Centre AMP - CHRU Lille - Hôpital Jeanne de Flandre

Les principes de la fécondation in vitro

Les principes de la fécondation in vitro

La FIV est proposée dans les situations où le processus naturel de fécondation n’arrive pas à se produire.
L’ovocyte est prélevé au niveau de l’ovaire par ponction puis est mis en contact avec les spermatozoïdes, au laboratoire de biologie.
L’embryon obtenu sera ensuite déposé à l’intérieur de l’utérus où il devra s’implanter.
Pour augmenter les chances de succès de la FIV, une stimulation ovarienne est réalisée afin de recueillir plusieurs ovocytes.
La FIV comporte donc plusieurs étapes successives :
- La stimulation ovarienne ;
- le prélèvement des ovocytes par ponction ;
- l’étape biologique de Fécondation In Vitro ;
- le transfert des embryons dans l’utérus.

La stimulation a pour but de provoquer la croissance et la maturation de plusieurs follicules au sein de chaque ovaire. Mais l’ovulation ne doit pas se produire avant que les follicules ne soient ponctionnés. Parallèlement à la stimulation ovarienne, on provoque donc un blocage de la production des hormones hypophysaires afin d’éviter une ovulation spontanée et de mieux contrôler les effets du traitement stimulant. Le blocage de l’ovulation fait appel à des hormones agissant directement sur l’hypophyse.

Il existe deux protocoles différents :
- blocage par « agoniste de la Gn-RH » : le blocage de l’ovulation est effectué avant le démarrage de la stimulation et se poursuit tout au long de la stimulation.
- blocage par « antagoniste de la Gn-RH » : le blocage de l’ovulation est réalisé en cours de stimulation.

La stimulation des ovaires se fait par injection de FSH (avec ou sans LH). Il existe de nombreux produits contenant l’une de ces deux hormones, ou les deux. Les injections se font par voie sous-cutanée ou intra-musculaire. Elles doivent être réalisées dans la soirée, à heure fixe, et après autorisation de votre médecin référent. Si vous le désirez, il est possible dans la majorité des cas d’effectuer vous-mêmes les injections de façon très simple, mais vous pouvez aussi faire appel à une infirmière à domicile. La stimulation dure en moyenne de 10 à 14 jours.

Les différents protocoles de stimulation et de blocage sont établis par votre médecin référent en fonction des données de votre dossier. Le grand nombre de produits disponibles permet réellement de personnaliser les protocoles.
Dans tous les cas, il faut vous assurer que vous avez bien compris le traitement prescrit par votre médecin lorsqu’il vous remet les ordonnances et surtout ne pas hésiter à lui demander des explications complémentaires.

La surveillance de la stimulation débute en général après 6 jours de stimulation. Les contrôles sont ensuite plus fréquents et réguliers (tous les 2 à 3 jours). Elle est assurée par des dosages hormonaux dans le sang : taux d’oestradiol produit par les follicules (il n’est pas nécessaire d’être à jeûn pour cette prise de sang) et par échographie des ovaires par voie endovaginale (mesure des follicules et de l’épaisseur de la muqueuse de l’utérus) : c’est le monitorage.

Celui-ci permet de vérifier l’efficacité du traitement, d’adapter les doses d’hormones à vos besoins et d’apprécier le degré de maturation folliculaire.
Lorsqu’il existe un nombre suffisant de follicules de bonne taille (16 à 20 mm) et que le taux hormonal est satisfaisant, on déclenche la maturation finale de l’ovule, grâce à une hormone ayant les effets de LH hypophysaire (HCG).

Après le déclenchement, vous ne subissez ensuite ni traitement, ni examen, jusqu’à la
ponction qui survient le surlendemain.


La ponction sera réalisée 34 à 36 heures après cette injection, juste avant que l’ovulation ne se produise.
Donc, il est capital de respecter l’horaire tardif de cette injection, car il détermine l’heure de la ponction des follicules. En règle générale, le déclenchement de l’ovulation est effectué à partir de 20 heures.

Au laboratoire de biologie de la reproduction, deux techniques de FIV sont utilisées :

La FIV conventionnelle :

Elle s’adresse principalement aux infertilités féminines, aux infertilités masculines peu sévères et aux infertilités inexpliquées : chaque ovocyte est mis en présence de plusieurs milliers de spermatozoïdes mobiles.

L’injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI ou plus rarement IMSI)
Elle est proposée principalement en cas d’infertilité masculine sévère. Dans ce cas, un seul spermatozoïde est injecté dans chaque ovocyte au moyen d’une micro-pipette.

Laboratoire de Spermiologie et Cecos

59000 Lille,
59000 Lille, France

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Service d'Assistance Médicale à la Procréation et préservation de la fertilité

Avenue Eugène Avinée,
59000 Lille, France

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale