Le site du Docteur Andreas WERNER

Pédiatrie
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée

Prise en charge de l'otite séro-muqueuse

La corticothérapie intra-nasale, prometteuse dans la prise en charge de l'otite séro-muqueuse

La corticothérapie intra-nasale, prometteuse dans la prise en charge de l'otite séro-muqueuse

L'otite moyenne séro-muqueuse (OSM) est une pathologie fréquente en pédiatrie : elle touche près de 90 % des enfants d'âge pré-scolaire. C'est la cause la plus fréquente de perte acquise de l'audition et de retentissement sur le langage.

Il existe, chez ces enfants, une accumulation de sécrétions dans l'oreille moyenne à l'arrière d'un tympan normal et en l'absence de signes d'infection aiguë. 
Il s'agit d'une pathologie multifactorielle. Le rôle d'une infection à bas bruit a été évoquée tout comme celui d'un défaut fonctionnel de la trompe d'Eustache, de l'existence ce réactions l'inflammatoires locales ou d'une atopie. Une bonne partie des OSM guérit spontanément. Pour les autres, le traitement optimal est toujours controversé.

Une revue de la littérature sur le sujet a été menée pour évaluer les connaissances actuelles et en particulier le lien entre allergie et OSM. Il est apparu que la prévalence de la rhinite allergique chez les patients ayant une OSM varie de 24 % à 89 % selon les études. L'utilisation de traitements anti-allergiques dans l'OSM a rapidement suivi la publication de ces résultats. Une méta-analyse sur 16 essais randomisés n'a cependant pas montré de supériorité d'un traitement de l'OSM par antihistaminiques, décongestionnants ou de leur association par rapport au placebo. Les corticoïdes oraux permettent une amélioration à court terme mais n'ont pas de place sur le long terme.

L'utilisation de corticoïdes locaux par voie nasale a donc été suggérée en raison d'une activité anti-inflammatoire locale sur le nez, le naso-pharynx et la trompe d'Eustache, sans les effets secondaires des corticoïdes systémiques.

Lorsque la chirurgie est refusée par les parents, un traiteme nt par corticoïdes locaux associés à une antibiothérapie fait partie des recommandations, lesquelles s'appuient sur une seule étude contrôlée en double-aveugle contre placebo.

Le traitement par corticoïdes topiques seuls est encore en cours d'investigation avec des résultats initiaux prometteurs. Ce traitement pourrait retarder ou éviter la prise en charge chirurgicale.

Lack G et coll. :The link between otitis media with effusion and allergy: A potential role for intranasal corticosteroids. Ped Allergy Immunol 2011; 22(3) : 258-266

Cabinet de Pédiatrie du Docteur Werner

4 rue de la Laune ,
30400 Villeneuve Les Avignon, France

Contacts

  • Fixe : 04 90 25 36 86
  • Fax : 04 90 25 61 64
  • Fixe : 04 90 25 36 86
  • Fax : 04 90 25 61 64
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Mon enfant a un rhume de hanche, je m'informe sur le traitement et le suivi

    Chez l’enfant, la boiterie liée à une douleur au niveau de la hanche est fréquente. Le rhume de hanche en est la première cause, mais ce diagnostic ne doit pas être évoqué entre 1 et 2 ans, ni à l’adolescence.

    Lire la suite
  • Homéopathie : ce que je dois savoir

    Médecine douce, l’homéopathie est basée sur la loi de la similitude : une substance produisant les mêmes symptômes qu’une maladie pourrait donc la guérir.

    Lire la suite
  • Mon enfant tousse : miel ou sirop ?

     En période hivernale, la toux est un symptôme bénin très fréquent. Elle témoigne le plus souvent d'une agression virale. Comment soulager un enfant qui tousse ?

    Lire la suite
  • Comment puis-je traiter une diarrhée en voyage ?

    Différentes infections dues à des bactéries, des virus ou des parasites peuvent provoquer une diarrhée en voyage. Le plus grand danger est la déshydratation que celle-ci peut entraîner en quelques heures. Les enfants et les sujets âgés doivent être particulièrement surveillés.

    Lire la suite
  • Rappel des règles de bon usage des anti-inflammatoires non stéroïdiens

     Comme tous les médicaments, les AINS exposent à des effets indésirables pouvant être graves, en particulier gastro-intestinaux, cardio-vasculaires et rénaux.  Le choix d’un AINS repose sur la prise en considération : - des facteurs de risque individuels du patient, - du profil de sécurité d’emploi propre à chaque AINS, - des préférences personnelles du patient.  Il est recommandé de : - utiliserlesAINSàladoseminimaleefficace,pendantladuréelapluscourtepossible; - en cas de douleur chronique, réévaluer régulièrement la nécessité et l’efficacité du traitement par AINS, qui n’est que symptomatique ; - nepasassocierdeuxAINS.  Tous les AINS sont contre-indiqués en particulier en cas de : - ulcère gastro-duodénal évolutif, - antécédents d’ulcère peptique ou d’hémorragie récurrente (au moins 2épisodes objectivés), - insuffisance hépatocellulaire sévère, - antécédents de saignement ou de perforation digestifs survenus sous AINS, - insuffisance cardiaque sévère, - insuffisance rénale sévère, - grossesse (voir ci-dessous).

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale