Le site du Dr Emmanuel SCHERRER, Anesthésiste

Anesthésie - Réanimation
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée
Je connais les risques associés à la méphédrone - Le site du Dr Emmanuel SCHERRER, Anesthésiste - Docvadis

Je connais les risques associés à la méphédrone

La méphédrone, appelée également meph, miaou miaou, meow meow, subcoca, M-Cat, etc., est une substance de synthèse mimant les effets de la cocaïne, de l’ecstasy ou des amphétamines. La dépendance à la méphédrone pourrait être très rapide et sa toxicité parfois fatale.

Qu’est-ce que la méphédrone ?

La structure chimique de la méphédrone (4-méthylméthcathinone, 4-MMC) ressemble à celle de la cathinone, un des principes actifs d’une plante originaire d’Afrique consommée pour ses propriétés stimulantes, le khat. Elle est généralement vendue sur internet sous forme de poudre blanche en tant que « sels de bains », « engrais pour plantes » ou « produit utilisé pour la recherche », ou sous forme de gélules ou de comprimés. Elle est le plus souvent ingérée, parfois sniffée, injectée (pratique du SLAM) ou pluggée (voie anale).

Est-ce qu’une consommation occasionnelle est risquée ?

Les effets secondaires de la prise de méphédrone peuvent être présents dès les premières consommations : irritation des voies nasales, grincements compulsifs des dents (bruxisme), maux de tête violents, fièvre, sueurs, nausées, vomissements, vertiges, troubles cardiaques, etc.

Plusieurs cas de décès en Europe ont été attribués à une consommation d’une dose de méphédrone supérieure à celle que le corps peut supporter (overdose).

Est-ce que je peux faire une mauvaise expérience ?

La consommation de méphédrone peut induire des troubles psychiques ou du comportement : paranoïa, anxiété, crise d’angoisse, comportement agressif envers soi-même ou envers les autres, perte de concentration, amnésie temporaire, sensations de décharge électriques dans le cerveau (« brainzap »), etc.

Ces effets persistent parfois plusieurs jours et s’accompagnent éventuellement d’une grande fatigue, d’insomnie et d’anorexie.

Puis-je devenir dépendant ?

Vous pourrez ressentir une envie irrépressible de reprendre une dose dès les premières consommations. On parle alors de phénomène de « craving ».

Quels sont les risques si je consomme régulièrement ?

La consommation de méphédrone est relativementrécente et son impact à long terme est encore mal connu.

L’usage régulier pourrait s’accompagner du développement de troubles psychologiques (paranoïa, dépression) ou physiques tels qu’une constriction des vaisseaux sanguins situés sous la peau se traduisant par une peau bleutée.

Comment puis-je réduire mes risques ?

Il est préférable de vous abstenir car toute consommation vous expose à des risques. Si vous consommez, vous pouvez néanmoins tenter de réduire ces risques.

  • Ne consommez jamais seul.

  • Testez une petite quantité pour en connaître les effets.

  • Après avoir consommé, ne pratiquez jamais d’activité à responsabilité ou à risque, notamment ne conduisez pas.

  • Buvez régulièrement de l’eau par petites gorgées pour éviter la déshydratation notamment si vous dansez ou vous agitez beaucoup, reposez-vous et aérez-vous de temps en temps.

  • Evitez les mélanges, notamment avec de l’alcool, des médicaments ou d’autres drogues illicites.

  • Si vous sniffez, ne partagez jamais votre paille et rincez-vous les fosses nasales après le sniff avec du sérum physiologique acheté en pharmacie ou de l’eau tiède.

  • Si vous vous injectez le produit, ne partagez jamais votre matériel d’injection. Procurez-vous du matériel stérile dans les centres spécialisés, les unités mobiles, les pharmacies ou les automates.

  • Protégez-vous des maladies sexuellement transmissibles.

Cliquez ici pour connaître les dispositifs de réduction des risques mis à votre disposition.

  • Si vous souffrez d’une maladie chronique, physique ou psychique ou si vous suivez un traitement, parlez de votre consommation à votre médecin. Evitez notamment de consommer en cas de maladie cardiaque ou circulatoire, ou de traitement antidépresseur.

J’ai envie de me faire aider

De nombreuses aides sont à votre disposition :

  • Des sites internet qui vous informent et répertorient les structures d’accueil par départements.

  • Des structures d’accueil où vous pourrez rencontrer des professionnels spécialisés dans la réduction des risques et la prise en charge des dépendances.

  • Des numéros de téléphone gratuits qui vous offrent une écoute 7 jours sur 7.

Cliquez ici pour connaître les aides mises à votre disposition.

Vous pouvez aussi en parler à votre médecin généraliste qui saura vous orienter vers une structure adaptée.

La méphédrone est disponible en Europe depuis 2007. Elle fait partie des nouvelles substances psychoactives largement vendues sur des sites internet qui imitent les effets d’autres produits. Elle est classée parmi les stupéfiants depuis juin 2010 en France.

Polyclinique de Villeneuve Saint Georges


Service d'Anesthésie des Drs GARNIER, REBIERE, SCHERRER et TURKI, 47 Rue de Crosnes ,
94190 Villeneuve Saint Georges, France

Contacts

  • Fixe : 01 45 10 82 00
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je consomme de l’héroïne : que devrais-je savoir ?

    L’héroïne, appelée parfois héro, came, rabla ou blanche, se présente sous forme de poudre. Qu’elle soit injectée, sniffée ou inhalée, sa consommation implique des risques importants d’overdose et de dépendance physique et psychique.

    Lire la suite
  • Le point sur ma consommation d'alcool

    Les problèmes d’alcool concernent habituellement des personnes qui ont une grande tolérance et qui ne sont pas souvent ivres. Tant qu’on ne souffre pas de l’alcool, on n’a pas conscience de prendre des risques.

    Lire la suite
  • Je prends des poppers : que devrais-je savoir ?

    Vendu dans des petites bouteilles en verre, le poppers est la substance la plus couramment expérimentée dans la population adulte après l’alcool, le tabac et le cannabis. Consommé dans un cadre festif ou pour agrémenter sa sexualité, il peut avoir des répercussions négatives tant sur la santé que sur les performances sexuelles.

    Lire la suite
  • Je consomme du LSD : que devrais-je savoir ?

    Le LSD, appelé aussi acide, trip, buvard ou carton, est généralement avalé ou placé sur la langue. Ces effets sont très variables suivant les individus et le contexte de sa consommation. Un consommateur n’est jamais à l’abri d’un « mauvais voyage » ou « bad trip ».

    Lire la suite
  • Je consomme des amphétamines : que devrais-je savoir ?

    Les amphétamines appelées aussi speed, amphèt, cristal, ice, yaba ou encore meth sont des produits de synthèse vendus sous forme de poudre, de capsules ou de comprimés. Leur consommation induit des risques et peut conduire à une dépendance.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale