le glaucome chronique à angle ouvert

 Le glaucome chronique à angle ouvert est une maladie grave du nerf optique qui conduirait à la cécité s'il n'était pas traité suffisamment tôt. Le diagnostic repose sur le dépistage car c'est une maladie qui ne donne pas de symptomes pendant plusieurs années. La mesure de la pression oculaire est seulement un des moyens de dépistage mais ce n'est pas le seul critère permettant de faire le diagnostic.  

                                      LE GLAUCOME CHRONIQUE A ANGLE OUVERT  

Il existe de nombreuses espèces de glaucome, (voir document spécifique),  mais quand on ne précise pas et qu'on dit à une personne : "vous avez un glaucome", c'est de cette maladie dont on veut parler.

 

Qu’est-ce que le nerf optique ?

Les informations visuelles venant des différentes régions du champ de la vision sont captées par la rétine qui tapisse le fond de l’œil . Elles sont ensuite transmises au cerveau par  des fibres nerveuses qui constituent « un câble » : le nerf optique. Ce nerf est constitué d'environ 1 200 000  fibres nerveuses visuelles.

Nous perdons tous naturellement progressivement et très lentement des fibres nerveuses au fur et à mesure que nous vieillissons (5ooo / an environ) . A 100 ans , nous aurions donc perdu la moitié des fibres. On voit donc que  le capital de départ est normalement tel que le champ visuel est normalement préservé toute notre vie.

 

Qu’est ce que la pression oculaire ?

Il existe à l’intérieur de l’œil une certaine pressioont le niveau est régulé par une entrée et une sortie permanente d’un liquide : l’humeur aqueuse. La pression qui règne à l’intérieur de l’œil peut être facilement  mesurée . Elle est comprise en moyenne pour la plupart des gens entre 10 et 20 (l'unité de mesure de la pression intraoculaire est le millimètre de mercure).

 

 A noter que la pression intraoculaire (communément appelée tension oculaire) n’a aucun rapport avec la pression artérielle (communément appeler tension artérielle).

 

Ces différences de pression d’une personne à l’a utre sont en partie liées à la différence d’épaisseur de la paroi de l’œil selon les personnes. Aussi, de la même façon qu’il faut connaître la taille d’une personne pour apprécier son poids, il faut connaître l’épaisseur de la paroi de l’œil pour évaluer l’importance de la pression oculaire ( la réalisationt de la mesure de l'épaisseur de la cornée s'appelle la pachymétrie cornéenne). Une cornée humaine moyenne a une épaisseur de 550 µ (soit un peu plus de 1/2 mm).

 

 On ne peut pas affirmer sur une simple valeur de pression oculaire qu'une personne est porteuse d'un glaucome ou au contraire est indemne de glaucome.

 

 

Le glaucome chronique à angle ouvert est une maladie du nerf optique

caractérisée par une accélération de la perte des fibres nerveuses visuelles

 

C’est l’élévation chronique de la pression oculaire qui entraîne une mort accélérée des fibres visuelles formant le nerf optique.

Une personne qui développe un glaucome perd entre 10 000 et 50 000 fibres par an selon la sévérité de la maladie ( au lieu de 5000 naturellement).

La personne atteinte de glaucome deviendrait donc aveugle sans traitement sur une durée variable selon la sévérité de la maladie: 20 ans en moyenne pour les cas les plus bénins à 5 ans pour les cas les plus graves.

 

Malheureusement, aucun symptôme ne nous avertit que l’on développe un glaucome.

Le glaucome chronique à angle ouvert est une maladie très insidieuse, très sournoise car il préserve longtemps l’acuité visuelle (c’est à dire la vision exprimée en 10 ). La perte de vision ne touche que la périphérie du champ visuel et ce de façon très progressive. Pour cette raison , le glaucome n’est perçu par la personne atteinte que quand l’évolution est déjà très avancée et la dégradation du nerf optique proche de la fin.

 

 On pourrait comparer le nerf optique à un câble électrique, constitué de multiples filaments. Même si de nombreux filaments sont coupés, le courant passe encore. Ce n’est que quand les derniers filaments seront coupés que la lumière s’éteindra.

Il faut donc dépister le glaucome sans attendre qu’il se manifeste.

Le glaucome chronique est en général dépisté par deux examens simples réalisés lors des consultations de contrôle :

-          la mesure de la pression oculaire .  La mesure de la pression oculaire est un geste indolore. Son élévation au delà de 20 mm Hg est suspecte  mais la pression oculaire doit être appréciée en fonction de l’épaisseur de la cornée . Certaines personnes ont une pression élevée mais n’ont pas de glaucome : leur cornée inhabituellement épaisse fausse la mesure.

-          l’observation du nerf optique que l’on réalise lorsqu’on examine le fond de l’œil :  un creusement anormal est suspect

 

La maladie peut être confirmée par deux examens effectués dès qu’un doute existe

-          l’examen du champ visuel : on observe en cas de glaucome avéré une dégradation du champ visuel.

-          L’OCT ou tomographie en cohérence optique réalise une véritable coupe microscopique de la rétine : il montre directement la diminution d’épaisseur de la couche des fibres optiques en cas de glaucome. C’est aujourd’hui l’un des examens capables de dépister le plus précocement un glaucome.

 

Est-il facile de faire le diagnostic d’un glaucome chronique ?

Si le glaucome est déjà installé, tous les tests sont anormaux et le diagnostic est facile. C’était souvent le cas autrefois où le dépistage n’existait pas.

A l’inverse de nos jours et dans bon nombre de cas , surtout si l’examen est mené (et c’est tant mieux ! ) au début de l’évolution du glaucome , l’ophtalmologiste n’est pas capable d’affirmer d’emblée avec certitude si la personne est réellement atteinte d’un glaucome. Le tableau n’est pas encore complet et les dégâts pas suffisamment importants. La difficulté est encore accrue par le fait que nous sommes tous différents les uns des autres et que certains nerfs optiques supportent une pression de 25 alors que d’autres vont se détériorer pour une pression de 22. C’est pour cette raison qu’une  surveillance avec comparaison des examens sur une période de plusieurs mois, voire plusieurs années est quelquefois nécessaire pour tirer des conclusions définitives.

 

 On peut dire que le glaucome évolue en 3 stades:

1  un stade indétectable: en réalité le glaucome évolue déjà depuis plusieurs années sans qu'on puisse le détecter quand on en fait le diagnostic

2  un stade où le glaucome est détectable par le médecin mais où la personne atteinte n'a aucun symptome: c'est à ce stade qu'il ne faut pas "rater" le glaucome

3 un stade où le glaucome donne une alté ration perceptible par la peronne atteinte. C'est una stade très évolué.

 

 

Glaucome ou tension ? Faut-il traiter ?

On nous pose souvent la question : « ai-je un glaucome ou seulement de la tension » ?

Pour parler de glaucome au sens strict, il faut que le nerf optique et le champ visuel soient altérés.

On sait aujourd’hui qu’à ce stade, les dégâts sont déjà importants.

 

L’idéal est donc de traiter avant d’atteindre le tableau complet.

Si on a suffisamment d’arguments pour penser que la personne est sur le chemin du glaucome, il vaut mieux ne pas attendre les dégradations . 

 

La connaissance des antécédents familiaux peut nous aider à prendre une décision: on retiendra plus vite le diagnostic de glaucome s’il y a déjà des cas dans la famille, car on sait que c’est une maladie fréquemment héréditaire.

 

Quand la décision de traitement est prise , le but recherché est de faire descendre la pression oculaire à un niveau tel que le nerf optique ne se dégrade plus. Ce niveau de pression recherché qu’on appelle la  « pression cible » est variable d’une personne à l’autre.

Ce traitement va permettre selon la sévérité du cas, soit d’éviter le passage au glaucome constitué, soit d’arrêter la progression de la maladie, soit de la ralentir considérablement.

 

Quels traitements sont à notre disposition ?

Le traitement fait appel à des collyres dans la très grande majorité des cas.

Quand la pression cible n’est pas atteinte par le seul traitement par collyre, on peut faire appel à un traitement par des comprimés, et on a parfois besoin d’avoir recours au laser voire à la chirurgie.

C’est en fonction du suivi de ces différents paramètres ( pression oculaire, aspect du nerf optique et des fibres visuelles , champ visuel ) que le traitement est adapté au fil de la vie.

Il est indispensable de suivre le traitement et la surveillance de façon très rigoureuse pour préserver son capital visuel.

 

Quelle surveillance adopter ?

La surveillance est basée sur les différents examens:

-          la mesure de la pression oculaire

-          la surveillance du nerf optique au fond d’œil ou par photo

-          la surveillance du champ visuel

-          l’évaluation de l’épaisseur des fibres visuelles par l’OCT

Une surveillance semestrielle du bon contrôle de la pression est en général suffisante ; les autres examens sont en général effectués à un rythme annuel. Bien sûr, chaque cas et particulier et il peut arriver qu’un contrôle plus rapproché soit nécessaire ou à l’inverse qu’une surveillance plus espacée soit suffisante.

 

 

IMPORTANT :   Le glaucome le plus fréquent, celui dont on veut parler en général quand on emploie isolément le nom

de glaucome a en fait pour nom complet : glaucome chronique à angle ouvert. C’est ce glaucome que l'on vous décrit

dans le présent document.

En réalité,  il existe de nombreux autres types de glaucome beaucoup plus rares. Quand on en parle, on les

qualifie rarement du simple nom de glaucome mais on y ajoute un adjectif  pour les différencier.

Ainsi, par exemple vous verrez sur la not ice de nombreux médicaments :« contre indication en cas de glaucome à angle

fermé ou angle étroit »  : il s’agit d’un glaucome particulier pouvant survenir de façon très brutale et très bruyante, qui

peut être provoqué par certains médicaments. Le mécanisme est très différent du glaucome chronique à angle ouvert

décrit dans ce document.

Si vous êtes porteur ou suspect de glaucome chronique à angle ouvert, cet avertissement« contre indication en cas de

glaucome à angle fermé ou angle étroit » ne vous concerne donc pas.

Aucun médicament  par prise orale n’est en effet contre indiqué dans le glaucome chronique à angle ouvert.

ASSOCIATION OPHTALMOLOGIQUE DU BEFFROI

2 Rue Fidèle Lehoucq ,
59200 TOURCOING, France

Contacts

  • Fixe : 03 20 27 27 51
  • Fax : 03 20 26 61 03
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • une tension oculaire normale élimine-t-elle un glaucome ?

    Il est courant de dire qu'un glaucome, c'est un excès de pression oculaire. On est tenté de penser qu'une pression oculaire inférieure à) 20 mm Hg élimine un glaucome. Il n'en est rien. L'excès de pression oculaire n'est qu'un des paramètres permettant de mettre en évidence un glaucome et la moitié des glaucomes ont une pression oculaire inférieure à 20.   Le glaucome, c'est une maladie du nerf optique chez une personne qui peut avoir une tension oculaire élevée mais qui peut avoir aussi une tension oculaire normale.

    Lire la suite
  • j'ai un glaucome; oui mais lequel ?

    Il y a plusieurs types de glaucome. Le mot glaucome est source de toutes les confusions. Il vient du mot glauque; c'est un mot créé à une époque ancienne qui ne correspond plus à la pratique médicale d'aujourd'hui mais qui est resté dans notre vocabulaire. Explications...     

    Lire la suite
  • Quel est le rapport entre tension oculaire et tension artérielle ?

     Il n'y a aucun rapport entre tension arterielle et tension oculaire et si les chiffres annoncés sont parfois voisins, il n'en est rien en réalité ... explications

    Lire la suite
  • Glaucome : ce que je dois savoir

    Le glaucome est une maladie courante dont la fréquence augmente avec l’âge : 10 % des personnes de plus de 70 ans en sont atteintes. Il progresse pendant des années, sans douleur et sans symptômes apparents.

    Lire la suite
  • Mon glaucome a été dépisté à temps

    Lors d’une consultation ophtalmologique de routine, Edmé apprend qu’il souffre d’un glaucome. Il vous raconte ses premières réactions, puis sa détermination à bien se traiter.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale