Le site du Docteur Claude DEROUSSENT

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée

Je serai absent du 04/10/2018 au 07/10/2018 23:00
En poste aux urgences de l'hôpital de Thann de 8h30 à 20h30

Je serai absent du 11/10/2018 au 14/10/2018 23:00
En cas de nécessité durant mon absence, vous pouvez joindre le Cabinet Médical de KUNHEIM au 03 89 78 85 00

Je serai absent du 18/10/2018 au 21/10/2018 23:00
En poste aux urgences de l'hôpital de Thann de 8h30 à 20h30

J’ai une HTP, que dois-je modifier dans mon alimentation ? - Le site du Docteur Claude DEROUSSENT - Docvadis

J’ai une HTP, que dois-je modifier dans mon alimentation ?

Vous avez une hypertension pulmonaire (HTP), votre médecin vous a expliqué que vous devez adapter votre façon de vivre à votre maladie et notamment votre alimentation. Certains des conseils alimentaires donnés par votre médecin ou votre diététicienne sont relatifs aux symptômes de votre maladie (insuffisance cardiaque) et d’autres sont justifiés par la prise de certains médicaments (des anticoagulants de la famille des anti-vitamines K).

Pourquoi je dois « manger sans sel » ? 

Il y a de fortes chances pour que le médecin vous ait conseillé un régime pauvre en sel. Réduire vos apports en sel permet de limiter votre risque de rétention de liquide (œdème) dans votre organisme : dans les poumons, l’abdomen, les jambes. Cela permet aussi d’éviter l’épuisement de votre cœur.

La plupart du temps, il s’agit d’un régime pauvre en sel mais pas d’un régime sans sel strict.

Sachez que la consommation quotidienne normale de sel est de 6 à 8 g. En réalité les Français en consomment bien davantage.

En cas d’insuffisance cardiaque, la consommation quotidienne ne doit pas excéder 2,5g par jour. Un régime strict apportant au maximum 1g par jour n’est indiqué qu’en cas de poussée aigue d’insuffisance cardiaque (en général à l’hôpital). Mais attention, pas question d’entreprendre un régime désodé sans avis médical. 

Que dois-je faire pour limiter à 4 ou 5g ma consommation de sel ? 

Au début vous aurez probablement besoin de l’aide d’une diététicienne pour acquérir de bonnes habitudes pour réduire votre consommation de sel.

En effet, il ne suffit pas de réduire ou de supprimer l’ajout de sel dans les aliments que ce soit lors de la préparation ou dans l’assiette. Le sel se cache aussi où on ne s’y attend pas : dans les aliments eux-mêmes et surtout dans les préparations industrielles.

De plus au sein d’une même famille d’aliments, certains sont plus salés que d’autres. Sachez par exemple que les fromages sont globalement salés, mais que le Roquefort l’est 5 fois plus que le Saint-Nectaire. Par conséquent évitez les fromages en particulier le Roquefort, la Fêta, le Cantal, le Bleu, le Maroilles, le Gruyère. Mais vous pouvez vous autoriser sans abus une portion de Comté, de Saint-Nectaire ou de chèvre frais.

Évitez les charcuteries, à l’exception du jambon blanc autorisé en petite quantité.

Renoncez aux plats industriels.

Évitez les jus de légumes du commerce (jus de tomate) mais vous pouvez consommer des jus de fruits pressés.

Évitez les eaux gazeuses, à l’exception de l’eau de Perrier et de Salvetat.

Les poissons sont autorisés sauf l’anchois et le saumon fumé. Évitez les crustacés et les fruits de mer.

Évitez le pain, les biscottes et les gâteaux secs. Sachez que le pain est le premier contributeur en sel de l’alimentation avec 25% de l’apport journalier. Chaque boulangerie vous proposera du pain sans sel sur commande. 

Vous pouvez remplacer le sel par des épices et des aromates ; sachez que si la moutarde et le ketchup sont salés, certaines marques en proposent sans sel. 

Puis-je utiliser un sel de substitution ?

Les deux sels qui restituent le mieux le goût sont le sel Xal et le sel Bouillet mais ils ont l’inconvénient d’être riches en potassium. Posez la question à votre médecin avant de les utiliser. Renoncez au sel allégé vendu sous la marque sel D car il reste riche en NaCl. 

Puis-je boire de l’alcool ? 

D’une façon générale vous devez éviter de consommer des boissons alcoolisées. Autorisez-vous de façon exceptionnelle à en prendre une très petite quantité. 

J’ai un traitement anticoagulant par anti-vitamines K, à quoi dois-je faire attention dans mon alimentation ? 

Vous devez prendre quelques précautions, car certains aliments (ou médicaments) peuvent modifier l’efficacité de votre traitement, soit en la renforçant (et vous risquez de saigner), soit en la diminuant (et vous n’êtes plus correctement protégé).

Les légumes verts à feuilles sont riches en vitamine K (choux, épinards, salades, cresson, etc.), ainsi que les huiles de colza, de soja ou d’olive et le foie. De même, certains fromages fermentés peuvent contribuer à l’apport en vitamine K. Enfin sachez que les mets japonais Miso et Natto à base de soja fermenté sont particulièrement riches en vitamine K.

En pratique, vous ne devez pas supprimer les légumes verts qui sont excellents pour la santé, mais au contraire les consommer de façon régulière et en quantité égale afin de ne pas modifier l’efficacité de votre dose habituelle de médicament. 

Plus généralement un changement subit de vos habitudes alimentaires, des quantités consommées (jeûne, perte d’appétit, excès alimentaires), ainsi que la consommation d’alcool sont susceptibles de modifier l’efficacité de votre traitement anti-vitamine K.

Vos restrictions alimentaires ne doivent pas vous empêcher d’avoir une vie sociale agréable. Informez vos proches des précautions que vous devez prendre et acceptez leurs invitations. Certains accepteront même volontiers que vous leur donniez des idées de menus et des recettes adaptées à vos contraintes.

SAMU 68


Médecin Régulateur libéral, Mulhouse,

Polyclinique


Centre de soins non programmés, 1 Rue Saint-Jacques,
68800 Thann, France

Cabinet Médical Du Dr Claude Deroussent

10 Rue du Rhin,
(impasse Du Rhin),
68320 Muntzenheim, France

Contacts

  • Fixe : 0389477093
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Dois-je prendre des compléments alimentaires ?

    Les compléments alimentaires sont des sources concentrées de micronutriments, qui regroupent les vitamines, les minéraux et les oligoéléments. Ils n’apportent pas de calories mais sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme en facilitant les réactions énergétiques. Est-il nécessaire d’en consommer en dehors de notre assiette ?

    Lire la suite
  • Un test pour évaluer mes habitudes alimentaires

    Pour assurer un bon équilibre alimentaire, il faut associer un apport calorique, en quantité adaptée à votre âge et à votre activité, et un comportement alimentaire harmonieux, qui allie plaisir et équilibre. Evaluez vos habitudes alimentaires en faisant ce test et selon vos résultats parlez-en avec votre médecin.

    Lire la suite
  • Pendant ma grossesse, je veille à mon alimentation

    Tout au long de votre grossesse, vous devrez accorder une importance particulière à votre alimentation pour la santé de votre enfant et la vôtre.

    Lire la suite
  • J’équilibre mon diabète au quotidien : un schéma pour comprendre

    Ce schéma permet de visualiser les bonnes pratiques à mettre en place dans votre vie pour contrôler votre diabète. Pour cela il faut pratiquer une activité physique, avoir un suivi diététique, surveiller votre poids et vous faire aider pour arrêter de fumer si nécessaire. Puis, selon les cas, la prise quotidienne de médicaments, l'auto surveillance glycémique et la surveillance de vos pieds seront nécessaires. Votre médecin pourra le commenter avec vous.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale