Le site du Docteur Catherine BELAIR Neurologue

Neurologie
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Mon enfant fait pipi au lit : ce que je dois savoir - Le site du Docteur Catherine BELAIR Neurologue - Docvadis

Mon enfant fait pipi au lit : ce que je dois savoir

L’énurésie est le terme médical pour parler du « pipi au lit ». Elle peut être primaire ou secondaire, ce qui déterminera la manière de traiter.

Qu’est-ce que l’énurésie ?

L’énurésie désigne le fait d’uriner inconsciemment et involontairement durant le sommeil (la nuit ou le jour pendant la sieste).
On parle d’énurésie primaire si votre enfant n’a jamais réussi à maîtriser sa vessie la nuit et d’énurésie secondaire si, après une période de propreté de trois à six mois (voire un an), le « pipi au lit » réapparaît.

Pourquoi mon enfant est-il énurésique ?

Différentes causes peuvent être impliquées.
Pour une énurésie primaire, on cite :

  • L’immaturité de la vessie : un retard dans la mise en place des réflexes des nerfs et des muscles contrôlant la vessie.

  • L’hérédité : près de 50 % des enfants énurétiques ont au moins un parent qui a été énurétique.

  • Un trouble hormonal qui provoque une surproduction d’urine durant la nuit.

  • Une difficulté à se réveiller.

  • Une maladie organique (constipation chronique, diabète…) ou une malformation de l’appareil urinaire.

Pour une énurésie secondaire, un facteur psychologique est souvent impliqué :

  • Trouble affectif ou relationnel.

  • Naissance d’un petit frère ou d’une petite sœur.

  • Difficulté familiale, divorce des parents.

  • Changement d’école, déménagement.

  • Intimidation par d’autres enfants.

  • Emotions.

Existe-t-il des facteurs déclenchant l’énurésie ?

Oui. Les chocs émotionnels, la constipation, les troubles du sommeil, des troubles psychomoteurs, la passivité des parents dans l’apprentissage de la propreté peuvent constituer des facteurs déclenchant l’énurésie.

Quels traitements seront prescrits à mon enfant ?

Un traitement ou des méthodes adaptées sont proposés en fonction du type d’énurésie de votre enfant.
Il existe des thérapies :

  • Utilisant une alarme pour réveiller votre enfant, dès qu’il commence à mouiller son lit.

  • Organisées autour de la mise en place d’un calendrier mictionnel, où votre enfant note ses progrès et gagne en motivation.

  • Où on apprend à votre enfant à se retenir d’uriner sur des périodes de plus en plus longues.

Il existe aussi différents types de médicaments efficaces prescrits en fonction des troubles.
Si l’énurésie est liée à un trouble affectif, une prise en charge psychologique sera recommandée.
D’autres types d’approche existent et peuvent vous être proposés en fonction du cas précis de votre enfant : acupuncture, hypnose, homéopathie, thermalisme…
Les différents traitements doivent être décidés en concertation avec votre médecin.

Dois-je éviter de lui donner certaines boissons ou certains aliments ?

Oui. Il est recommandé d’éviter les produits à base de caféine : boisson gazeuse type cola, chocolat chaud, barre de chocolat.

Quels conseils puis-je donner à mon enfant ?

Vous devez lui expliquer, en termes simples, ce qui se passe, sans le ridiculiser, ni le culpabiliser ni le punir.
Vous pouvez lui rappeler de ne pas boire dans les deux heures qui précèdent le coucher, de bien vider sa vessie avant d’aller au lit. Vous pouvez lui mettre une veilleuse allumée à côté de son lit et lui dire de ne pas hésiter à se lever la nuit.

Il est important de dédramatiser et de banaliser les conséquences du pipi au lit. Pour cela, il faut mettre en place des mesures susceptibles de faciliter la vie de l’enfant et de sa famille (protection du matelas...). Il est essentiel que l’enfant préserve l’estime de soi : il faut éviter de le forcer à porter des couches (infantilisantes et humiliantes pour certains enfants).

Cabinet médical du Docteur Catherine BELAIR

1 Place Paul JAMOT ,
1er Etage,
51100 REIMS, France

Contacts

  • Fixe : 03 26 47 47 70
  • Fax : 03 26 88 53 70
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

CHU de REIMS Hôpital Maison Blanche


Neurologie Professeur BAKCHINE, Rue Cognac JAY ,
51100 REIMS, France

Contacts

  • Fixe : 03 26 78 70 87
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Centre Hospitalier Régional

Contacts

  • Fixe : 03 23 24 33 33

Documents similaires

  • Quelle méthode pour arrêter de fumer ?

    Arrêter de fumer demande de la motivation et une méthode adaptée. Substituts nicotiniques, consultation anti-tabac, prescriptions médicales, cigarette électronique, méthodes alternatives. Tour d’horizon de l’arsenal anti-tabac.

    Lire la suite
  • Diabète et nerfs

    L'excès de sucre dans le sang, en cas de diabète mal équilibré, peut entraîner des lésions de vos nerfs. Cette complication du diabète, longtemps discrète, impose la vigilance. Vous apprendrez à bien surveiller vos pieds s'ils deviennent insensibles. Une petite plaie peut entraîner une gangrène d'un orteil, et même du pied. Vous devez être examiné au moins une fois par an pour dépister et prévenir ces complications.

    Lire la suite
  • La vessie : un schéma pour comprendre

    Ce schéma permet de visualiser l’anatomie de la vessie. Votre médecin pourra le commenter avec vous. Il vous permettra de mieux comprendre les explications et recommandations qui vous seront apportées dans votre parcours pour optimiser votre prise en charge.

    Lire la suite
  • L'application « Mon coach sommeil »

    L'application «Mon coach sommeil » a été conçue par les spécialistes du sommeil du Réseau Morphée pour vous aider à retrouver et maintenir un sommeil de qualité.

    Lire la suite
  • Retirer une tique, des schémas pour comprendre

    Ces schémas vous permettent de visualiser comment bien retirer une tique en cas de morsure. La maladie de Lyme est une maladie grave transmise par les tiques qui sont elle-même infectées. Elles inoculent la bactérie à l’homme en le mordant pour se nourrir de son sang. Plus vous agissez rapidement en cas de morsure, moins les risques de transmission de la maladie sont élevés.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale