Le site du Docteur Andreas WERNER

Pédiatrie
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée

 Musique et risques auditifs

 Musique et risques auditifs. Résultats des enquêtes relatives au comportement des jeunes face à la musique

Musique et risques auditifs. Résultats des enquêtes relatives au comportement des jeunes face à la musique

 

 

http://www.jim.fr/e-docs/00/01/E8/6C/carac_photo_1.jpg Ch. GELIS Université de Montpellier I

 

Les problèmes d’audition dus aux activités de loisirs et surtout à la musique, deviennent, chez les jeunes, un véritable problème de santé publique. Comme il n’existe en France que peu ou pas d’études en ce domaine (1), l’association JNA (2) a, ces dernières années, initié deux enquêtes (3) destinées à mettre en évidence le comportement des jeunes générations vis-à-vis de l’écoute de la musique et de l’usage du baladeur. 

 

Les sons forts, quelle que soit leur nature, provoquent, en exposition prolongée, des troubles auditifs, surdité, perception d’acouphènes, hyperacousie. Depuis longtemps, l’accent avait été mis sur le bruit au travail et autour des années 1985 une réglementation complète et précise avait été mise en place. Mais depuis quelques années, les niveaux sonores augmentant, l a musique est devenue nocive. Le risque est particulièrement insidieux car le plaisir ressenti masque le danger. Pour beaucoup, en effet, musique et bruit ne présentent pas les mêmes dangers, et si l’exposition aux bruits industriels est reconnue comme nocive, la musique semble sans risque. Certains amateurs mal informés croient même qu’une reproduction sonore de qualité est un gage d’innocuité.

Les observations effectuées sur les amateurs de musique, qu’ils soient musiciens professionnels ou amateurs, adeptes du baladeur, habitués des discothèques, amateurs de concerts, et surtout DJ, confirment que la musique est nocive pour l’oreille lorsqu’on l’écoute sans précautions, longtemps et à des niveaux élevés. Des études conduites aux États-Unis fixent à environ 15 % le nombre de jeunes présentant des troubles auditifs permanents à la suite de l’exposition à la musique. Sans en connaître la proportion, il est fréquent de trouver en France des cas de traumatismes sonores avec dégradation de l’audition, très souvent perception d’acouphènes, et parfois hyperacousie. On rencontre ces altérations de l’audition chez les « vieux » utilisateurs de baladeurs, les musiciens amateurs et les DJ. Nos enquêtes ont par ailleurs montré l’extrême fréquence de troubles auditifs passagers — bourdonnements, audition cotonneuse, etc. — en sortie de concert ou de discothèque ; ces symptômes sont, selon les spécialistes, annonciateurs d’une presbyacousie précoce.

http://jim3.jim.admin.edition.prod.doloforge.com/admin/gestion_doc/editeur/editeur.md/e-docs/00/01/E8/6C/media_figure1.jpg

La limite de nocivité est difficile à établir de façon péremptoire. La référence est la législation du travail. La limite de danger, longtemps fixée à un niveau quotidien équivalent de 85 dBA, a été abaissée à 80 dBA au nom du principe de précaution et de l’harmonisation européenne.

http://jim3.jim.admin.edition.prod.doloforge.com/admin/gestion_doc/editeur/editeur.md/e-docs/00/01/E8/6C/media_figure2.jpg

On peut estimer que la durée d’écoute de la musique est généralement inférieure à celle d’une journée de travail, et que la limite de nocivité se situe dans une zone de 85-90 décibels pondérés A. L’OMS recommande de ne pas écouter de la musique à plus de 85 dBA en niveau équivalent et de ne jamais dépasser 110 dBA en niveau de pointe. En France, la réglementation concernant les baladeurs fixe le niveau de sortie à un maximum de 100 dBA, tandis que dans les discothèques le niveau moyen ne doit pas dépasser 105 dBA. Pour les concerts, il n’y a aucune réglementation. Ajoutons que la réglementation peut être et est souvent contournée, que ce soit pour les discothèques ou pour les baladeurs. La loi, pour ne pas déroger aux protocoles généraux de mesure de bruit, précise que la mesure doit être exprimée en décibels pondérés A. Le réseau normalisé des courbes isosoniques montre que, sur le plan auditif, la mesure en dBA ne se justifie que pour des niveaux faibles à modérés. Cette pondération atténue les basses fréquences très présentes dans la musique actuelle.

Cette enquête avait pour principal objectif de mettre en évidence le comportement des jeunes générations face à l’écoute de la musique.

Les résultats essentiels sont les suivants.

• Au moins 6 jeune s sur 10 écoutent un type de musique demandant un niveau sonore élevé : rock et dérivés, rap, etc.

• Quarante-cinq pour cent n’écoutent jamais un baladeur alors que 20 % l’écoutent tous les jours. Parmi les adeptes, 65 % l’utilise à un niveau qu’ils jugent raisonnable tandis que 30 % déclarent l’écouter fort. Pour des raisons que nous évoquons plus loin et quoique nous n’ayons pas de sondage sur cette question, il semble que le baladeur, qui était alors analogique, ait été moins utilisé en 2006 qu’actuellement.

• Plus de la moitié des sujets interrogés disent avoir été victimes de troubles auditifs passagers après un concert ou une soirée en discothèque ; seuls 4 % ont eu un traumatisme sonore grave dont ils ont conservé des séquelles. La forte proportion de troubles passagers, manifestation d’une souffrance cellulaire, est alarmante. Le fait que le trouble soit passager ne signifie pas en effet que les cellules sensorielles récupèrent totalement et sortent indemnes de ce traumatisme ; il est probable que des traumatismes légers mais répétés conduiront à une presbyacousie précoce.

http://jim3.jim.admin.edition.prod.doloforge.com/admin/gestion_doc/editeur/editeur.md/e-docs/00/01/E8/6C/media_figure3.jpg

• Bien que 99 % des sujets soient informés des risques et des accidents auditifs, à peine 1 jeune sur 13 porte des protections auditives. Le port des protections ne semble toléré que lorsque le son n’est pas le centre d’intérêt de l’activité. Les casques et bouchons sont acceptés dans le travail à la condition que le bruit ne soit pas informatif, ou à la chasse, ou encore dans les sports mécaniques. À ceux qui en portent pour la musique, on n’a pas deman dé s’ils les utilisaient pendant toute la durée de la soirée. En effet, pour être efficace, le port de protecteurs doit être permanent ; l’échelle logarithmique des décibels fait que si on les porte pendant la moitié du temps, le niveau moyen n’est abaissé que de 3 dB.

L’enquête menée en février 2010 cerne spécifiquement l’usage des baladeurs numériques. La diffusion de musique par les baladeurs présente des caractères particuliers : l’auditeur est maître du niveau et de la durée d’écoute qui est le plus souvent prolongée et répétée dans une même journée.

http://jim3.jim.admin.edition.prod.doloforge.com/admin/gestion_doc/editeur/editeur.md/e-docs/00/01/E8/6C/media_figure4.jpg

De plus, l’adepte du baladeur ne gêne personne et ne s’attire pas les remontrances de l’entourage. Les baladeurs utilisent la compression MP3 qui permet de gagner de la place sur le support en supprimant les sons inaudibles du fait de leur fréquence, de leur niveau ou de l’effet de masque ; ce traitement n’aggrave, ni ne diminue le danger. Mais par rapport aux anciens systèmes analogiques, la capacité mémoire est accrue par la numérisation et permet ainsi d’accroître les durées d’écoute ininterrompue, et donc le risque ; par ailleurs, le faible encombrement des appareils et leur coût modéré étend le nombre d’utilisateurs.

L’enquête porte sur un échantillon de 1 000 jeunes, appartenant à la classe 12-25 ans, tranche d’âge où l’usage du baladeur est particulièrement apprécié. C’est un sondage « on line » (effectué sur Internet). Nous en donnons les résultats essentiels.

Moins de 20 % des sujets interrogés écouteraient leur baladeur à un niveau élevé. La durée quotidienne d’écoute est 1 h 30 avec une disparité due à l’âge — les durées les plus longues reviennent aux 15-17 ans — et des variations allant de 1 heure à plus de 3 heures. Ceux qui écoutent le plus longtemps écoutent aussi le plus fort. Les réponses aux items « niveau » et « durée », le niveau en particulier, doivent être considérées avec une certaine réserve car, d’une part, les jeunes générations sont habituées à ce que la musique ait un niveau élevé — ce qui est appelé niveau modéré peut alors dépasser 85 dB — et, d’autre part, les jeunes n’ont pas une conscience aiguë des niveaux élevés ; les oreilles jeunes supportent sans difficultés et sans fatigue une dynamique large, gênante et même douloureuse pour les personnes plus âgées.

La réglementation sur les baladeurs est peu connue : 3 jeunes sur 4 ne la connaissent pas. Il existe également une grande ignorance en ce qui concerne l’échelle des décibels.

http://jim3.jim.admin.edition.prod.doloforge.com/admin/gestion_doc/editeur/editeur.md/e-docs/00/01/E8/6C/media_figure5.jpg

Cependant, plus de 60 % des sujets savent que le seuil de danger est de 80 dB, alors que 25 % pensent qu’il est de 100 dB et que 5 % pensent que c’est 120 dB. Une proportion de 80 % sait malgré tout que l’usage prolongé du baladeur à niveau élevé est dangereux et susceptible de provoquer surdité et perception d’acouphènes. L’enquête précédente avait montré que la quasi-totalité des jeunes savaient que la musique était dangereuse ; en ce qui concerne le baladeur, il est nécessaire de faire un effort d’information puisque 20 % des sujets ignorent le risque. Quant à la réglementation et à l’échelle des décibels, leur ignorance est peu importante sur le plan de la santé ; l’essentiel est de ne pas croire que la réglementation protège du danger. Dans les publications de la JNA, nous préconisons d’utiliser le baladeur à la moitié ou aux trois quarts de son volume maximum sans se soucier de l’échelle des décibels.

Une proportion de 40 % des jeunes a ressenti des acouphènes passagers, et le pourcentage passe à 63 % pour les plus âgés. Quant à ceux qui n’en ont pas perçu, 30 % connaissent des personnes qui en ont souffert. Les acouphènes étant considérés comme un signe de souffrance cellulaire, les statistiques sont inquiétantes.

http://jim3.jim.admin.edition.prod.doloforge.com/admin/gestion_doc/editeur/editeur.md/e-docs/00/01/E8/6C/media_figure6.jpg

Quoique les oreilles jeunes aient un pouvoir de récupération élevé, le risque d’altération définitive est réel, et il faut insister sur la nécessité d’un repos auditif après une écoute à niveau élevé.

Un tiers des jeunes déclarent avoir eu une information sur les dangers des baladeurs lors de campagnes nationales. Les relais de l’information sont essentiellement la télévision, les établissements scolaires et Internet. Quand ils sont informés, ils déclarent majoritairement (87 %) vouloir changer leur comportement soit en réduisant le niveau ou la durée soit en faisant des pauses de récupération. Les déc larations d’intention concernant un usage plus modéré du baladeur sont encourageantes et peuvent, au moins partiellement, se concrétiser du fait que, à l’inverse des concerts et des soirées en discothèque, l’auditeur est entièrement maître du niveau et de la durée d’écoute. En résumé, les enquêtes montrent que 20 % des jeunes écoutent leur baladeur à niveau trop élevé et/ou trop longtemps.

 

Si l’information sur les dangers de la musique est maintenant très satisfaisante — 99 % des personnes interrogées les connaissent —, les risques inhérents aux baladeurs sont sous-estimés, certainement parce que les niveaux y sont moins élevés qu’en concert ou qu’en discothèque. Il est encourageant de constater que la plupart des utilisateurs sont, après information sur les risques, prêts à modifier leur comportement.

 

Notes

 

1. Étude de Bruitparif sur 418 adolescents d’Ile-de-France.
2. La JNA est une association indépendante de bénévoles de diverses provenances : médecins, scientifiques, audioprothésistes, particuliers, etc., dont l’unique objectif est de diffuser des informations sur l’audition avec pour cibles privilégiées la prévention de la surdité et la réhabilitation de l’audition. Les publications de la JNA sont rédigées et contrôlées par un conseil scientifique. La JNA organise chaque année au mois de mars la Journée nationale de l’audition.
3. Les résultats des enquêtes peuvent être consultés sur le site  www.audition-infos.org . Les informations sur l’association JNA, ses publications et ses activités sont disponibles auprès de Haud LEDORTZ (Tél. : +33 (0)4 72 41 88 50 et jna@audition-infos.org ).

Copyright © Len medical, OPA pratique, avril/mai 2011

La première enquête réalisée en 2006 et plaisamment intitulée « Haro sur les niveaux sonores » avait pour thème les dangers de la musique amplifiée et les risques auditifs chez les jeunes sans spécification de la forme de diffusion : baladeurs, discothèques, concerts, etc. Effectuée en février 2006 par l’agence AD’HOC RESEARCH sur un échantillon de 1 000 jeunes âgés de 15 à 30 ans, le questionnaire d’une durée de 5 minutes était proposé par téléphone. L’objectif de cette étude était de mettre en évidence les comportements, d’estimer le niveau de connaissance des risques, et d’évaluer la pratique et l’emploi d’éventuels procédés de prévention. La deuxième enquête, intitulée « Baladeurs numériques, quels risques pour l’audition ? » a été réalisée en février 2010 par la même agence ; elle cerne spécifiquement l’usage des baladeurs numériques. Les objectifs de cette étude sont pour l’essentiel de mettre en évidence : – la pratique et l’usage du baladeur en ce qui concerne essentiellement le niveau et la durée d’écoute ; – les connaissances des utilisateurs sur la réglementation et les risques ; – les moyens d’information, ainsi que les modifications du comportement qui résultent de la connaissance du danger.


Cabinet de Pédiatrie du Docteur Werner

4 rue de la Laune ,
30400 Villeneuve Les Avignon, France

Contacts

  • Fixe : 04 90 25 36 86
  • Fax : 04 90 25 61 64
  • Fixe : 04 90 25 36 86
  • Fax : 04 90 25 61 64
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale