Le site du Docteur Bernard LEBEL

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
A quoi puis-je devenir dépendant ? - Le site du Docteur Bernard LEBEL - Docvadis

A quoi puis-je devenir dépendant ?

L’addiction est une dépendance à une substance ou à une pratique qui perdure, en dépit des conséquences néfastes pour votre santé, vos activités quotidiennes ou votre entourage.

A quoi puis-je devenir dépendant ?

Vous pouvez devenir dépendant, parfois très rapidement, de substances comme :

  • Le cannabis, la cocaïne, l’héroïne, l’ecstasy, etc., qui sont des drogues illicites dans notre pays.

  • L’alcool et le tabac, qui sont licites mais réellement addictogènes et dont la vente est interdite aux mineurs.

  • Les médicaments psychotropes (tranquillisants, somnifères, antidépresseurs).

 

 

 

Certaines pratiques peuvent aussi devenir addictives :

  • Les jeux de hasard et d’argent, les paris.

  • Les jeux vidéo en ligne, internet.

  • La fréquentation des réseaux sociaux.

  • L'orthorexie, la boulimie, l’anorexie mais aussi l'orthorexie, trouble du comportement alimentaire caractérisé par l’obsession d'une alimentation saine. 

  • Les relations sexuelles ou amoureuses.

  • L’exercice physique, avec ou sans dopage.

  • Les achats compulsifs.

  • Le bronzage, etc.

Comment puis-je savoir si je suis dépendant ?

Un sentiment de dépendance, de perte de liberté et de contrôle, avec des répercussions sur votre vie affective, professionnelle ou familiale doivent vous inquiéter.

 

 

 

Vous êtes, peut-être, addict à une pratique ou à une substance si :

  • Vous ne parvenez pas à résister à votre envie.

  • Vous répondez à votre envie, même si vous êtes conscient de ses effets néfastes.

  • Une fois engagé, vous n’arrivez pas à limiter les quantités consommées ou la durée de votre pratique.

  • Vous êtes toujours préoccupé par votre envie et vous passez beaucoup de temps et d’énergie à la satisfaire.

  • Vous vous désintéressez des autres activités sociales, professionnelles ou de loisir.

  • Pour obtenir le même effet vous avez besoin soit de consommer plus de substance, soit d’augmenter l’intensité ou la fréquence de votre pratique.

  • Vos tentatives pour arrêter sont infructueuses. Vous vous sentez parfois coupable.

  • Vous êtes agité, irritable ou présentez des troubles physiques (syndrome de sevrage) lorsque vous êtes en manque.

Des tests peuvent vous aider à évaluer votre dépendance. Ils définissent une éventuelle addiction en fonction du score que vous obtenez en répondant à des questions simples sur votre consommation, l’impact de celle-ci sur votre vie et l’inquiétude exprimée par votre entourage.

 

 

  • Le test AUDIT évalue le risque lié à votre consommation d’alcool à partir de vos réponses à 10 questions.

Cliquez ici pour accéder au test et évaluer votre dépendance à l’alcool.

 

  • Le test Fagerström évalue l’intensité de votre dépendance au tabac à partir de vos réponses à 6 questions.

Cliquez ici pour accéder au test et évaluer votre dépendance au tabac.

 

  • Le test CAST évalue le risque lié à votre consommation de cannabis à partir de vos réponses à 6 questions.

Cliquez ici pour accéder au test et évaluer votre dépendance au cannabis

 

Je pense être dépendant. Que dois-je faire ?

Parlez-en à votre médecin. Il pourra vous aider à faire le point sur votre consommation, votre situation professionnelle, familiale, sociale et parfois judiciaire. Il pourra diagnostiquer d'éventuels troubles physiques liés à votre addiction et vous prescrira, éventuellement, des analyses biologiques. Si nécessaire, il vous conseillera une évaluation psychologique ou sociale.

 

 

 

Plusieurs solutions associant à des degrés divers l’organisation d’un projet de soins, un accompagnement, la prise en charge de vos éventuelles difficultés sociales, ou une stratégie de réduction des risques et des dommages liés à vos pratiques addictives, peuvent être envisagées.

Vous pouvez également bénéficier de structures adaptées : dispositif de Réduction des Risques, Centres de Soins d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie, unités hospitalières spécialisées en Toxicologie, familles d’accueil, appartements thérapeutiques, groupes d’entraide...

Les dangers sont variables selon les pratiques addictives et leur intensité. Ils vous concernent vous, votre santé physique et morale, tout autant que votre entourage et la société. Toutes les conduites addictives peuvent conduire à un isolement social et affectif, et potentiellement à un état dépressif.

cabinet médical

14 rue Georges Clémenceau ,
54310 Homécourt, France

Contacts

  • Fixe : 03 82 22 27 56
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Me faire tatouer, oui...en limitant les risques

    Cette vidéo vous explique que le tatouage n'est pas un geste anodin s'il n'est pas fait dans des conditions strictes d'hygiène. Le Dr Denis Ouzan décrit les risques infectieux encourus et un tatoueur montre ce qu'il faut faire et ne pas faire. Si vous avez fait un tatouage dans des conditions limites, pensez à vous faire dépister : parlez en avec votre médecin ou rendez vous dans un centre de dépistage, un Cegidd.

    Lire la suite
  • Je connais les modes de transmission du VIH et les moyens d'éviter sa transmission

    La prévention de la transmission du VIH (virus de l’immunodéficience humaine) entre adultes repose essentiellement sur l’utilisation de préservatifs et de seringues stériles à usage unique.

    Lire la suite
  • 8 bonnes raisons de voir votre ophtalmologiste pour un dépistage d’un glaucome

    Si vous avez plus de 45 ans ou qu’une personne de votre famille est atteinte d’un glaucome, vous devez faire contrôler votre vue régulièrement. Plus le diagnostic est fait tôt, plus vite vous serez pris en charge. Découvrez sans attendre 6 fiches, 1 vidéo et 1 quiz. Prenez connaissance de ces infos et parlez-en avec votre ophtalmologiste lors de votre consultation. Il répondra à vos questions.

    Lire la suite
  • Mon enfant est en surpoids : quelles activités physiques peut-il pratiquer ?

    La prise en charge d’un enfant obèse vise à modifier ses habitudes alimentaires, réduire les périodes d’inactivité et développer une activité physique régulière. Cette activité physique est choisie et/ou acceptée par l’enfant en concertation avec la famille. L’activité physique est ludique et si possible réalisée avec la famille. Toute la famille doit s’impliquer.

    Lire la suite
  • Je m'informe sur l'activité physique conseillée en cas de surpoids ou d’obésité

    Cette vidéo vous informe sur l’activité physique conseillée aux personnes en surpoids ou obèses. Le Dr Bacchetta, médecin nutritionniste, et David Pierrot, éducateur sportif à l’hôpital vous expliquent pourquoi la pratique d'une activité physique est particulièrement importante lorsqu'on est en surpoids, et quelles activités sont envisageables. Un patient partage son expérience encourageante.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale