Le site du Docteur André LINKA

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Porteur d'un stent, je m'informe sur les conséquences - Le site du Docteur André LINKA - Docvadis

Porteur d'un stent, je m'informe sur les conséquences

Après la pose d’un stent dans une artère, un traitement antiagrégant qui empêche la formation de caillots est indispensable. Cependant, ce traitement expose au risque de saignements. Le suivi médical permet de vérifier que vos artères ne se bouchent pas à nouveau et assure la prévention de complications cardiaques.

A quoi sert un stent ?

Le stent est un petit dispositif métallique et cylindrique, ressemblant à un ressort, placé dans la partie rétrécie d’une ou plusieurs artères, pour maintenir une ouverture normale de celle(s)-ci et donc une bonne circulation du sang. La pose d’un stent est un geste de cardiologie interventionnelle courant appelé angioplastie. C’est par exemple l’un des traitements de la maladie des artères coronaires irriguant le cœur.

Existe-t-il différents types de stents et est-ce important à connaître ?

Oui, on distingue les stents actifs et les stents nus. Il faut savoir de quel type de stent il s’agit, car la durée du traitement antiagrégant peut varier selon le type de stent utilisé.

Les stents actifs, contrairement aux stents nus, sont recouverts d’une substance qui est libérée en permanence pendant plusieurs mois et qui a pour but de diminuer l’inflammation locale liée au « corps étranger » qu’est le stent.

Le traitement par deux médicaments fluidifiants sanguins (bithérapie), appelés antiagrégants plaquettaires est le plus souvent prolongé pendant plusieurs mois. Après un certain temps, le cardiologue peut décider d’arrêter l’un des deux traitements pour n’en garder qu’un (monothérapie) à vie. En cas de stent actif, la bithérapie est plus longue, en général d’un an, qu’avec un stent nu.

C’est votre cardiologue qui décide, en fonction des artères à traiter, de votre état de santé et en concertation avec le cardiologue qui fait l’angioplastie, quel type de stent mettre en place et quelle durée recommander pour la bithérapie.

Ai-je un risque de reboucher mon artère après la pose d’un stent ?

Dans la majorité des cas, le stent posé permet une ouverture permanente de l’artère et il ne se rebouche plus.

Rarement, le stent peut se boucher soit de façon brutale, on parle alors de thrombose de stent, soit progressivement et on parle alors de resténose.

La thrombose de stent se manifeste, dans la très grande majorité des cas, par une douleur brutale dans la poitrine qui rappelle celle d’un infarctus, ou une douleur d’angine de poitrine mais qui ne passe pas, même après plusieurs minutes. Quel que soit le stent posé, nu ou actif, le risque de thrombose est surtout élevé pendant les 6 semaines qui suivent la pose du stent.

La resténose est un rétrécissement plus progressif du diamètre du stent et peut se manifester par la récidive de douleurs d’angine de poitrine, notamment à l’effort. Elle survient le plus souvent en cas de stent nu. L'intérêt du stent actif est d'éviter la resténose, mais impose le maintien d'une bithérapie sur une plus longue période, raison pour laquelle il n'est pas toujours possible de les utiliser.

Afin d’éviter au maximum que le stent ne se rebouche, il est indispensable de prendre à vie au moins un des deux traitements fluidifiants sanguins prescrits (l’aspirine et un autre traitement), sans oubli (s’aider pour cela d’un pilulier hebdomadaire). De plus, tous les facteurs de risque doivent être parfaitement contrôlés : arrêt du tabagisme, contrôle du diabète, de l’hypertension, du cholestérol, et reprise d’une activité physique d’endurance douce régulière.

Existe-t-il un inconvénient au traitement antiagrégant ?

Ce traitement, qui fluidifie le sang et évite que le stent ne se bouche, favorise les saignements le plus souvent mineurs (plus d’hématomes, saignements des gencives ou du nez) et expose au risque d’hémorragie en cas d’opération chirurgicale ou d’extractions dentaires.

La bithérapie antiagrégrante (2 médicaments fluidifiants sanguins) augmente le risque de saignement. Elle est nécessaire pendant un minimum de 6 semaines jusqu’à un an (voire plus selon la décision de votre cardiologue), durée variable selon le type de stentet votre pathologie cardiaque. C’est l’une des raisons qui conduit à retarder toute opération d’au moins 6 semaines après la pose d’un stent.

Combien de temps dois-je arrêter mon traitement antiagrégant avant une opération ?

Le temps nécessaire est variable, en fonction du type de stent (nu ou actif) et de votre état cardiaque ; seul votre cardiologue qui vous connaît peut prendre une telle décision.

Quand puis-je reprendre mon traitement antiagrégant après une opération ?

La reprise du traitement doit être aussi précoce que possible, au mieux le jour même, en fonction du risque de saignement postopératoire, qui est systématiquement évalué par l’équipe médicale.

Le patient qui prend un traitement antiagrégant suite à la pose d’un stent doit porter sur lui en permanence une carte d’identification du type de stent et du traitement. Ce document permet d’éviter un accident en cas de prise en charge médicale urgente. Informez systématiquement médecins, anesthésistes et dentistes de votre traitement. Il est formellement déconseillé d'arrêter son traitement sans consulter son médecin.

Cabinet Médical

30 Boulevard Frédéric MISTRAL , 13800 ISTRES, France

Contacts

Téléphone : 04 42 56 32 13

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je vais passer une échographie cardiaque

    L’échographie cardiaque permet d’explorer les différentes parties du cœur (dimensions, mouvements) grâce aux ultrasons.

    Lire la suite
  • Je vais passer un test d'effort

    Le test d’effort analyse les réactions du cœur au cours d'un exercice progressif (vélo d’appartement ou tapis de course).

    Lire la suite
  • Diabète et artères

    Le diabète, s’il est mal équilibré, peut entraîner des complications. L'excès de sucre dans le sang peut abîmer les vaisseaux sanguins. Ces lésions, une fois installées, sont irréversibles : c’est pourquoi il est essentiel de bien contrôler votre diabète pour les prévenir. Vous surveillerez avant tout vos pieds et l'apparition de douleurs au niveau des jambes.

    Lire la suite
  • J’équilibre mon diabète au quotidien : un schéma pour comprendre

    Ce schéma permet de visualiser les bonnes pratiques à mettre en place dans votre vie pour contrôler votre diabète. Pour cela il faut pratiquer une activité physique, avoir un suivi diététique, surveiller votre poids et vous faire aider pour arrêter de fumer si nécessaire. Puis, selon les cas, la prise quotidienne de médicaments, l'auto surveillance glycémique et la surveillance de vos pieds seront nécessaires. Votre médecin pourra le commenter avec vous.

    Lire la suite
  • Je comprends la prise en charge de mon insuffisance cardiaque

    Vous souffrez d’insuffisance cardiaque. La capacité de votre cœur à propulser le sang dans vos artères est altérée. Il s’agit d’une maladie chronique qui nécessite, outre une surveillance régulière, de bien suivre les conseils de votre médecin et de bien prendre vos traitements.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale