Cabinet des Docteurs TORRE HAMON HALLET
J'ai une bonne hygiène de vie pour limiter le risque de cancer colorectal - Cabinet des Docteurs TORRE HAMON HALLET - Docvadis

J'ai une bonne hygiène de vie pour limiter le risque de cancer colorectal

L’alimentation joue un rôle dans l’apparition du cancer colorectal. La consommation d’alcool augmente le risque d’avoir un cancer colorectal, tout comme une alimentation excessive en viandes rouges ou trop riche en charcuteries. A l’inverse, la consommation de fibres alimentaires et l’activité physique régulière, diminuent ce risque.

Pourquoi privilégier une alimentation riche en fibres alimentaires ?

La consommation régulière de fibres alimentaires a un rôle protecteur probable vis-à-vis du cancer colorectal.
Les fibres alimentaires font partie de tout repas équilibré et sont également essentielles pour avoir un “bon” transit intestinal.
Les principales sources de fibres alimentaires sont les :

  • Céréales complètes.

  • Fruits.

  • Légumes et légumineuses (lentilles, haricots secs...).

Consommez chaque jour au moins 5 fruits et légumes variés (crus, cuits, frais, en conserves ou surgelés) ainsi que des céréales et des légumes secs.
Si vous augmentez du jour au lendemain votre consommation en fibres alimentaires, il est possible que vous vous sentiez ballonné : cet effet transitoire disparaît en quelques jours.

Pourquoi privilégier une alimentation riche en aliments dits maigres ?

Une alimentation équilibrée avec une préférence pour les aliments dits maigres, diminue le risque de cancer colorectal.
Pensez à diversifier votre alimentation par des aliments plus pauvres en graisses comme le poisson, les œufs et les viandes blanches (volailles et veau par exemple), en les alternant au cours de la semaine.

 

Les habitudes alimentaires participent au risque de développer un cancer colorectal : connaissez les aliments protecteurs ! Tabac et alcool sont dangereux : pensez au sevrage si vous êtes concerné(e).Les habitudes alimentaires participent au risque de développer un cancer colorectal : connaissez les aliments protecteurs ! Tabac et alcool sont dangereux : pensez au sevrage si vous êtes concerné(e).

 

Pourquoi limiter ma consommation d’alcool ?

L'alcool est un facteur de risque de mortalité par cancer. Il a été établi, chez les hommes, que la consommation d'alcool augmentait le risque de cancer colorectal. Chez les femmes, l’association entre consommation d’alcool et cancer colorectal a été jugée probable.
Une consommation modérée d’alcool est donc recommandée pour prévenir l’apparition du cancer colorectal soit, pas plus de 2 verres de vin par jour par exemple.

Pourquoi limiter ma consommation en viandes rouges et charcuteries ?

Une consommation excessive de viandes rouges (bœuf, porc, mouton) ou de charcuteries, augmente le risque de cancer colorectal. Il est donc recommandé de limiter sa consommation de viande rouge à environ 500 g par semaine. De même, une consommation modérée de charcuteries est préférable, en limitant au maximum les charcuteries très grasses et/ou très salées.

Pourquoi surveiller mon poids et lutter contre l'obésité ?

Le surpoids et l’obésité augmentent le risque d’apparition du cancer colorectal. Même si on sait bien que certaines personnes ont tendance à prendre facilement du poids, contrairement à d’autres, une alimentation trop importante et trop calorique est à l’origine de surpoids et d’obésité dans la population française.
Il est donc préférable de ne pas abuser d’aliments trop gras ou trop sucrés et de privilégier la consommation de fruits et légumes moins caloriques. Si vous avez un problème de poids, un conseil voire un suivi par un(e) diététicien(ne) vous aidera à adopter une alimentation équilibrée.
Pensez à surveiller votre poids régulièrement et pesez-vous une fois par mois. Par ailleurs, une activité physique régulière, permet d’éviter ou de limiter le surpoids, voire, une obésité éventuelle.

Pourquoi pratiquer régulièrement une activité physique ?

Une activité physique régulière est bénéfique car elle diminue le risque de cancer colorectal et contribue à prévenir la prise de poids et l’obésité. A titre d’exemple, 30 minutes de marche rapide pendant 5 jours par semaine ou 20 minutes de jogging 3 fois par semaine, maintiennent voire améliorent votre état de santé. Par ailleurs, il est utile de limiter les activités sédentaires comme rester devant la télévision par exemple.

Le tabagisme augmente le risque d’apparition du cancer colorectal, car il interagit avec d’autres facteurs, comme la consommation de boissons alcoolisées. Des consultations spécialisées peuvent vous soutenir dans ces sevrages.

129 Rue Roger Payet Rivière des Pluies 97438 Sainte Marie

129 Roger Payet ,
Rivière des Pluies,
97438 Sainte Marie, Réunion

Contacts

  • Fixe : 02 62 53 54 58
  • Fax : 02 62 53 38 06
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

Urgences et premiers soins

Je souhaite contacter les urgences. Qui dois je appeler ? Pour quoi ?

Le SAMU (15) : Réponse en direct.
Urgences Médicales. Blessés par accident. Malaise dans un lieu public. Accident du travail

Les POMPIERS (18) : Réponse en direct.
Incendie. Accident de la route. Accident domestique, c'est-à-dire survenant à la maison. Explosion. Intoxication au Gaz ou toxiques. Noyade.

La SECURITE (17) : Réponse en direct.
Accident de la route.

L'URGENCE (112) : Service centralisateur.

Numéro européen à utiliser de préférence depuis un téléphone mobile.
Votre appel sera dirigé vers un des services de secours le plus proche.

Découvrez tous nos conseils

Les piqûres de méduse sont, en général, bénignes (sauf chez les sujets allergiques) mais, elles sont douloureuses.

Les réactions sont le plus souvent immédiates, sensation de brûlure, rougeurs, gonflement, vésicules.

Le corps des méduses n'est pas dangereux, ce sont leurs tentacules qui le sont. Dans filaments plus ou moins longs en fonction des espèces, se trouvent des formations très petites qui s'apparentent à des harpons creux. Lorsqu'un tentacule entre en contact avec quelque chose, le harpon-réservoir jaillit en quelques millièmes de seconde et se plante dans l'intrus. Les harpons vont injecter du venin et l'empêcher de ressortir. On comprend bien qui faut enlever les harpons, sans appuyer sur les réservoirs, pour ne pas envoyer une deuxième dose de venin.

A la Réunion nous avons plusieurs sortes de méduses, mais aussi des Physalies ou Galères Portugaises (qui sont pas des méduses, mais de sacrées galères) il y en a de plus en plus car leurs prédateurs, la tortue caouane, se raréfie. Ces physalies sont plus méchantes que les méduses, elles ont des tentacules de pêche, long parfois de dix à quinze mètres, garnis de cellules urticantes identiques à celles des méduses elles peuvent entrainer des douleurs, des difficultés respiratoires, des nausées, des douleurs abdominales, des malaises, voire une perte de connaissance, ce qui peut être très fâcheux quand la victime est loin du rivage.

Vous passez des vacances de rêve à barboter dans l'eau, sur la côte ouest de notre belle île à grand spectacle. Et c'est vous qui allez faire le spectacle. Alors que vous nagiez dans le lagon à l'eau bleu turquoise, vous avez eu l'impression de frôler quelque chose et vous ressentez une douleur brulante et soudaine sur la jambe gauche. Pas de doute, vous vous êtes fait piquer par une méduse !

Que devez vous faire maintenant :

Eviter les jurons, il y a des gosses sur la plage

Sortir calmement, mais rapidement, de l'eau, essayez de ne pas gratter la zone où vous vous êtes fait piquer. Il y a des risques qu'il y ait encore des tentacules attachés à votre peau et vous allez répandre encore plus de venin en les grattant ou en les touchant (et vous allez poiquer votre main).

Rincer abondamment à l'eau de mer et pas du tout à l'eau douce (la différence de pression osmotique injecterait le venin restant !)

Déposer du sable sans frotter. Laisser sécher, puis rincer à nouveau à l'eau de mer.

Il faut maintenant enlever les tentacules collées à votre peau, ne touchez pas avec votre main, si vous les voyez et que vous avez une pince à épiler sous la main c'est bien, sinon, une carte de crédit (la gold est bien, la carte vitale fera l'affaire) ou la lame d'un couteau, un carton rigide fera l'affaire. Procédez-le plus doucement possible en utilisant la carte de crédit avec un angle à 30 degrés.

Le venin est sensible à la chaleur, si vous avez de l'eau chaude salée sous la main (on ne sait jamais), vous pouvez l'utiliser pour rincer !

Informez les maitres nageurs de la présence de méduses. Ils se chargeront d'alerter les baigneurs

Si douleur un peu de paracétamol, consultez un médecin en cas de douleurs ou de grattelle persistantes il prescrira anti histaminique et crème apaisante.

Ce qu'il faut éviter :

Si une jolie dame se propose de faire pipi sur votre jambe, il faut lui dire non, on ne fait pas pipi sur une piqure de méduse !

Ne pas rincer à l'eau douce, ni au vinaigre

Ne pas essayer d'aspirer le venin avec la bouche, comme dans les films américains, vous auriez les lèvres en feu.

Quand appeler des secours

La plupart des piqures de méduse ne nécessitent pas l'intervention d'un médecin ou du SAMU.

Mais, dans certaines situations il ne faut pas attendre pour appeler de l'aide :

Si perte de connaissance

Si la piqure touche vos parties génitales (il ne faut pas se baigner tout nu "en ver"), le visage, si la surface touchée dépasse une surface supérieure à la moitié d'un bras, ou d'une jambe, ou une grande partie de votre torse.

Si la piqûre a provoqué une réaction allergique grave, des difficultés à respirer, des vertiges, un malaise ou des vomissements.

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale