas toujours en un cancer. Moins d’une affection ovarienne sur cinq est un cancer.

Pole femme mère enfant du CHBS, Laboratoire BIOLOR


Service d' AMP 1er étage PFME , Laboratoire BIOLOR, Rue Louis Guiguen ,
56100 Lorient, France

Contacts

  • Fixe : 0297069285
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • On découvre un diabète pendant ma grossesse

    Vous êtes enceinte et on vous découvre un diabète pendant la grossesse. Ce n’est pas rare : c’est le diabète gestationnel. Il s’agit d’un diabète survenant uniquement chez la femme enceinte n’ayant pas de diabète connu auparavant, qui disparaît après l’accouchement dans 90% des cas. Il peut avoir un retentissement sur la mère et le bébé, ce qui justifie une surveillance et un traitement particuliers.

    Lire la suite
  • Hépatite C et grossesse : que devons-nous savoir ?

    Dans un couple, lorsque l’un des deux partenaires est suivi pour une hépatite C, le projet parental doit être programmé et discuté avec le personnel médical pour éviter tout risque de complication. Le dépistage de l’hépatite C a été récemment recommandé de façon systématique chez toutes les femmes en début de grossesse.

    Lire la suite
  • Cancer des testicules: je comprends les enjeux des traitements

    À l’issue du bilan effectué pour votre cancer du testicule, différents traitements peuvent être envisagés. Cette fiche fait le point sur ce qui pourra vous être proposé.

    Lire la suite
  • Suite à une greffe de cellules souches, pourrai-je avoir un enfant ?

    Les patients, ayant recours à une greffe dans le cadre du traitement d'un cancer du sang, peuvent s'interroger sur la possibilité d'avoir un enfant plus tard. Selon leur âge et le stade de leur maladie, ils peuvent disposer de mesures préventives pour préserver les cellules reproductrices, ou de solutions alternatives.

    Lire la suite
  • Vouloir un bébé après avoir eu un cancer : ce que je dois savoir

    Vous êtes jeune. Avant votre cancer, vous aviez un projet de grossesse. Faut-il abandonner cette idée ? Est-ce encore possible ? Est-ce dangereux ? Est-ce raisonnable ? Pour vous ? Pour le bébé ? Votre médecin vous conseillera.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale