Le site du Docteur Andreas WERNER

Pédiatrie
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée
J'agis correctement  en cas de crise d'asthme - Le site du Docteur Andreas WERNER - Docvadis

J'agis correctement en cas de crise d'asthme

Il est essentiel d’adopter la bonne attitude pour traiter la crise d’asthme dans les meilleures conditions. Certains signes doivent vous alerter ou alerter vos proches.

Que se passe-t-il pendant la crise d’asthme ?

Au cours de la respiration, l’air circule dans les poumons à travers des conduits : les bronches et les bronchioles.
Pendant une crise d’asthme, les muscles des bronchioles se contractent, ce qui diminue leur diamètre, et du mucus est sécrété en plus grande quantité.
Cela obstrue les bronches et produit une respiration sifflante, bien caractéristique, ainsi qu’une sensation d’étouffement.

Comment reconnaître une crise d’asthme ?

La respiration est courte et sifflante, on se sent oppressé, on est essoufflé.
On a du mal à parler, on est angoissé, on s’agite.
Une toux sèche peut survenir, en particulier la nuit, au lever ou à l’effort.
Ces signes doivent vous alerter sur la survenue d’une crise d’asthme.

Comment dois-je réagir ?

Dès les premiers signes, il faut inhaler son broncho-dilatateur habituel en appliquant les consignes données par votre médecin traitant.
Restez calme.
Asseyez-vous et respirez lentement et profondément.

Comment puis-je évaluer la gravité de la crise ?

Si vous constatez l’un de ces signes, appelez immédiatement les secours en composant le 15 (Samu), le 18 (pompiers) ou le 112 depuis n’importe quel téléphone mobile:

  • Absence d’amélioration une demi-heure après la prise du broncho-dilatateur (que vous aurez répétée toutes les 5 à 10 minutes selon l’ordonnance rédigée par votre médecin).

  • Impossibilité de faire une phrase complète sans reprendre sa respiration.

  • Bleuissement de la peau constaté au niveau des lèvres et des ongles.

  • Transpiration abondante.

  • Symptômes d’épuisement.

Des précautions au long cours s’imposent.
Le traitement de fond ne doit pas être négligé une fois la crise passée. Autant que possible, vous éviterez les facteurs risquant de favoriser la crise d’asthme : le tabac et la présence d’animaux à la maison, par exemple.

Cabinet de Pédiatrie du Docteur Werner

4 rue de la Laune , 30400 Villeneuve Les Avignon, France

Contacts

Téléphone : 04 90 25 36 86
Fax : 04 90 25 61 64

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Mon enfant a un rhume de hanche, je m'informe sur le traitement et le suivi

    Chez l’enfant, la boiterie liée à une douleur au niveau de la hanche est fréquente. Le rhume de hanche en est la première cause, mais ce diagnostic ne doit pas être évoqué entre 1 et 2 ans, ni à l’adolescence.

    Lire la suite
  • Homéopathie : ce que je dois savoir

    Médecine douce, l’homéopathie est basée sur la loi de la similitude : une substance produisant les mêmes symptômes qu’une maladie pourrait donc la guérir.

    Lire la suite
  • Mon enfant tousse : miel ou sirop ?

     En période hivernale, la toux est un symptôme bénin très fréquent. Elle témoigne le plus souvent d'une agression virale. Comment soulager un enfant qui tousse ?

    Lire la suite
  • Comment puis-je traiter une diarrhée en voyage ?

    Différentes infections dues à des bactéries, des virus ou des parasites peuvent provoquer une diarrhée en voyage. Le plus grand danger est la déshydratation que celle-ci peut entraîner en quelques heures. Les enfants et les sujets âgés doivent être particulièrement surveillés.

    Lire la suite
  • Rappel des règles de bon usage des anti-inflammatoires non stéroïdiens

     Comme tous les médicaments, les AINS exposent à des effets indésirables pouvant être graves, en particulier gastro-intestinaux, cardio-vasculaires et rénaux.  Le choix d’un AINS repose sur la prise en considération : - des facteurs de risque individuels du patient, - du profil de sécurité d’emploi propre à chaque AINS, - des préférences personnelles du patient.  Il est recommandé de : - utiliserlesAINSàladoseminimaleefficace,pendantladuréelapluscourtepossible; - en cas de douleur chronique, réévaluer régulièrement la nécessité et l’efficacité du traitement par AINS, qui n’est que symptomatique ; - nepasassocierdeuxAINS.  Tous les AINS sont contre-indiqués en particulier en cas de : - ulcère gastro-duodénal évolutif, - antécédents d’ulcère peptique ou d’hémorragie récurrente (au moins 2épisodes objectivés), - insuffisance hépatocellulaire sévère, - antécédents de saignement ou de perforation digestifs survenus sous AINS, - insuffisance cardiaque sévère, - insuffisance rénale sévère, - grossesse (voir ci-dessous).

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale