Le site du Docteur Andreas WERNER

Pédiatrie
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée

Grippe: Hospitalisations en pédiatrie

Le taux des hospitalisations varie de 1 à 3/10 000 enfants; les plus élevés ont concerné les enfants de moins de 6 mois (3 à 9/10 000/an) et les plus bas de 5 à 17 ans (0,3 à 0,8). La proportion d'évolutions sévères n'est pas négligeable.

Hospitalisations pour grippe en pédiatrie : une enquête américaine

Le taux des hospitalisations liés à la grippe dans la population pédiatrique sont mal connus en raison de l'absence de tests biologiques systématiques et des variations épidémiques d'une année sur l'autre. Pour évaluer la gravité de la maladie, il est capital de conduire les enquêtes épidémiologiques sur des aires géographiques multiples et pendant plusieurs années.

Sous l'égide du Center for Disease Control and Prevention (CDC), l'épidémiologie des hospitalisations pour grippe a été étudiée à partir de 149 hôpitaux dans 10 états pendant 5 saisons consécutives. La population d'enfants de 0 à 17 ans, recensée dans les zone correspondantes était de 5,3 millions. Le diagnostic de grippe a été porté sur des résultats biologiques : culture virale, immunofluorescence, test antigénique rapide ou PCR. Les paramètres démographiques et cliniques ont été colligés.

Au total, 4 015 cas ont été identifiés de 2003 à 2008. Selon les années, le taux d'hospitalisation a été de 1 à 3/10 000 enfants, les plus élevés ont concerné les enfants de moins de 6 mois (3 à 9/10 000/an) et les plus bas de 5 à 17 ans (0,3 à 0,8). En moyenne, 40 % des enfants hospitalisés avaient un ou plusieurs facteurs de risque, proportion plus élevée entre 5 et 17 ans (63 %-77 %) qu'avant 5 ans (33 %-37 % p < 0,01). Avant 5 ans, les facteurs de risque étaient l'asthme (12 %), les antécédents de prématurité (11% et 15 % avant 2 ans) et le retard psychomoteur (6 %). Après 5 ans, les facteurs étaient l'asthme (36 %), le retard psychomoteur (12 %) et les maladies neuromusculaires (9 %). Plus du quart des enfants étaient âgés de moins de 6 mois et la grande majorité de moins de 5ans. Parmi les enfants de plus de 6 mois, un tiers avait reçu une dose de vaccin mais 2 doses s ont nécessaires entre 6 mois et 8 ans.

L'influenza A était le type prédominant (65 %-82 %). Une co-infection bactérienne à pneumocoque ou staphylocoque était présente chez 2 % des enfants et des signes radiologiques de pneumonie chez 32 % à 38 %. Entre 11 % et 14 % ont été hospitalisés en soins intensifs, 3 % à 7 % ont été ventilés et moins de1 % ont nécessité une oxygénation extra corporelle. Une encéphalite a été diagnostiquée chez 2 à 8 enfants par saison. Dix sept enfants sont décédés dont 3 de moins de 6 mois ; 9 enfants avaient une co-morbidité, 10 une pneumonie, 2 une infection bactérienne et 14 auraient dû être vaccinés. Moins de la moitié des enfants ont reçu un traitement anti-viral.

Au total, le taux des hospitalisations varie de 1 à 3/10 000 enfants; il est vraisemblablement sous estimée en l'absence de tests biologiques systématiques. La proportion d'évolutions sévères n'est pas négligeable.

Dawood FS et coll. : Burden of seasonal influenza hospitalization in children, United States, 2003 to 2008. J Pediatr 2010;157: 808-14.

Cabinet de Pédiatrie du Docteur Werner

4 rue de la Laune ,
30400 Villeneuve Les Avignon, France

Contacts

  • Fixe : 04 90 25 36 86
  • Fax : 04 90 25 61 64
  • Fixe : 04 90 25 36 86
  • Fax : 04 90 25 61 64
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Qui dort… ne grossit pas

     Les auteurs concluent à la nécessité d’une meilleure information sur les heures de sommeil nécessaires aux différents âges de la vie. Ils ajoutent toutefois qu’il reste à prouver qu’une modification des habitudes de sommeil parvienne à infléchir la tendance à l’obésité.

    Lire la suite
  • Leucémies de l'enfant - Centrales nucléaires

     « Cela n’a pas de sens de recommander aux parents de déménager. Tant qu’il n’y a pas de causes identifiées, il n’y a aucun moyen de savoir si le risque est lié à des caractéristiques de la dernière résidence occupée et si habiter en d’autres lieux permettrait de les éviter »

    Lire la suite
  • Livres 13 novembre 2015

     Livres à lire avec vous enfants pour aborder le sujet des actes terroristes de Paris

    Lire la suite
  • Bébé nageurs

     Risque de bronchiolite ou d'asthme par la pratique des bébé nageurs?  

    Lire la suite
  • Bébés nageurs

     Bébés nageurs : la SFP recommande la prudence

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale