Le site du Docteur André BENIZRI

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Bien réagir quand mon bébé a de la fièvre - Le site du Docteur André BENIZRI - Docvadis

Bien réagir quand mon bébé a de la fièvre

La fièvre chez le nourrisson est une situation courante qui inquiète toujours les parents. Comment bien réagir sans vous alarmer ?

Pourquoi mon bébé a-t-il de la fièvre ?

Votre nourrisson a de la fièvre si sa température est supérieure à 38,5°dans une atmosphère normalement chauffée.
La fièvre est une réaction normale à une agression extérieure. C’est le signe que l’organisme de votre bébé se défend contre une bactérie ou un virus.
Une poussée dentaire, un vaccin peuvent également provoquer de la fièvre.
La température de bébé peut aussi s’élever simplement parce qu’il fait très chaud ou qu’il est trop couvert.

 

Quand dois-je prendre sa température ?

  • Lorsque vous trouvez que votre bébé "n'est pas comme d'habitude".

Par exemple, il est grognon, il geint ou pleure souvent, a moins d'appétit ou ses selles sont plus fréquentes. Sa respiration, la couleur de sa peau ou sa tonicité lorsque vous le tenez dans vos bras sont aussi des signes à surveiller.

  • Après une vaccination. L'administration d'un vaccin peut s'accompagner d'une élévation de température.

Si votre bébé a de la fièvre, vous devez surveiller son évolution afin de vous assurer que les médicaments prescrits pour la faire baisser sont efficaces. Pensez à prendre la température avant l'administration d'un médicament et environ une heure après.

Comment dois-je réagir ?

La fièvre est un symptôme qui doit inciter à consulter :

  • Si votre bébé a moins de 6 mois, car la fièvre n’est jamais anodine.

  • Si la fièvre se prolonge au-delà d’une journée malgré vos soins.

  • Si votre bébé est pâle.

  • Si la fièvre s’accompagne de diarrhées, de vomissements, d’une éruption sur la peau ou d’une toux.

  • Si la fièvre entraîne des convulsions, la plupart du temps sans gravité. Ces contractions musculaires, qui secouent le corps de l’enfant durant quelques instants, doivent néanmoins, impérativement, vous conduire à consulter.

Comment prendre la température de monbébé ?

Poser la main sur le front de votre bébé n'est pas suffisamment fiable. Votre bébé peut paraître chaud alors que sa température est normale. Inversement, sa température peut vous sembler normale au toucher alors qu'il a une forte fièvre.

La méthode de référence pour mesurer la température corporelle est le thermomètre électronique par voie rectale. Appliquez un peu de vaseline sur le thermomètre, tenez les jambes de bébé d'une main et introduisez doucement le thermomètre dans le rectum.

Vous pouvez aussi utiliser d'autres méthodes moins précises mais plus pratiques : thermomètre électronique sous le bras, bandeaux à cristaux liquides sur le front, thermomètre à infrarouge, etc. L'utilisation de celui-ci dans l'oreille n'est néanmoins pas recommandée pour les bébés et les très jeunes enfants.

En cas de fièvre persistante, inutile de prendre la température trop fréquemment : trois fois par jour suffisent. Notez à chaque fois le résultat afin d'en informer votre médecin. Cette information lui sera indispensable pour poser son diagnostic.

Comment faire baisser la fièvre de mon bébé ?

Ne pratiquez pas l’automédication.
Donnez-lui à boire fréquemment par petites quantités.
Ne le couvrez pas trop.
Ne surchauffez pas sa chambre : 18° suffisent.
Si sa température se maintient au-delà de 38,5°, il est nécessaire de faire baisser la fièvre  pour son bien-être.

Longtemps un bain ou l'application d'un linge frais ont été recommandés. Ce n'est plus le cas. L'effet est faible et provisoire, et ces mesures peuvent augmenter l'inconfort de votre bébé.

Par des mesures simples, la fièvre de bébé peut baisser. Cependant, donner un bain frais à bébé n'est pas indispensable.

N’hésitez pas à prendre un avis médical : il est préférable de consulter si vous avez un doute.

Si la température de votre enfant est inférieure à 37 °, ce n'est pas grave. Un tout petit régule mal sa température et peut se trouver en hypothermie si son habillement n'est pas adapté.

Cabinet médical

77 Bd de Cluis , 36000 Châteauroux, France

Contacts

Téléphone : 02 54 27 83 01

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Comment coucher bébé

      Les recommandations sur le couchage du bébé sont extrêmement précises. On doit coucher bébé, entre zéro et six mois, dans son berceau, sur le dos, sans couverture, sans oreiller, pour qu'il ne risque pas de s'étouffer. Avant on les couchait sur le ventre en pensant que c'était la petite régurgitation qui pouvait les étouffer. On a démontré le contraire et on a beaucoup moins de mort subite quand on couche bébé sur le dos. Seulement une petite grenouillère lui permettra de ne pas avoir froid. Pas de drap, ni de couverture. Inutile de surchauffer la chambre. La température idéale est de 19°C. En prenant ces précautions simples, bébé aura un sommeil sans nuage et ses parents dormiront sur leurs deux oreilles.

    Lire la suite
  • L'ablation des amygdales

    Des accès fréquents d'amygdalite peuvent nécessiter une amygdalectomie ou ablation chirurgicale des amygdales.

    Lire la suite
  • Mise en place de yoyos

     Pour éviter les récidives à l'enfant qui souffre d’otites à répétition, il faut poser un système qui permet de mieux aérer l'oreille. Appelé aérateur trans-tympanique, il est mieux connu sous le nom de yo-yo. Selon les cas, le chirurgien utilise un modèle diabolo, qui finit par tomber au bout de quelque temps, ou un T tube, qui reste dans l'oreille et ne tombe pas tout seul. On retire ce dernier seulement lorsque l'on considère qu'il n y a plus de risque d'otite, généralement au bout d'un an.

    Lire la suite
  • La rhinopharyngite

     C'est la maladie la plus fréquente des enfants mais sans aucune gravité.

    Lire la suite
  • Faut-t-il décalotter bébé

     Si décalotter était très recommandé par les puéricultrices et les pédiatres, il y a encore quelques années, cette pratique est aujourd’hui au contraire déconseillée. En effet, les études menées sur le sujet ont permis de montrer que décalotter son bébé ne sert qu’à provoquer des traumatismes physiques et peut-être psychologiques bien inutiles. Jusqu’à l’âge de trois ou quatre ans, il est normal, physiologique, que le gland ne se découvre pas. Décalotter peut même parfois provoquer un paraphimosis : le prépuce, "en col roulé", se resserre autour du gland qui gonfle et devient violet. Il s’agit d’une urgence médicale. Le conseil est donc, aujourd’hui, de laisser faire la nature. Il faut veiller à bien mettre de côté certains messages transmis par des amies, des belles-mères ou les médecins d’un autre âge. Ce qui compte, c’est que le bébé prenne des bains réguliers avec de bons savons. Pour le reste, il saura très bien tirer tout seul sur son zizi. S’il y a un problème, c’est à la puberté que cela se pose. Et il s’agit bien souvent d’une adhérence (le prépuce se désolidarise difficilement du gland), ou d’un phimosis provoqué, justement par des décalottages répétés et trop violents lors de la petite enfance. Aux États-Unis, une mode hygiéniste, recommande la circoncision. Cette circoncision est effectuée chez les juifs et les musulmans, pour des raisons religieuses. Lorsque la circoncision est nécessaire, pour des raisons médicales, en cas de phimosis, on l’appelle une posthectomie. On n’y a d’ailleurs recours que dans le cas où les traitements médicamenteux ont échoué. En effet, ces phimosis peuvent être soignés avec des crèmes qui détendent la peau du prépuce.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale