Le site du Docteur Andreas WERNER

Pédiatrie
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée
Je modifie mon régime alimentaire en cas de gastro-entérite - Le site du Docteur Andreas WERNER - Docvadis

Je modifie mon régime alimentaire en cas de gastro-entérite

La gastro-entérite est appelée couramment grippe intestinale. Il s’agit d’une inflammation de l’intestin due à un germe qui provoque diarrhées et vomissements.

Dois-je boire en cas de gastro-entérite ?

Vous devez boire, car diarrhées et vomissements provoquent une perte d’eau et de sels minéraux (sodium, potassium…).
Si vous avez des nausées, buvez de l’eau par petites quantités, mais fréquemment.
Choisissez une eau minérale riche en sodium pour reconstituer votre stock de sels minéraux.
La consommation de sodas à base de cola est très controversée, mieux vaut vous en abstenir.
Buvez du bouillon de légumes salé pour vous réhydrater et filtré pour éviter aux fibres d’irriter votre intestin.

Quels sont les aliments à éviter durant une gastro-entérite ?

Il faut vous abstenir de consommer légumes, fruits et jus de fruits.
Les produits laitiers sont à éviter, sauf le yaourt qui rétablit la flore intestinale.
Plats en sauce et alcool sont évidemment à proscrire.

Que puis-je manger lorsque je vais un peu mieux ?

Vous pouvez recommencer à manger par petites quantités :

  • de la pomme râpée sans la peau ou en compote,

  • des petits pots (pommes coing) habituellement destinés aux bébés,

  • du riz très cuit avec un peu de beurre,
    du gruyère en lamelles ou râpé.

A partir de quel moment puis-je recommencer à manger ?

Lorsque vous n’avez plus de nausées, vous pouvez vous alimenter en adoptant pendant deux ou trois jours un régime dit sans résidus, afin de laisser votre intestin se reposer :

  • blanc de poulet, jambon, poisson à la vapeur,

  • pâtes, riz, sans sauce tomate,

  • yaourts.

Vous pouvez ensuite reprendre une alimentation normale.

Attention, le risque majeur d’une gastro-entérite est la déshydratation. Si la gastro-entérite se prolonge au-delà de deux ou trois jours, il est préférable de consulter.
Chez le nourrisson, une gastro-entérite peut provoquer une déshydratation importante et rapide, soyez vigilant et n’hésitez pas à emmener votre enfant en consultation ou à appeler le médecin de garde.

 

 

 

Cabinet de Pédiatrie du Docteur Werner

4 rue de la Laune ,
30400 Villeneuve Les Avignon, France

Contacts

  • Fixe : 04 90 25 36 86
  • Fax : 04 90 25 61 64
  • Fixe : 04 90 25 36 86
  • Fax : 04 90 25 61 64
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Mon enfant a un rhume de hanche, je m'informe sur le traitement et le suivi

    Chez l’enfant, la boiterie liée à une douleur au niveau de la hanche est fréquente. Le rhume de hanche en est la première cause, mais ce diagnostic ne doit pas être évoqué entre 1 et 2 ans, ni à l’adolescence.

    Lire la suite
  • Homéopathie : ce que je dois savoir

    Médecine douce, l’homéopathie est basée sur la loi de la similitude : une substance produisant les mêmes symptômes qu’une maladie pourrait donc la guérir.

    Lire la suite
  • Mon enfant tousse : miel ou sirop ?

     En période hivernale, la toux est un symptôme bénin très fréquent. Elle témoigne le plus souvent d'une agression virale. Comment soulager un enfant qui tousse ?

    Lire la suite
  • Comment puis-je traiter une diarrhée en voyage ?

    Différentes infections dues à des bactéries, des virus ou des parasites peuvent provoquer une diarrhée en voyage. Le plus grand danger est la déshydratation que celle-ci peut entraîner en quelques heures. Les enfants et les sujets âgés doivent être particulièrement surveillés.

    Lire la suite
  • Rappel des règles de bon usage des anti-inflammatoires non stéroïdiens

     Comme tous les médicaments, les AINS exposent à des effets indésirables pouvant être graves, en particulier gastro-intestinaux, cardio-vasculaires et rénaux.  Le choix d’un AINS repose sur la prise en considération : - des facteurs de risque individuels du patient, - du profil de sécurité d’emploi propre à chaque AINS, - des préférences personnelles du patient.  Il est recommandé de : - utiliserlesAINSàladoseminimaleefficace,pendantladuréelapluscourtepossible; - en cas de douleur chronique, réévaluer régulièrement la nécessité et l’efficacité du traitement par AINS, qui n’est que symptomatique ; - nepasassocierdeuxAINS.  Tous les AINS sont contre-indiqués en particulier en cas de : - ulcère gastro-duodénal évolutif, - antécédents d’ulcère peptique ou d’hémorragie récurrente (au moins 2épisodes objectivés), - insuffisance hépatocellulaire sévère, - antécédents de saignement ou de perforation digestifs survenus sous AINS, - insuffisance cardiaque sévère, - insuffisance rénale sévère, - grossesse (voir ci-dessous).

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale