surveiller un traitement par les antipaludéens

Certains antipaludéens ( médicaments contre le paludisme ) ont une efficacité sur certains rhumatismes mais ont une toxicité sur la rétine. Aussi, les personnes recevant ces produits doivent faire l'objet d'une surveillance ophtalmologique. Ci-après, vous trouverez les recommandations de surveillance préconisées par le service d'exploration de la vision du CHR de Lille  

La surveillance comprend :

- un examen clinique

- et au moins deux des examens complémentaires de l'exploration de la macula:

     - vision des couleurs ( 15 Hue désatureé)

     - champ visuel automatisé ( 10° centraux )

     - ERG multifocal ou Pattern-ERG

Si des anomalies ou des modifications sont trouvées entre 2 bilans successifs: réaliser alors une angiographie, un EOG ( électrooculogramme ) et un ERG-flash

 

La surveillance peut se faire tous les 18 mois pour une dose de 3mg/kg/jour pour la chloroquine et 6.5 mg pour l'hydroxychloroquine, si la personne a moins de 65 ans, sans insuffisance rénale ou hépatique, si le traitement a moins de 5 ans.

 

Si la personne a plus de 65 ans, si le traitement est pris depuis plus de 5 ans, si la posologie est supérieure, s'il existe une insuffisance rénale ou hépatique, la surveillance doit se faire tous les 12 mois.

 

Si une anomalie est détectée mais le traitement poursuivi après que le rapport bénéfice/risque ait été apprécié, la surveillance doit être faite tous les 6 mois.

 

La présence d'une rétinopathie est une contre indication à ces médicaments.

ASSOCIATION OPHTALMOLOGIQUE DU BEFFROI

2 Rue Fidèle Lehoucq ,
59200 TOURCOING, France

Contacts

  • Fixe : 03 20 27 27 51
  • Fax : 03 20 26 61 03
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • qu'est-ce qu'un traitement symptomatique ?

    Un traitement peut s'attaquer à la cause d'un problème ( c'est le plus logique) ou simplement viser à soulager (on parle dans ce cas de traitement symptomatique). Il est bien sûr préférable de s'attaquer à la cause d'un problème mais ce n'est pas toujours possible. Dans ce cas, le traitement symptomatique trouve toute sa place. 

    Lire la suite
  • mettre un collyre, oui mais lequel ?

    Poser cette question, c'est exactement comme si vous demandiez : prendre un médicament, oui mais lequel ? Le collyre est constitué de gouttes destinées à être mis au contact de l'oeil pour lui délivrer directement un principe actif (un médicament). Les médicaments actifs que l'on peut mettre dans un collyre sont multiples. Il n'existe pas un seul collyre pour tout soigner.  Il faut savoir que les médicaments présents dans un collyre se retrouvent dans la circulation sanguine dans un deuxième temps et peuvent donc avoir des effets secondaires généraux . 

    Lire la suite
  • "c'est quoi un collyre ?"

    Le collyre est un moyen d'administration d'un médicament directement au niveau des yeux. Un collyre contient une ou plusieurs substances actives tout comme un comprimé, une pommade, un aérosol, un suppositoire... Il existe plus de 100 collyres différents. Un collyre porte un nom précis qui permet de savoir quel médicament il renferme. Dire "je mets un collyre", cela veut dire , je mets un médicament directement dans mes yeux mais ce n'est pas plus précis que de dire "je prends des comprimés.         

    Lire la suite
  • LA TOXINE BOTULINIQUE

     La toxine botulinique est une substance utilisable sous forme d'injections localisées afin de bloquer l'action de ceratins petits muscles du visage et des yeux. On l'utilise essentiellement à visée esthétique pour gommer les rides autour des yeux.

    Lire la suite
  • Je sais comment instiller correctement mon collyre

    Dans le traitement des affections de l’œil, et notamment en cas de glaucome, un traitement par collyre peut être nécessaire. Bien savoir l’instiller est le pré-requis à l’efficacité du traitement.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale