La cancérologie à la Polyclinique de la Manche
Quiz Après cancer : êtes-vous préparé à votre retour à la vie normale ? - La cancérologie à la Polyclinique de la Manche - Docvadis

Quiz Après cancer : êtes-vous préparé à votre retour à la vie normale ?

Vous reprenez votre vie normale après un traitement contre un cancer. Vous avez droit à certaines aides ou à des aménagements. Ce test vous aidera à mémoriser ces avantages. Evaluez vos connaissances en répondant à ce quiz !

 

Quiz Après cancer

 

Question 1 : 

A la sortie de l’hôpital :

1ère réponse :FAUX

Pendant une hospitalisation on est très entouré et la vie est rythmée par de multiples examens, visites et soins divers. Le retour au domicile est souvent suivi d’un sentiment de solitude, de désorientation, d’abandon, auquel s’ajoute la crainte d’une récidive, appelée syndrome de Damoclès. Se préparer à vivre ces difficultés, qui peuvent paraître paradoxales, aide à les surmonter.

2ème réponse :VRAI

Après avoir surmonté la maladie, vous serez peut-être confronté à des effets secondaires persistants, voire à des séquelles plus durables. N’hésitez pas à aborder ces problèmes avec votre oncologue au moment des consultations de surveillance ou bien avec l’infirmière coordinatrice des soins. Il existe des solutions. L’espace d’information de votre établissement de soins pourra vous guider vers des professionnels ou des associations de patients.

3ème réponse :FAUX

La pratique d’une activité physique modérée ou, même, la reprise d’un sport est non seulement possible mais recommandée car elle a de nombreux effets bénéfiques sur la santé physique et psychique. Bien entendu, il faut s’informer sur les sports éventuellement déconseillés, commencer modérément et augmenter progressivement les efforts. Parlez-en à votre médecin ou à un professeur d’Activité Physique Adaptée.

4ème réponse :VRAI

Un handicap consécutif à un cancer peut donner droit à une carte d’invalidité, divers avantages et des aides financières. Renseignez-vous auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) de votre département ou d’un centre d’information spécialisé sur les droits sociaux.

5ème réponse :VRAI

La reprise de la vie de couple peut être perturbée par l’impact relationnel de la maladie, des traitements, de la fatigue et des modifications du corps. Par ailleurs, certaines opérations chirurgicales, la radiothérapie, l’hormonothérapie et la prise de poids éventuellement provoquée par la chimiothérapie sont susceptibles d’entraîner des difficultés sexuelles, souvent également d’origine psychologique. Les troubles sexuels vraiment handicapants sont rares et le plus souvent limités par un traitement adapté. N’hésitez pas à en parler à votre médecin ou votre psychologue.

Question 2 : 

A ma reprise de travail

1ère réponse :FAUX

Si ce n’est pas obligatoire, il est recommandé de rencontrer le médecin du travail avant la reprise du travail.Il prendra connaissance de votre dossier et de vos séquelles éventuelles et envisagera, si nécessaire, des aménagements de votre poste de travail, sachant que vos conditions de reprise du travail dépendent de votre régime social.

2ème réponse :FAUX

L’aménagement du temps de travail est soumis à l’accord de l’employeur. Votre médecin généraliste ou votre oncologue peut adresser un courrier au médecin du travail pour soutenir un temps partiel thérapeutique, qui nécessitera l’accord du médecin conseil de la Sécurité Sociale, en plus de celui de votre employeur.

3ème réponse :VRAI

Un temps partiel thérapeutique approuvé par le médecin conseil de la Sécurité Sociale et votre employeur ouvre droit à des indemnités journalières.

4ème réponse :VRAI

Une visite médicale est obligatoire dans les huit jours qui suivent votre reprise du travail. Si elle révèle que votre poste de travail n’est pas adapté le médecin du travail envisagera une adaptation, en accord avec le médecin conseil de la Sécurité Sociale et l’employeur.

5ème réponse :VRAI

Après deux examens médicaux espacés de 15 jours, le médecin du travail peut vous déclarer inapte à votre poste. Si votre poste de travail ne peut pas être adapté, votre employeur est tenu de chercher des possibilités de reclassement dans l’entreprise mais autorisé à vous licencier, avec des indemnités spécifiques, si cela se révèle impossible. Dans tous les cas, consultez les délégués du personnel de votre entreprise et reportez-vous à votre convention collective.


 


 

 


 

Polyclinique de la Manche

45 Rue du Général Koenig, 50000 Saint-Lô, France

Contacts

Téléphone : 08 26 90 78 78

Documents similaires

  • J'apprends à vivre avec les séquelles du cancer

    Le cancer et ses traitements laissent parfois des traces, comme une ablation du sein ou une dérive de l'appareil digestif. Associés à des problèmes moins visibles (incontinence, problèmes sexuels, fatigue...), ces séquelles sont souvent dures à porter après un cancer.

    Lire la suite
  • Après un cancer : dois-je me faire aider ?

    Grâce aux progrès de la médecine, de nombreuses personnes peuvent espérer guérir de leur cancer. Cependant, l’après-cancer, phase de transition, demande un réel travail psychique. Pour mieux appréhender cette période et les difficultés associées, il est parfois indispensable de se faire aider.

    Lire la suite
  • Reprendre mon travail après un cancer : ce que je dois savoir

    Pour se dérouler dans les meilleures conditions, la reprise de votre travail doit être préparée en coordination avec votre oncologue, votre médecin généraliste, le médecin conseil de la Sécurité Sociale et le médecin du travail.

    Lire la suite
  • Témoignage de Catherine : je me retrouve après mon cancer

    Souffrant d’un cancer des ovaires, Catherine directrice d’école, a subi une opération chirurgicale et une chimiothérapie. Après la chirurgie, il lui a fallu du temps et un accompagnement adapté pour accepter son nouveau corps. Voici son témoignage.

    Lire la suite
  • Témoignage d’Isabelle : elle pense positivement après son cancer

    Isabelle, professeur d’arts plastiques, a subi une chirurgie conservatrice et une radiothérapie pour traiter un cancer du sein. Elle doit maintenant suivre une hormonothérapie pendant cinq ans. Avec l’aide d’un psychologue, elle a cherché des ressources en elle-même pour lutter contre ce cancer qu’elle a ressenti comme une agression. Voici son témoignage.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale