CABINET MEDICAL D'ANCY LE FRANC
Quels sont les risques que je développe un cancer du poumon ? - CABINET MEDICAL D'ANCY LE FRANC - Docvadis

Quels sont les risques que je développe un cancer du poumon ?

Le cancer du poumon est l'un des cancers les plus répandus. Il peut être prévenu, de façon très efficace, en évitant ou en cessant de fumer.

Hommes et femmes sont-ils égaux devant le risque de cancer du poumon ?

 

 

En France, en 2015, sur les plus 45 222 nouveaux cas estimés de cancer du poumon, 30 401 concerneraient les hommes et 14 821, des femmes 1.

Néanmoins, grâce à l’efficacité des programmes de lutte contre le tabagisme, le nombre de nouveaux cas de cancer du poumon chez les hommes et, de ce fait, la mortalité masculine liée à ce cancer ont baissé depuis une dizaine d’année. Chez les hommes de 40 ans, la mortalité a été divisée par deux en dix ans.

Chez les femmes, la situation est différente. Le tabagisme féminin s’est répandu à partir des années 60 en France et la mortalité par cancer du poumon a été multipliée par quatre en quinze ans chez les femmes de 40 ans.
Le cancer du poumon est devenu récemment la deuxième cause de mortalité liée au cancer chez la femme dans notre pays et il est prévisible que les cas de cancer du poumon se développent chez les femmes, au fur et à mesure que vieilliront les générations qui ont beaucoup fumé. Le cancer du poumon est désormais la deuxième cause de décès par cancer chez la femme.

 

 

Evolution de la consommation de cigarettes comparée à la mortalité par cancer du poumon chez l’homme et la femme (source IGR)Evolution de la consommation de cigarettes comparée à la mortalité par cancer du poumon chez l’homme et la femme (source IGR)

 

Quel est le principal facteur de risque ?

Près de 85 % des cas de cancers du poumon sont imputables à la consommation de tabac.
Les deux-tiers des décès des fumeurs réguliers sont liés au tabac, le tabac favorisant aussi l’apparition de nombreux autres cancers, au niveau de la bouche, de la gorge et de la vessie, et étant également un facteur de risque pour les maladies cardiovasculaires.

Arrêter de fumer, ça vaut la peine !

Le risque d’avoir un cancer du poumon dépend du nombre d’années de consommation, du nombre de cigarettes fumées par jour et de l’âge auquel la personne a commencé à fumer. Plus que la quantité de tabac consommé, c'est la durée de consommation qui semble importante.

A tout âge, arrêter de fumer est bénéfique.

La figure ci-dessous présente les résultats d’une étude récente qui a estimé le risque de cancer du poumon en fonction de l’âge de l’arrêt.

A 75 ans, le risque est de 16 % chez les fumeurs et de 10 %, 6 %, 3 % et 2 % chez les personnes qui ont arrêté de fumer respectivement à 60, 50, 40 et 30 ans.

 

 

Arrêter de fumer vaut toujours la peine (source IGR).Arrêter de fumer vaut toujours la peine (source IGR).

 

 

Cet examen nécessite d'être à jeun. Vous ne devez pas manger durant les six heures précédentes, mais vous pouvez boire de l'eau.

En revanche, l’effet d’une simple réduction de la dose journalière de tabac est très limité.

Quels risques le tabagisme passif fait-il courir aux non-fumeurs ?

Le tabagisme passif majore le risque de cancer du poumon des non-fumeurs. L’interdiction de fumer dans tous les lieux publics, entrée en vigueur en 2008, a pour but de protéger la population contre ce tabagisme passif.

Existe-t-il d’autres facteurs de risque ?

La consommation régulière de cannabis est également un facteur de risque.

Certains cancers du poumon sont liés à une exposition professionnelle ou environnementale à des substances cancérigènes : amiante, goudrons, arsenic, radon, particules fines des moteurs diesel…

Les personnes atteintes par certaines affections respiratoires, ou l'ayant été, de même que celles ayant des antécédents personnels ou familiaux de cancer du poumon, sont plus à risque de développer la maladie.

A l’échelle mondiale, une origine hormonale est suspectée dans l’augmentation du nombre de cancers du poumon chez des femmes n’ayant jamais fumé mais reste à démontrer.

En Asie, l'augmentation très particulière de ces cancers, sans lien avec le tabac, pourrait aussi être en rapport avec l'inhalation de fumées dues à certains modes de cuisson (wok, charbon de bois…).

Enfin, certains virus dont le papillomavirus humain (HPV) pourraient également jouer un rôle dans le déclenchement du cancer du poumon.

La meilleure arme pour éviter la survenue du cancer du poumon est la prévention avec la lutte contre le tabagisme.

 

Adresses utiles:
  • Les cancers en France / Edition 2015" Institut National du Cancer (INCa) 

  • Institut de cancérologie Gustave-Roussy (IGR).

  • Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Ancy le Franc


Cabinet Médical , rue des arbres, 89160 Ancy le Franc, France

Contacts

Téléphone : 03 86 75 30 25
Fax : 03 86 75 30 26

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je prends conscience du réel danger d’un bronzage en cabine

    Les cabines de bronzage attirent chaque année de nombreux clients, souvent inconscients du risque qu’ils encourent. Car, bien loin des supposés bénéfices qu’apporteraient les rayons UV pour préparer la peau au soleil, les cabines de bronzage sont impliquées dans l’augmentation du nombre de mélanomes, les plus graves cancers de la peau.

    Lire la suite
  • Mon enfant consomme de l'alcool : comment puis-je l'aider ?

    La consommation d’alcool des adolescents se déroule généralement dans un cadre festif et de manière ponctuelle, et est associée à un phénomène de groupe et un effet d’entraînement. Les conséquences de cette alcoolisation peuvent être dramatiques.

    Lire la suite
  • Quelles précautions dois-je prendre pour prévenir une phlébite ?

    La phlébite des membres inférieurs risque de survenir quand la circulation veineuse est ralentie ou empêchée. La formation d’un caillot dans une veine profonde des membres inférieurs peut avoir des conséquences graves (embolie pulmonaire) et doit être évitée.

    Lire la suite
  • Mon enfant a-t-il un risque de devenir obèse ?

    La probabilité qu’un enfant obèse le reste à l’âge adulte varie selon les études : de 20 à 50 % pour une obésité avant la puberté, de 50 à 70 % pour une obésité débutant après la puberté. Il est recommandé de dépister tôt le surpoids voire l'obésité, pour une prise en charge précoce. Il y a des enfants qui sont plus à risque d’être obèses que d'autres.

    Lire la suite
  • Comment doit s'alimenter mon enfant en surpoids ?

    De mauvaises habitudes alimentaires (trop de calories, grignotages toute la journée) ainsi qu’une trop grande sédentarité contribuent au surpoids et à l’obésité. Il convient de les corriger et d’apprendre à manger autrement à votre enfant. Manger équilibré s’apprend dès l’enfance et cela est d’autant plus facile que les parents montrent l’exemple.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale