Docteur Bernard Villaret

Médecine Générale
Conventionnement : Exercice hospitalier
Je sais comment ma douleur chronique peut être évaluée - Docteur Bernard Villaret - Docvadis

Je sais comment ma douleur chronique peut être évaluée

La douleur chronique a souvent des impacts multiples. Un certain nombre d’outils ou plutôt d’échelles permettent à votre médecin d’analyser et de qualifier votre douleur chronique (qui dure depuis plus de 3 à 6 mois). Cette évaluation est essentielle pour la prendre en charge.

A quoi correspond une douleur chronique ?

La douleur chronique s’inscrit dans la durée. Cette expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, correspond à une véritable maladie qui s’exprime de différentes façons. Cette douleur chronique est donc multidimensionnelle. Elle a des conséquences sur votre vie quotidienne, perturbe votre sommeil et altère votre qualité de vie. Son évaluation se fait à plusieurs niveaux pour en analyser les différentes composantes.

Dans ce contexte, votre médecin vous posera des questions personnelles à propos de cette "maladie" et de son retentissement dans votre quotidien. Ne soyez donc pas surpris face à ses questions.

Pourquoi parle-t-on d’évaluation ?

L’évaluation d’une douleur chronique analyse l’intensité, les caractéristiques de votre douleur et ses conséquences au quotidien. Des échelles et des questionnaires peuvent vous être proposés pour évaluer votre douleur chronique.
Ils devront être remplis par vous après que votre médecin vous ait donné les explications correspondantes. Ceci se pratique essentiellement à l’hôpital.
C’est l’évaluation multidimentionnelle et répétée de votre douleur chronique au cours du temps, qui grâce à ces outils, permettra au mieux d’adapter votre prise en charge.

Quelles échelles permettent de mesurer l’intensité de ma douleur ?

Schématiquement, grâce à une échelle de mesure, vous attribuerez une note de 1 à 10 à votre douleur.

Il est possible que votre médecin n'utilise pas d'échelles mais vous demande oralement de noter votre douleur. Il inscrira la note que vous attribuez à votre douleur dans votre dossier et vous reposera la même question lors de la consultation suivante.

Plusieurs échelles sont disponibles :

  • L’échelle visuelle analogique (EVA) avec une ligne horizontale de 100 mm de long. Son utilisation simple et rapide permet de l’utiliser plusieurs fois par jour et par semaine. L’intensité de votre douleur peut être définie par un trait tracé sur l’échelle.

Une extrémité correspond à la douleur maximale imaginable : plus le trait est proche de cette extrémité, plus la douleur est importante.

Chaque personne a son propre vécu de sa douleur : pour évaluer la vôtre, différentes échelles peuvent être utilisées. Leur principe est de vous permettre de ''noter'' votre ressenti : en voici une représentation très symbolique.Chaque personne a son propre vécu de sa douleur : pour évaluer la vôtre, différentes échelles peuvent être utilisées. Leur principe est de vous permettre de ''noter'' votre ressenti : en voici une représentation très symbolique.

  • L’échelle numérique (EN) avec une numérotation de 0 à 100 ou de 0 à 10 peut vous être proposée en cas de difficultés de compréhension de l’EVA. Les extrêmes correspondent à : pas de douleur et douleur maximale imaginable.

  • L’échelle verbale simple (EVS) permet grâce à un adjectif, de définir l’intensité de la douleur : 0 pour douleur absente, 1 pour faible, 2 pour modérée, 3 pour intense et 4 pour extrêmement intense.

Les réponses à une seule échelle sont suffisantes pour évaluer l’intensité de la douleur.

Pour une douleur chronique, l’évaluation de la seule intensité douloureuse ne suffit pas. Le médecin va également analyser les caractéristiques et conséquences de cette douleur ou son retentissement émotionnel.

Quelles dimensions sont évaluées pour ma douleur chronique ?

L’évaluation de la seule intensité douloureuse ne suffit pas dans ce cas. Beaucoup de dimensions ou composantes sont en mesure d’être évaluées : l’aspect physique, psychologique, social…, les zones du corps concernées par cette douleur.

Votre médecin va vous demander d'utiliser un dessin d'un corps vu de face et de dos. Il vous permettra de préciser la topographie et le caractère localisé ou diffus de votre douleur.

Vous indiquerez sur ce schéma où se trouve votre douleur, en hachurant la zone douloureuse.

 

Avec ce schéma de face et un autre de dos, votre médecin recueillera beaucoup d'informations sur votre douleur et ses caractéristiques.Avec ce schéma de face et un autre de dos, votre médecin recueillera beaucoup d'informations sur votre douleur et ses caractéristiques.

 

Vous mettrez sur le schéma un “S” pour une douleur près de la surface de votre corps ou un “P” pour une douleur plus profonde dans le corps.

Vous inscrirez un “I” à l’endroit où vous ressentez la douleur la plus intense.

Qu’évaluent les questionnaires ?

Des questionnaires spécifiques permettront de qualifier la douleur pour évaluer notamment son retentissement affectif.

Le questionnaire de Saint Antoine

Il permet de recueillir des informations qualifiant votre douleur sur le plan sensoriel ou affectif mais aussi émotionnel.

Vous pourrez mieux décrire ce que vous ressentez :

  • Une brûlure ou une sensation de chaleur, de froid, de glace, une décharge électrique, des éclairs, des coups de marteau par exemple.

  • L’impact affectif comme l’angoisse ou l’énervement.

Les scores obtenus traduisent l’importance du retentissement.

Le Questionnaire Concis Douleur ou QCD

Comme son qualificatif l’indique, il évalue plusieurs dimensions ou conséquences de la douleur chronique comme votre capacité à marcher, la qualité de votre sommeil, votre goût de vivre, vos relations avec les autres ou encore votre humeur.

Il permet l’analyse du retentissement au quotidien de votre douleur

Pourquoi évaluer le retentissement émotionnel de ma douleur ?

L’impact émotionnel est réel dans le cadre d’une douleur chronique et interagit avec cette douleur en raison de l’anxiété générée ou d’une dépression associée. Une échelle spécifique évalue cet impact émotionnel : c’est l’échelle HAD (Hospital Anxiety and Depression Scale).

L’évaluation de votre douleur sera périodique, donc régulière et répétée, selon un rythme à définir avec votre médecin.

La comparaison des évaluations successives au cours du temps permettra d’adapter votre prise en charge, pour soulager cette douleur chronique, en agissant sur ses différentes dimensions.

Cabinet médical

rue de la Menoge ,
74420 Boege, France

Contacts

  • Fixe : 04 50 39 13 37
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Diabétique, je surveille moi-même ma glycémie

    Cette vidéo montre comment surveiller régulièrement sa glycémie. Une bonne surveillance de sa glycémie permet de savoir où en est son diabète et ainsi, de modifier son alimentation si besoin, ou d’aller voir son médecin en cas de trop grands changements dans les résultats.

    Lire la suite
  • On découvre un diabète pendant ma grossesse

    Vous êtes enceinte et on vous découvre un diabète pendant la grossesse. Ce n’est pas rare : c’est le diabète gestationnel. Il s’agit d’un diabète survenant uniquement chez la femme enceinte n’ayant pas de diabète connu auparavant, qui disparaît après l’accouchement dans 90% des cas. Il peut avoir un retentissement sur la mère et le bébé, ce qui justifie une surveillance et un traitement particuliers.

    Lire la suite
  • Je suis enceinte et j'ai de l'hypertension artérielle

    Une femme sur dix souffre d’hypertension artérielle pendant sa grossesse. Surveiller sa pression durant la grossesse est important. Pourquoi ?

    Lire la suite
  • Hépatite C et grossesse : que devons-nous savoir ?

    Dans un couple, lorsque l’un des deux partenaires est suivi pour une hépatite C, le projet parental doit être programmé et discuté avec le personnel médical pour éviter tout risque de complication. Le dépistage de l’hépatite C a été récemment recommandé de façon systématique chez toutes les femmes en début de grossesse.

    Lire la suite
  • Je prends un AVK, antivitamines K : pourquoi surveiller l'INR?

    Un traitement par AVK vous expose à deux types de risque : hémorragie ou thrombose. Il est indispensable d’observer la prescription de votre médecin et de contrôler régulièrement votre INR. L'INR mesure la fluidité de votre sang. Vous devez par ailleurs connaître les signes évoquant une possible hémorragie.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale