Le site du Docteur Andre Madrid

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Je vais rapidement aux urgences en cas d'exposition accidentelle au VIH - Le site du Docteur Andre Madrid - Docvadis

Je vais rapidement aux urgences en cas d'exposition accidentelle au VIH

La lutte contre le VIH (virus de l’immunodéficience humaine ) passe avant tout par la prévention. Si, malgré votre vigilance, vous exposez accidentellement une personne au virus, réagissez sans tarder.

Je viens d'exposer une personne, que puis-je faire ?

Qu'il s'agisse d'un contact avec du sang ou d'un autre fluide biologique impliqués dans les transmissions virales (VIH/VHB/VHC) comme lors d'une relation sexuelle (relation non protégée ou rupture de préservatif), il faut agir idéalement dans les 4 heures et au plus dans les 48 heures. Au-delà de 48 heures, le délai est incertain.

Accompagnez immédiatement la personne dans le service des urgences d'un hôpital, de jour comme de nuit.

Signalez à l'accueil que vous venez pour un accident d'exposition au VIH.

Si vous pensez avoir eu une relation sexuelle à risque, vous et la personne concernée devez vous rendre le plus rapidement possible à l'hôpital.Si vous pensez avoir eu une relation sexuelle à risque, vous et la personne concernée devez vous rendre le plus rapidement possible à l'hôpital.

A quoi sert cette consultation ?

A évaluer le risque d'exposition et de contamination par le VIH encouru par la personne exposée accidentellement.

A mettre en place rapidement un traitement post-exposition.

Que vais-je devoir faire?

Vous devrez répondre à un questionnaire portant sur vous et les conditions de l'incident. Cet ensemble de renseignements permettra au médecin d'évaluer le risque et de décider de la pertinence d'un traitement.

Restez aux côtés de la personne pour la soutenir.

De quel traitement s'agit-il ?

C'est un traitement préventif antirétroviral (trithérapie) contre le VIH.

S'il est administré assez tôt, le traitement empêche l'éventuelle diffusion du virus dans tout l'organisme et le bloque avant la pénétration dans les cellules cibles (CD4).

Il doit être pris pendant quatre semaines sans interruption en respectant les doses et les horaires des prises.

Certains effets secondaires, comme des diarrhées ou des nausées, peuvent être ressentis pendant quelques jours.

Accompagnez, si vous le pouvez, la personne pendant la durée de son traitement.

Que se passe-t-il ensuite ?

On ne peut pas savoir immédiatement si le traitement a été efficace.

La dernière réglementation prévoit un suivi de 4 mois.

Ne perdez pas de temps.

Au-delà de 48 heures, il est trop tard pour envisager un traitement d'urgence.

N'ayez crainte, vous ne serez ni mal reçu ni jugé par le personnel des urgences.

Centre médical de l'Estaque plage

38 Plage de l'Estaque , 13016 Marseille, France

Contacts

Téléphone : 04 91 46 09 09

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Hopital de la Conception


Service des maladies infectieuses, 138 Bd Baille , 13005 Marseille, France

Contacts

Téléphone : 04 91 38 35 31

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Questions d'adolescents sur les Infections Sexuellement Transmissibles

    Cette vidéo donne la parole à des élèves d'une classe de seconde. Le Pr P.M. Girard, Infectiologue, répond à leurs questions telles qu'ils se les posent. Une IST, c'est quoi ? La prévention, comment ? La pilule du lendemain, quels risques ? A, B, C, pourquoi y a-t-il plusieurs hépatites ? Etc. Cette vidéo est pour les jeunes qui ont à peu près l'âge de ces élèves, et peut être aussi pour leur parents ...Ce jeu de questions-réponses peut tous vous intéresser.

    Lire la suite
  • Je sais pourquoi me rendre dans un Cegidd

    Les Centres Gratuits d’Information, de Dépistage et de Diagnostic sont des centres à la disposition de toute personne qui souhaite savoir si elle a été infectée par le virus du sida ou d’une hépatite B ou C. Ces centres existent dans tous les départements de France et proposent aussi une information sur les infections sexuellement transmissibles (IST), la vaccination contre les hépatites A et B et le papillomavirus, la prescription de moyens contraceptifs, une aide en cas de violence liée à l’orientation sexuelle ou au genre, ainsi qu’une réponse aux troubles et dysfonctions sexuels.

    Lire la suite
  • Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles

    Ces maladies sont toujours d’actualité avec une nette recrudescence chez les personnes infectées par le VIH en raison des comportements à risque. L’immunodépression des patients les rend plus vulnérables, les IST (infections sexuellement transmissibles) sont plus sévères. Le meilleur moyen de s’en protéger passe par la prévention.

    Lire la suite
  • Etant à risque, je comprends le dépistage et la surveillance de lésions liées au virus HPV

    Les infections virales à papillomavirus humain, peuvent être à l’origine de lésions précancéreuses au niveau du canal anal chez les patients porteurs du VIH. Le risque est ensuite relativement élevé de déclencher un cancer. Le dépistage de ces lésions joue un rôle capital pour prévenir l’apparition d’une tumeur dans cette zone. Un suivi médical proctologique régulier est donc indispensable.

    Lire la suite
  • VIH, sida : je connais les vaccins utiles, recommandés et contre indiqués

    Le risque d’être infecté par certains agents infectieux est augmenté en cas d’infection par le VIH (virus de l’immunodéficience humaine), et certaines infections seront plus sévères. Il y a un intérêt à recommander la protection par des vaccins. En fait, ce n’est pas si simple car, en raison du déficit immunitaire provoqué par le VIH, certains vaccins peuvent provoquer des infections et sont interdits.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale