Le site du Docteur Andreas WERNER

Pédiatrie
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée

Alzheimer - niveau éducatif

 Protection vraisemblable par un niveau d'études élevé

Travailler à l’école, c’est bon pour le cerveau… plus tard

 

 

Publié le 12/01/2012


Face aux conséquences du « processus Alzheimer », nous ne sommes pas tous égaux.

 

Le concept de réserve cognitive  suggère que les sujets ayant développé de nombreuses connexions cérébrales ou avec un volume cérébral plus important (réserve cérébrale) vont manifester plus tardivement des troubles cognitifs. Cette réserve pourrait être altérée par des processus non spécifiques ou entretenue par des activités sociales ou physiques.

 

Quarante à 50 % de la variance du niveau d’intelligence à 80 ans est ainsi expliquée par  le niveau intellectuel dans l’enfance. Ce modèle théorique a émergé  à la suite d’études épidémiologiques mais n’a pas été validé par l’imagerie.

 

Une étude récemment publiée dans Brain confirme que l’effet bénéfique de  la réserve cognitive n’est pas lié à la préservation du volume hippocampique. Ses auteurs ont effectué une étude du volume hippocampique, du volume cérébral et  de l’atteinte de la substance blanche  en IRM 1,5T chez 249 sujets nés en 1936 et ayant bénéficié d’une évaluation précise de leur réserve cognitive. En effet, ils avaient été soumis en 1947 au Moray House Test n°12, échelle corrélée avec le test de Stanford-Binet et entre 2003 et 2005 à une batterie composite de tests.

 

L’atteinte cérébrovasculaire a été mesurée en IRM avec l’échelle de Scheltens. A l’aide d’un modèle original et d’une analyse statistique complexe pour évaluer l’effet de l’éducation et de l’activité professionnelle et des différents paramètres IRM. Ils ont ainsi montré qu e le niveau d’instruction avait une influence sur les capacités cognitives des sujets âgés de 68 ans indemne de pathologie cognitive.

 

L’effet protecteur de l’éducation s’est avéré plus important que l’effet délétère du processus Alzheimer et de la pathologie cérébrovasculaire. Ces résultats confirment les données de l’étude française des 3 Cités montrant un effet  positif de l’éducation sur la réserve cérébrale. L’ Epidemiological Clinicopathological Studies in Europe (EClipSE) avait aussi fait apparaître  que les sujets avec un niveau éducatif plus élevé avait un cerveau plus lourd et moins de démence.

 

Ces auteurs avaient aussi signalé  que le niveau d’études n’avait pas d’influence sur les anomalies neuropathologiques. L’étape suivante aura pour objectif de caractériser l’effet des mécanismes de compensation mis en œuvre pour effectuer les taches cognitives et devrait utiliser des techniques d’imagerie non pas anatomiques mais fonctionnelles.

Dr Christian Geny

Murray AD et coll. : The balance between cognitive reserve and brain imaging biomarkers of cerebrovascular and Alzheimer's diseases. Brain 2011; 134, 3684-3693. doi: 10.1093/brain/awr259.




 

Cabinet de Pédiatrie du Docteur Werner

4 rue de la Laune ,
30400 Villeneuve Les Avignon, France

Contacts

  • Fixe : 04 90 25 36 86
  • Fax : 04 90 25 61 64
  • Fixe : 04 90 25 36 86
  • Fax : 04 90 25 61 64
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale