Docteur Bernard Villaret

Médecine Générale
Conventionnement : Exercice hospitalier
Je voudrais avoir recours à la pilule de rattrapage ou du lendemain. - Docteur Bernard Villaret - Docvadis

Je voudrais avoir recours à la pilule de rattrapage ou du lendemain.

Oublis de pilule, problèmes de préservatif, ou rapport non protégé en général, posent la question d’une contraception d’urgence ou pilule du lendemain plutôt que le recours à une interruption volontaire de grossesse. Cette méthode est efficace mais attention : elle n’est pas sûre à 100 %.

A quel moment y a-t-il un risque pour moi ?

La contraceptionde rattrapage, d’urgence ou pilule du lendemain est une méthode de « rattrapage » après un rapport sexuel avec rupture du préservatif ou en l’absence de contraception.

Ces dernières années, les méthodes contraceptives se sont beaucoup diversifiées : implant, préservatif féminin, patch ou anneau contraceptif, etc. Aujourd’hui, chaque femme a le choix de la contraception qui lui convient le mieux.

Plusieurs millions de femmes utilisent une contraception orale mais les arrêts,  les oublis de pilule ne sont pas rares…

De la même façon, il peut y avoir des problèmes lors de l’utilisation d’un préservatif : déchirure ou encore mauvaise mise en place.

Chaque rapport sexuel, quelque soit sa date dans le cycle, dans ces situations, expose au risque d’être enceinte. La contraception d’urgence ou pilule du lendemain peut être une solution adaptée face à ce risque.

Comment puis-je prendre cette pilule ?

Il s’agit d’une contraception hormonale qui se présente sous la forme d’un comprimé que vous devrez prendre le plus tôt possible après le rapport sexuel, idéalement dans les 24 heures qui suivent ce rapport. Plus cette contraception est prise rapidement, plus elle est efficace.

Au cours de ces dernières années, est apparue une autre pilule qui peut être prise jusqu’à 5 jours après le rapport sexuel à risques, sachant qu’il convient là aussi de la prendre le plus rapidement possible.

Cependant, cette contraception ne couvre que la période qui précède ce rapport sexuel. Elle ne protège donc plus la phase suivante. Il est donc nécessaire d’utiliser un préservatif jusqu’aux prochaines règles.

Que se passe-t-il après la prise du comprimé ?

Après la prise de cette pilule le plus souvent bien supportée, il peut, mais rarement, y avoir des nausées voire des vomissements et les règles peuvent survenir avec un peu de retard (moins de 4 jours).

Si un retard de règles dure 4 jours ou plus, ou au moindre doute, il est conseillé de faire un test de grossesse car la pilule du lendemain n'est pas efficace à 100 %.

Où puis-je trouver cette pilule ?

Il vous est possible d’obtenir cette pilule de rattrapage, avec ou sans ordonnance, en pharmacie, dans les Centres de Planification et d’Education Familiale (CPEF) ainsi qu’auprès des infirmières scolaires.

La nouvelle pilule d'urgence, elle, necessite une ordonnance.

Combien vais-je payer ?

Son prix est accessible. Elle est remboursée par la Sécurité Sociale à 65 % en cas de prescription médicale, mais gratuite pour les adolescentes mineures et ne nécessite pas d’autorisation parentale.

Puis-je y avoir recours plusieurs fois ?

Cette pilule du lendemain peut être utilisée plusieurs fois sans risque. Il est cependant préférable d’opter pour une contraception régulière et adaptée parmi les différentes possibilités actuellement disponibles. Pensez également à vous faire suivre régulièrement sur le plan médical.

2 sites sont à votre disposition :

www.choisirsacontraception.fr : le site de l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES) et du Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports.

www.planning-familial.org : le site du Mouvement Français pour le Planning Familial (MFPF).

1 numéro de téléphone disponible 7 jours sur 7 de 8 h à minuit :
Fil Santé Jeunes : 0800 235 236. Pour toute question et information sur la contraception et la sexualité. Appels anonymes et gratuits.

Ce que vous devez retenir :

  • Où aller : chez votre médecin, dans une pharmacie, dans les CPEF(Centres de Planification et d’Education Familiale) ou auprès des infirmières scolaires.

  • Quand prendre la pilule du lendemain : idéalement dans les 24 heures après le rapport non désiré ou mal protégé.

  • Son prix : gratuit pour les mineures et accessible pour les femmes majeures.

  • Que faire ensuite : consulter votre médecin pour discuter avec lui de la contraception qui vous convient le mieux. La mise en place d’une contraception régulière et adaptée est indispensable. Les préservatifs de qualité préviennent en grande partie les infections sexuellement transmissibles : la norme CE est indiquée sur l'emballage.

Cabinet médical

rue de la Menoge ,
74420 Boege, France

Contacts

  • Fixe : 04 50 39 13 37
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • J'envisage une IVG, interruption volontaire de grossesse

    L’interruption volontaire de grossesse (IVG) est autorisée jusqu’à 12 semaines de grossesse (soit 14 semaines après le début des dernières règles). Les mineures ont accès à l’IVG dans le respect de certaines règles.

    Lire la suite
  • Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles

    Ces maladies sont toujours d’actualité avec une nette recrudescence chez les personnes infectées par le VIH en raison des comportements à risque. L’immunodépression des patients les rend plus vulnérables, les IST (infections sexuellement transmissibles) sont plus sévères. Le meilleur moyen de s’en protéger passe par la prévention.

    Lire la suite
  • J’envisage une IVG, que dois-je faire : un schéma pour comprendre

    Ce schéma permet de visualiser simplement le parcours à effectuer si vous envisagez une IVG. Depuis 2001, l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est autorisée jusqu’à 12 semaines de grossesse (soit 14 semaines après le début des dernières règles). Les mineures ont également accès à l’IVG dans le respect de certaines règles. Prenez connaissance de vos droits, des démarches et des délais à respecter. Votre médecin pourra le commenter avec vous.

    Lire la suite
  • AMP : une fécondation in vitro nous est proposée

    Près de 25 000 enfants naissent chaque année en France grâce à l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP). Tous ne sont toutefois pas issus de la même procédure. Trois techniques sont principalement utilisées : l’insémination artificielle, la fécondation in vitro, la fécondation in vitro avec ICSI. Les protocoles commencent par une stimulation ovarienne.

    Lire la suite
  • Etant à risque, je comprends le dépistage et la surveillance de lésions liées au virus HPV

    Les infections virales à papillomavirus humain, peuvent être à l’origine de lésions précancéreuses au niveau du canal anal chez les patients porteurs du VIH. Le risque est ensuite relativement élevé de déclencher un cancer. Le dépistage de ces lésions joue un rôle capital pour prévenir l’apparition d’une tumeur dans cette zone. Un suivi médical proctologique régulier est donc indispensable.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale