Le site du Docteur andre iser

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée

Horaires de consultation

Prendre rendez-vous
  • Consultation libre
  • Consultation sur RDV
  • Visite à domicile
  • Autre
Informations complémentaires

...MEDITATION... Et si vous avez envie de moins me voir,moi et les autres médecins d'ailleurs,lisez "Le pouvoir du moment présent",un best-seller de 1997 mais absolument intemporel et susceptible de vous amener à ce que l'on appelle depuis peu"la méditation de pleine conscience"(mindfullness). Dont la pratique ne peu qu'améliorer largement votre qualité de vie,de façon plus accessible que le yoga,l'hypnose,et même la sophrologie,entre autres.

Les régimes -le regime "moit-moit"

La notion même de régime est tendancieuse,en effet,elle a une connotation provisoire or il ne s'agit pas tant d'observer un régime pour faire plaisir au biologiste,au médecin,à sa balance,que de changer définitivement ses habitudes alimentaires.S'il est vrai que l'on peut obtenir d'excellents résultats en changeant de mauvaises habitudes,surtout des erreurs grossières,heureusement de moins en moins répandues grâce à une bien meilleure information,de plus en plus accessible,il n'en demeure pas moins que pour l'essentiel c'est plutôt "chassez le naturel, il revient au galop".J'ai permis à un certain nombre de patients de maigrir,plus ou moins rapidement,avec des cures protéinées que j'ai prescrites une décennie durant.Certains ont vu leur diabète,leur hypertension,leurs douleurs,disparaître.La quasi-totalité,à ma connaissance,a fini par retrouver son poids d'avant régime et les conséquences qui en découlent. Cela tient en partie à des facteurs génétiques,en partie à des facteurs psychologiques : le rapport affectif à la nourriture d'une part,le "poids mental",d'autre part (perdre 10 kg,c'est bien,mais si ni soi-même ni les autres ne vous reconnaissent après,c'est voué à l'échec).Actuellement je considère que la meilleure solution est de changer lentement mais définitivement ses habitudes alimentaires,tout en considérant que rien n'est jamais interdit.Le secret se cache dans la fréquence et la quantité des écarts.J'ajouterai ces quelques éléments : pas de repas trop abondant avant de dormir (stockage de l'énergie non sollicitée sous forme de graisse),ne pas se mettre régulièrement en hypoglycémie (l'organisme l'ayant compris,il s'adapte,la faim disparaît,il stockera à la prochaine occasion),enfin et surtout,manger lentement,car le sentiment de satiété s'installant de toute façon avec le temps qui passe à manger,il est préjudiciable de se remplir le ventre tant que c e sentiment n'apparaît pas. C'est ce que j'appelle le régime "moit-moit" : se servir moitié moins et manger en deux fois plus de temps. Ca fonctionne à tous les coups.

Les dernières études prouvent que boire 1/2l d'eau avant chaque repas est très efficace...

Les vaccins ,hépatite B, et col de l'utérus

Gardasil : le rapport bénéfice/risque reste très favorable.
                Le vaccin Gardasil fait l’objet d’une surveillance renforcée par l’Europe et la France depuis sa commercialisation en 2006. Un plan de gestion de risque spécifique a ainsi été mis en place à la fois par l’Agence européenne des médicaments et par l’ex-Afssaps. L’ANSM (Agence nationale de sécurité des médicaments) fait ce rappel alors qu’une jeune femme atteinte d’une sclérose en plaque a porté plainte contre le fabricant du Gardasil, Sanofi Pasteur MSD.
                Dans le monde, à la fin du mois de mai 2013, plus de 127 millions de doses du vaccin ont été distribuées. Les données de pharmacovigilance font état de 26 675 effets indésirables graves, dont 113 cas de sclérose en plaques (SEP). En France, depuis sa mise sur le marché, plus de 5 millions de doses ont été distribuées. Sur cette période, 435 cas d’effets indésirables graves ont été enregistrés, dont 135 de maladies auto-immunes incluant 15 cas de SEP.
                L’ANSM tient à rappeler que les données de la littérature ne montrent pas d’augmentation de l’incidence des maladies auto-immunes, ni plus particulièrement de la SEP, après une vaccination par Gardasil. Ce que confirment les données du SNIIRAM (système national d’information inter-régimes de l’assurance maladie) sur une cohorte de près de 2 millions de jeunes filles nées entre 1992 et 1996 et suivies sur la période 2008-2010.                                                                                                                                                       Commentaires Dr Iser:                                                                                                               Alors que d'un côté tout assassin devant témoins se doit d'être qualifié de "présumé innocent"par nos médias bien-pensants, il suffit par ailleurs d'un simple dépôt de plainte pour que ces mêmes médias se déchaînent instantanément. Soyons sérieux,c'est le même procés que celui fait en son temps contre le vaccin de l'hépatite B.                                                                            En effet:-  à l'époque 1/3 de la population a été vacciné en quelques                                    années                                                                                                                              -  imaginons que 20 millions de Français aient été vaccinés                                     l'année X                                                                                                                                -  une loi mathématique très puissante,dite"loi des grands                                          nombres",dit que,sur 60 millions habitants,2000 déclarent                                  une poussée initiale de SEP(sclérose en plaques) chaque                                  année                                                                                                                                            - la conséquence est que l'année X,1/3 des patients ayant fait                                    une poussée initiale,soit 666,ont été vaccinés                                                        - en toute bonne foi,chacun de ces 666 est persuadé que sa                                        SEP a été déclenchée par le vaccin                                                                                                                                                                                                                                             ILS ONT RAISON!                                                                                                                                                                                                          MAIS,l'analyse des chiffres à postériori révèle qu'il n'y a pas d'augmentation des cas de SEP.                                                                                                                                                                                                                              CONCLUSION :        La vaccination,hépatite B ou Gardasil,ne fait que révéler la maladie,l'anticipant de quelques semaines ou mois,comme l'aurait fait toute autre atteinte du système immunitaire (autre vaccin,virose, stress...). A l'époque de la polémique sur l'hépatite B (polémique purement et uniquement Franco-Française...),des tribunaux ont justement jugé la relation de cause à effet,mais l'interprétation en a été erronée.La brèche était ouverte,la rumeur lancée,irratrappable (plus on en parle plus on l'alimente).Ces deux vaccins sont les premiers à immuniser contre des cancers (foie et col de l'utérus).Les gens qui grâce aux vaccins évitent ces maladies n'alerteront jamais les médias pour exprimer leur gratitude car ils en seront inconscients,etpourtant ils sont infiniment plus nombreux.Dans le même ordre d'idées : sans les vaccins,il est probable que je ne serais pas là aujourd'hui pour ce commentaire,ou que vous ne seriez pas là pour le lire...Merci Mr Pasteur,qui,comme Mr Schuman,doit se retourner dans sa tombe.                                                                                                                                                 Quelques mots sur l' aluminium ,présent dans la plupart des vaccins pour améliorer leur efficacité.Il semble que certains rares individus soient sensibles à ce métal et puissent développer certains effets très indésirables.Il semble que ces personnes présentent un profil génétique particulier.Il serait donc hautement souhaitable qu'ils puissent être dépistés en pratique courante pour ne pas avoir ces vaccins,ce qui n'aurait aucune influence sur la collectivité dans la mesure où leur nombre est marginal,la vaccination de masse chez nous étant encore et heureusement liée à une notion de solidarité.Malheureusement certains lobbys parviennent de plus en plus à désinformer les gens et c'est ainsi que actuellement une épidémie de rougeole sévit en Alsace,avec de redoutables conséquences potentielles pour de pauvres enfants victimes d'idéologie émanant de personnes"responsables"(dont leurs propres parents).

 

Les Génériques

 

Le Dr Sauveur Boukris publie Médicaments génériques. La grande arnaque (Ed. du Moment). Il s'y insurge contre ce qu'il considère comme un véritable scandale sanitaire.

[Extraits]

 

Une histoire d'argent avant tout

En France, le développement des génériques a modifié le paysage médical : la relation médecin-pharmacien s'est distendue, le lien pharmacien-malade a changé, la recherche médicale des firmes pharmaceutiques et l'innovation ont été mises au pas. (...) Disons-le d'emblée : les médicaments génériques, c'est d'abord et surtout une histoire d'argent avant d'être une histoire de santé. (...) 

 

 

En plus de dix ans, les génériques sont entrés dans les moeurs. Tout est fait pour contraindre les médecins à les prescrire et les pharmaciens à les délivrer. On est passé de la pédagogie aux sanctions. Plus de huit médicaments sur dix pour lesquels il existe une version générique font l'objet d'une substitution. Le marché des génériques a plus que triplé en une décennie et, actuellement, une boîte de médicaments sur quatre vendue en France est un générique. 

La différence entre générique et médicament original

Ceux qui affirment que les médicaments génériques sont rigoureusement identiques aux médicaments princeps ne connaissent pas le dossier : non seulement ils sont différents des molécules de référence, mais il existe aussi des variantes entre génériques. Résultat : des conséquences cliniques pour les malades, et c'est bien ce qui est alarmant. [Par ailleurs, ] il existe une controverse sur la bioéquivalence d'un médicament générique, c'est-à-dire la quantité relative du produit absorbée dans l'organisme par rapport à la quantité administrée (...). [ Il faut aussi ajouter qu' ] en France, l'ANSM (Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé) peut exonérer un générique des études de bioéquivalence s'il remplit au moins l'une de ces deux conditions: soit il correspond à une simple duplication de la spécialité de référence, avec des techniques, un lieu de production et une origine du principe actif identiques à ceux du princeps; soit la biodisponibilité du générique est identique à celle du princeps.  

L'origine suspecte des génériques

Les ingrédients de base entrant dans la composition du principe actif sont fabriqués en Chine, en Inde ou au Brésil, pour 80 % d'entre eux. Sur les 20 % restants, 30 à 40 % proviennent de France, le reste, des autres pays européens. Cette situation hétérogène a poussé l'Académie nationale de pharmacie et les industriels des matières premières des médicaments à organiser, le 20 avril 2011, une grande réunion (...). Le constat qui y a été établi est sans appel : "A bas bruit, au cours de ces vingt dernières années, les conditions de fabrication des médicaments consommés en France et en Europe ont considérablement évolué, ouvrant la porte à de nouvelles problématiques génératrices de risques pour la santé des populations. D'une fabrication quasi locale (...), nous sommes passés à une dispersion planétaire et à une dissémination des chaînes de production et de distribution (...). Avec deux risques pour la santé publique : d'une part, la sécurité de la fourniture des principes actifs ne peut plus être assurée - la Chine concentre de 40 à 50 % de la production des principes actifs génériques du marché européen ; d'autre part, la qualité des produits peut être potentiellement affectée et plus difficile à assurer." 

L'économie avant la santé

A mon sens, la promotion des médicaments génériques est, à plus d'un titre, une véritable tromperie intellec tuelle et scientifique : affirmer que les génériques sont des copies conformes, c'est leurrer les malades - et les médecins -, et faire des pharmaciens des complices de cette fable (...).  

La duperie économique tient au fait que l'argument du prix est un non-sens et un faux problème. Non seulement en France le tarif n'est pas libre, il est fixé par un organisme public, mais l'existence d'un TFR (tarif forfaitaire de responsabilité) rend caduque l'existence des génériques. Pourquoi prendre des risques sanitaires quand la copie est aussi chère que le princeps (...)? 

Enfin, la carotte est pour les malades, dans la mesure où les génériques répondent d'abord à un impératif économique qui passe avant leur intérêt (...). Je crois que l'on peut parler d'arnaque morale (...). 

La propagande d'Etat répétée à longueur de journée, et relayée par certains médecins hospitaliers, se développe au détriment des patients (...). Le "tout-générique" illustre la suprématie de l'économie sur la santé. Faut-il attendre un incident grave pour prendre conscience de cette erreur ? A partir de combien de décès reconnus va-t-on en finir avec cette politique? 

Marketing et matraquage publicitaire

Depuis plus de dix ans, l'Assurance-maladie lance des campagnes de "pub". En 2000, elle annonçait: "Médicaments génériques ? Il n'y a que la couleur qui change (...)." 

 

Année après année, encore aujourd'hui, la propagande en faveur du générique s'est développée et chaque caisse régionale d'assurance-maladie a organisé sa campagne (...). Les départements font leur promotion et chacun y va de son slogan (...). En juin 2010, les caisses d'assurance-maladie du Val-d'Oise avaient publié une plaquette intitulée "Trucs et astuces pour mieux substituer". On y donnait des conseils pour que le pharmacien et son équipe adoptent la bonne attitude. Par exemple, on pouvait lire qu'il fallait "préfé rer la phrase "Je vous délivre" [à ] "Est-ce que je peux vous donner ?" Sur la plaquette, on précisait : "L'emploi du mode affirmatif permet d'éviter très souvent le refus de l'assuré (contrairement au mode interrogatif). (...) L'incitation de l'assuré à accepter tout d'abord un générique de la prescription pourra permettre ensuite progressivement de substituer la totalité de l'ordonnance."  

Ce que les patients doivent savoir

Puisque les génériques sont à présent dans toutes les officines et qu'ils font partie de notre quotidien, il me semble être de mon devoir de donner quelques conseils utiles aux patients: 

1. Vous pouvez refuser les génériques. Ils ne sont pas obligatoires. Ne vous laissez pas berner par les discours de certains pharmaciens qui proclament que vous ne serez pas remboursés (...)! 

2. Préférez les génériques sans excipients à effet notoire, surtout si vous êtes allergiques ou avez un terrain allergique. 

3. Privilégiez les autogénériques, qui ne sont en réalité que des princeps à un prix plus bas ; ils sont fabriqués dans les mêmes conditions, par les mêmes laboratoires et sont, par conséquent, plus fiables. 

4. Si un générique vous convient, restez-lui fidèle. Il n'est pas bon de changer. Réclamez toujours la même marque !  

5. Acceptez à la rigueur des génériques pour des traitements de courte durée - moins d'une semaine. 

6. En cas de maladie chronique et de traitement long, de plusieurs années, voire à vie, il est souhaitable de garder le nom de marque et d'exiger de votre médecin la mention "non substituable (...)". 

7. Si vous avez une mémoire défaillante, il vaut mieux garder la même marque, son nom est plus facile à retenir.  

Médicaments génériques. La grande arnaque, Ed. du Moment, 224 p., 18,50 euros.  

 

Anxiolytiques et antidépresseurs

Le marketing de la folie

Si vous avez le courage de visionner ce très long mais très édifiant document,comme moi vous ne verrez plus les choses de la même façon.Cependant je continue à prescrire certains des médicaments incriminés dans les cas ciblés où j'en attend un bénéfice supérieur aux risques encourus.

Le tabac

Ne venez pas me voir pour arrêter de fumer.Tout se tient en 3 phrases implacables :                                                                                                                                   -le problème n'est pas d'arrêter,il est de ne pas recommencer.                                    -or toutes les méthodes ne vous aident qu'à arrêter (par l'intermédiaire d'un marché fructueux).                                                                                                                           -il est donc illusoire de penser que vous ne re-fumerez pas si déjà vous avez besoin d'une aide pour simplement arrêter.                                                                                                                                                                                                                       Réflexion : fumer est un plaisir (!?) au détriment de votre liberté,laquelle,comme votre santé,n'a pas de prix.                                                                            

La fièvre

La fièvre est un moyen de défense privilégié de l'organisme.En effet,nous sommes des animaux à sang chaud et nos cellules fonctionnent de façon optimale autour de 37°C.Les germes dits pathogènes,c'est à dire susceptibles de nous agresser dans le but de se multiplier en nous et de contaminer d'autres écosystèmes (car c'est ce que nous sommes)(cf "les antibiotiques"),se trouvent également très bien à 37°.Notre organisme réagit alors notamment en augmentant (le plus souvent) ou en baissant la température de notre corps,dans le but d'entraîner une surmortalité cellulaire.Cette surmortalité se produit aussi bien pour nos cellules que pour les assaillants,cependant nous sommes "majoritaires" et parvenons le plus souvent à nous en sortir par cette méthode aussi souhaitable que naturelle.Nous remarquons que la fièvre s'accompagne d'urines foncées,car elles sont riches en déchets issus de toutes ces cellules mortes.Aussi il est préférable de ne pas surcharger notre sang en toxines alimentaires (viande,aliments industriels,alcool,activité physique...) pendant ce combat. Un animal malade a tendance à réduire son activité,jeûner,et attendre que ça passe...Nous devrions faire pareil,au moins pour ce qui concerne les viroses saisonnières,qui peuvent s'accompagner de fièvre pendant 2 à 5 jours avant de céder.Néanmoins,les parents d'enfants en bas âge sont forcément inquiets,et je conseille de traiter éventuellement les symptômes liés à la fièvre plutôt que celle-ci,en se fiant à l'état général (un nourrisson ne se plaint pas de courbature ou de céphalées : ainsi il peut être judicieux de traiter l'altération de l'état général avec du paracétamol même si le bébé n'a que 38°,inversement certains enfants ont 39,5° et jouent...). En ce qui concerne les enfants plus âgés et à fortiori les adultes,la méthode du "grog"peut s'avérer très efficace en tout début d'infe ction.En effet,si dès les premiers symptômes nous réagissons en anticipant la montée de température par divers moyens (activité soutenue,boissons chaudes),la multiplication des agresseurs ne faisant que débuter,il est possible de"couper"un rhume de cette façon.Si la maladie s'installe,tout dépend des circonstances,familiales ou professionnelles,mais il est toujours possible de manger sainement,de boire beaucoup d'eau (ce qui est bénéfique aussi pour les muqueuses agressées par de l'air chaud et/ou sec : chauffage ou pire,clim),et de limiter les prises de paracétamol aux périodes d'activité,le but n'étant jamais de supprimer toute fièvre,une amie précieuse.Petit aparté sur le mythe des convulsions : elles existent et peuvent être redoutables,mais il faut savoir qu'elles se produisent le plus souvent chez des personnes prédisposées,en général lors de la première montée en température.Par ailleurs la mode du bain chez le nourrisson est terminée : il est désormais préconisé le système couche-body-linges humides sur les membres.Si la fièvre est très élevée et/ou mal supportée : paracétamol en priorité,et aspirine ou dérivés en association toutes les 6h au maximum ou en alternance toutes les 3h au maximum.

Le soleil

Le soleil...c'est la vie.Il nous attire à l'extérieur et nous devrions nous en cacher? La meilleure protection contre les effets nocifs du soleil,indéniables si on ne sait que prendre des "coups de soleil",c'est le bronzage! Les crèmes n'apportent qu'une "protection"momentanée et illusoire,dans le meilleur des cas,et si nous faisons abstraction des cosmétiques employés sur lesquels des critiques sont régulièrement émises. Ce sont les lobbys de l'industrie qui financent les campagnes soit-disant institutionnelles et les réflexions matraquées par les présentateurs météo le  moment venu. Le soleil,chacun le sait,c'est bon pour le moral et ça permet de fixer la vitamine D (moins de cancers du colon,du sein,de la prostate,mais  aussi de diabète,d'hypertension,de sclérose en plaques,d'arthrite ...) entre autres bienfaits. Rien de plus sain pour nos enfants,adolescents,et aussi nous adultes ou personnes âgées,que de se dépenser,ou pas,au soleil. Même les lunettes de soleil sont néfastes dans la mesure où notre cerveau interprète la luminosité de façon à caler nos divers cycles métaboliques par rapport aux saisons.Donc ne pas en abuser Quoiqu'il en soit,même les aveugles tirent bénéfice de l'exposition au soleil au niveau de l'action anti-dépressive (récepteurs cutanés). Enfin et bien sûr,en cas de doute sur une lésion cutanée,n'hésitez pas à consulter:c'est quand même un des rares cancers très facilement détectable! Encore une fois,pour éviter les coups de soleil,bronzez!Mais progressivement,et pour cela rien de plus simple,sachez que l'on bronze en lorraine y compris en décembre.......Diverses études prouvent  : que l'exposition solaire diminue la mortalité de 50% (Suède 2014),et même que la survenue d'un cancer cutané est corrélée à une espérance de vie supérieure,ce qui s'explique par le fait que les gens atteints de ce cancer ont tiré plus de bénéfice du sol eil (en réduisant largement les risques d'infarctus par exemple) que d'inconvénients (la mortalité de ce cancer est en diminution).

La maladie de Lyme

La morsure de tique est indolore.Si la tique est porteuse de la maladie,le risque de transmission est faible si elle reste en place moins de 24h et ne gonfle pas.Aussi il est temps sous la douche après une sortie à risques d'être attentif à la présence d'une "nodosité"en passant la main sur l'ensemble du corps,et de s'armer si besoin d'une pince "tire-tique"(en fait ne pas tirer mais la "dévisser"en exerçant une légère traction,et sans aucun liquide, juste un antiseptique après). Ceci étant fait,inutile de consulter,une rougeur limitée à un diamètre de 1cm est normale. Ce qui le serait moins serait l'apparition d'un auréole extensive qui signerait la phase primaire de la maladie de Lyme et nécessiterait un traitement antibiotique pour éviter le passage aux phases suivantes,dont le diagnostic et le traitement sont controversés (tests parfois faussement négatifs,traitements non codifiés...). Pour compliquer le tout, la phase primaire serait parfois inapparente....(ou inaperçue ?)

Le sport pour les nuls,ou le secret de l'efficacité en toute simplicité

Les dernières études prouvent que 13 minutes d'activité par jour effectuées de la façon suivante sont d'une redoutable efficacité : trois minutes d'échauffement,suivies de quatre cycles de 20 secondes à fond et 1min 40 sec à un bon rythme, puis 2 min de ralentissement. Mes conseils : levez-vous 13 min plus tôt tous les matins, et pratiquez avant de déjeuner, sans vous poser de questions : vous serez en forme pour la journée,vous aurez fait votre BA, plus besoin d'y penser, et surtout vous ne trouverez pas la moindre bonne excuse pour ne pas pratiquer (ce qui est souvent le cas quand la journée est engagée). Quelle activité ? Le plus rationnel est de faire du vélo elliptique. En effet, cette pratique n'est pas traumatique, n'use pas les articulations et les vertèbres, tonifie l'ensemble des muscles, le coeur n'étant pas en reste, et renforce le tonus axial.

À la une

Cabinet Dr Iser

18 rue de Metz , 57160 Moulins Les Metz, France

Contacts

Téléphone : 0387603496

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Cursus

Lauréat de la Faculté de Médecine de Nancy Spécialiste en Médecine Générale Médecin agréé

En savoir plus

Honoraires

C 25€ V 35€

En savoir plus

Urgences et premiers soins

Découvrez tous nos conseils

Réflexions

           Notre hygiène de vie est la base de votre santé,au point même que cette hygiène est maintenant reconnue comme capable de modifier notre ADN,et ce dès le plus jeune âge,ce qui implique aussi une lourde responsabilité en tant que futurs parents.                                                                                                                                                                            Nous sommes intégralement faits de ce qu'on mange et de ce qu'on boit...Or tout ce qui est comestible est fait pour être mangé et doit être mangé,en fonction de notre zone d' habitat ,de notre cultur e,et des saisons .En effet,le long processus de sélection et d'évolution a retenu et mis à notre disposition dans la nature tout ce qui est nécessaire à une bonne santé: mangeons les fruits et légumes de saison,les plats de saison sélectionnés par nos ancêtres.Un exemple : la tarte à la rhubarbe.Outre les bienfaits de cet aliment offert par la nature pour votre organisme au printemps,notre culture a retenu pour des raisons gustatives la confection en tarte avec un flan.Or la pâte contient du beurre et le flan de la crème fraîche,deux ingrédients riches en calcium,à même de neutraliser l'acide oxalique de la rhubarbe et incidemment la fabrication de calculs dans nos reins.Quand aux bienfaits de la mirabelle sur les Lorrains spécifiquement,vous pouvez me tenir informés de vos recherches.                                                     La boisson de base,c'est l' eau bien sûr,dont notre corps est formé à 65%.L'eau de source suffit,les eaux minérales ayant des propriétés médicinales ne sont pas forcément adaptées à tout le monde.Nous avons même (encore) la chance de disposer d'eau potable au robinet,c'est un luxe que des milliards d'êtres humains nous envient.N'abusons pas de ce luxe en ajoutant systématiquement un sirop ou en buvant du Coca ,ce qui laisse présager prise de poids,diabète,et représente un apport de calories"vides"préjudiciable à un bon équilibre anabolisme/catabolisme (construction/élimination).                                                                                                                               L'être humain actuel à été sélectionné parce qu'il a su utiliser son énergie pour survivre.Il a si bien "réussi"qu'il a depuis longtemps éliminé tout ennemi potentiel au quotidien...à part lui-même et ses semblables.Nos gènes d' agressivité se retournent contre nous,et nous malmenons la machine la plus évoluée,sinon aboutie,de l'univers connu : notre propre corps.C'est un manque total de respect envers nos ancêtres,la longue chaîne de la  vie,et,au delà,de la Création,que de ne pas prendre soin de nous.Ce aussi bien sur le plan physique que mental,et j'ajouterai,spirituel. Physiquement ,l'entretien de la machine nécessite un fonctionnement régulier,et plus la répartition masse grasse/masse maigre (graisse/muscle) est équilibrée,mieux nous nous portons,physiquement et mentalement.Notre vie au quotidien se faisant pour la plupart d'entre nous sans dépense d'énergie musculaire significative,il est absolument indispensable de compenser par ailleurs.La bonne nouvelle c'est que très peu suffit : nous pouvons être déjà en bonne forme physique en soutenant un effort relativement modéré 3 fois 20 minutes par semaine.Plus si affinités,mais attention de ne pas basculer dans l'effet inverse,car l'activité sportive s'accompagne de production d'endorphines qui peuvent rendre "accroc"et entraîner une usure prématurée.Certains sports sont plus ou moins traumatisants : je ne compte plus les blessés du foot,alors que j'attends toujours le premier blessé en natation...Quoiqu'il en soit,le jogging,voire le vélo en cas de problèmes de dos,et la marche,recommandée à tout âge sont d'une grande accessibilité.La fatigue physique,"bonne fatigue",favorise le sommeil et un bon équilibre mental .Dormir reste un passage quotidien obligé pour mieux renaître tous les matins.La durée et la qualité de sommeil sont primordiales.Rien ne vaut des horaires de coucher et de lever réguliers,dans une chambre calme et à l'abri de toute lumière parasite,après un repas léger et sans sur-stimulation physique ou intellectuelle tardive.La nourriture la plus importante et fondamentale,essentielle,reste spirituelle .Elle seule peut donner un sens à notre existence,et par l'équilibre qu'elle procure entraîne tout dans son sillage.                                                                                        En conclusion de ce chapitre sur l'hygiène de vie,nous sommes seuls responsables de notre façon de parler,nous tenir,manger,boire,bouger,nous divertir,nous élever et dormir...Si les médicaments sont parfois utiles,parfois indispensables,parfois vitaux,meilleure est notre hygiène de vie et moins nous en aurons besoin.La première chose que nous pouvons attendre d'un médecin est qu'il applique ce principe qui s'impose lui : "en premier lieu,ne pas nuire".

                                                                                                                                                                                                                         Phytothérapie/homéopathie : la différence fondamentale entre les deux tient au fait que la phytothérapie est à base de quelque chose alors que l'homéopathie est à base de rien.Je m'explique :la "phyto" consiste à traiter avec des plantes en quantité non seulement moléculaire mais aussi pondérable,alors que l'"homéo"consiste à traiter avec de l'eau qui a été en contact avec des molécules mais qui n'en contient plus une seule à partir des dilutions utilisées.Je ne crois personnellement pas à l' homéopathie autrement que par l' effet placebo ,lequel est très puissant à partir du moment où on veut y croire...Détails ici .Comme je le disais précédemment,la nature nous offre tout ce qu'il nous faut,au moment où il nous le faut,pour rester en bonne santé,mais elle nous offre aussi tout ce qu'il faut pour nous guérir de façon naturelle et avec le moins d'effets secondaires possibles.Au point que même des poisons (digitale,curare,venins...) sont largement utilisés à des doses thérapeutiques.Ne croyez pas que cette affirmation est destinée à vous détourner de la médecine dite moderne,en effet la plus grande partie des ressources thérapeutiques naturelles est soit oubliée (que ce fait soit volontaire : pression des laboratoires pharmaceutiques,ou que ce fait soit une victime du "modernisme"),soit non encore découverte.Ces médicaments naturels ne font pas l'objet de sérieuses et coûteuses recherches "en double aveugle contre placebo"pour la simple raison qu'ils sont la propriété de l'humanité et qu'à ce titre ils ne p euvent faire l'objet de dépôts de brevets et donc ne sont pas rentables pour les groupes pharmaceutiques mondialisés actuels.Aussi ma pratique de la phytothérapie reste-t-elle marginale car j'ai dans ma pratique une obligation de moyens,reconnus et avérés.

  

Les gastro-entérites

Problème courant,le plus souvent aussi désagréable que fugace,mais gravité potentielle chez le nourrisson (risque de déshydratation d'autant plus important que présence de fièvre).Dans la majorité des cas,l'organisme réagit violemment en éliminant l'agresseur viral "par le haut et par le bas",et c'est une bonne chose contre laquelle on ne peut rien pendant la phase aigüe qui dure environ 6H (j'ai personnellement fait l'expérience d'une intra-veineuse de "prmprn" dès les premiers symptômes...sans succès). Passées ces 6H,il est légitime de calmer les nausées,diarrhées,avec les médicaments usuels (antiémétiques et antidiarrhéiques).Le but est double : se réhydrater et se "resucrer". Une célèbre boisson que je ne citerai pas,qui a l'avantage d'être accessible partout dans le monde plus facilement qu'une pharmacie,et dont la formule est secrète,peut rendre tous ces services,à la seule condition d'éliminer les bulles avec un couteau.Quelques heures de plus et il est temps de recommencer à manger,prudemment : riz,pâtes,jambon,poisson,carottes et fruits cuits,puis yaourts,dont les levures vont repeupler les intestins et nous aider à retrouver nos capacités digestives.Il faut éviter pendant quelques jours lait,fruits et légumes crûs,boissons gazeuses.En effet,lors de la phase d'accélération du transit,l'acide chlorhydrique de l'estomac brûle les villosités intestinales,villosités  depuis lesquelles sont sécrétées différentes enzymes,dont la lactase (qui permet de digérer le lait) au sommet de de ces villosités.Ce qui explique que la capacité à digérer le lait est la première à disparaître,et ce fait est très important à comprendre pour les nourrissons car le fait de poursuivre le lait artificiel ne ferait qu'aggraver les choses.On peut avoir recours chez le nourrisson à un "lait de remplacement",sans lactose,et surtout dans un premier temps à des solutés de réhydr atation,qui vont compenser la perte d'électrolytes(sodium,potassium,chlore).

Les antibiotiques

Et bien non,effectivement,ce n'est pas ...que. En effet,la grande majorité des infections rhino-pharyngées et les bronchites sont d'origine virale.Or la flore bactérienne qui occupe ces tissus et cavités est là pour nous défendre et nous vivons généralement en parfaite entente et symbiose avec elle.Imaginons prendre un antibiotique de façon inconsidérée(de soi-même ou parfois sans faire de test rapide pour une angine).Que va t-il se passer?En toute logique,toute la flore bactérienne sensible à cette molécule va être décimée,et c'est par définition les bactéries résistantes à cet antibiotique qui vont occuper le terrain.Or rien ne laisse présager que nous nous entendrons bien avec ces microbes autrefois minoritaires.Oh,bien sûr,il est possible d'aller mieux dans un premier temps,tout simplement parce que quelques jours sont passés et que nos autres lignes de défense ont fini par éliminer le virus,mais le risque est celui d'une rechute,bactérienne cette fois,qui du coup va nécessiter une nouvelle antibiothérapie,à priori plus "forte "que la première.Bilan : 2 traitements antibiotiques pour rien,avec les risques d'allergie,intolérance,effets indésirables.Conclusion:"quand il faut il faut,quand il ne faut pas il ne faut pas".

Les suppos

Ce court exposé pour expliquer que le sens d'introduction d'un suppositoire n'est en général pas celui que vous croyez : en effet,l'introduction par le bout rond laisse derrière lui le bout carré irriter le sphincter,qui peine à se refermer dessus.L'efficacité du médicament se trouve forcément amoindrie en cas d'expulsion.Conclusion : enfoncez le bout carré en premier.

Votre mémoire

Vous pouvez réaliser au cabinet de votre médecin un test de votre mémoire,pris en charge par la Sécurité Sociale : n'hésitez pas à le demander.

Le monde tel qu'il est.

Monsanto      

DANGERS ECRANS POUR NOS ENFANTS (et pour nous)

L'héroine-electronique-comment-les-écrans-transforment-les-enfants-en-drogués-psychotiques/

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale