Le site médical de Docteur Alexandre STEFANI

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Je prends un AVK, antivitamines K : pourquoi surveiller l'INR? - Le site médical de Docteur Alexandre STEFANI - Docvadis

Je prends un AVK, antivitamines K : pourquoi surveiller l'INR?

Un traitement par AVK vous expose à deux types de risque : hémorragie ou thrombose. Il est indispensable d’observer la prescription de votre médecin et de contrôler régulièrement votre INR. L'INR mesure la fluidité de votre sang. Vous devez par ailleurs connaître les signes évoquant une possible hémorragie.

Qu’est-ce qu’un AVK ?

 Les antivitamines K (AVK) sont des traitements anticoagulants qui ont pour objectif de « fluidifier » votre sang. Ils sont prescrits dans les cas suivants :

  • risque de thrombose : pour empêcher la formation d’un caillot de sang dans un vaisseau sanguin ;

  • phlébite (caillot dans une veine) ou risque de phlébite ;

  • embolie pulmonaire ou risque d’embolie pulmonaire ;

  • certains troubles du rythme cardiaque ;

  • anomalies des valves cardiaques ;

  • port de valves cardiaques ;

  • certains infarctus du myocarde.

Quels sont les risques d’un traitement anticoagulant ?

Un traitement anticoagulant vous expose à deux types de risque : le principal risque est le risque d’hémorragie, liée à un surdosage du médicament. A l’inverse, un sous-dosage vous expose à un risque de thrombose. Il est donc essentiel de bien définir la dose d’anticoagulant dont vous avez besoin et de surveiller régulièrement votre taux d’anticoagulant.

Qu’est-ce que l’INR ?

Le traitement par AVK a pour principal objectif de rendre votre sang plus fluide, et éviter ainsi la formation de caillots. Cette fluidité sanguine est mesurée par un examen appelé INR (International Normalized Ratio), qui permet de s'assurer que la dose d'anticoagulants prescrite est efficace. C’est votre médecin qui définit la dose d’anticoagulant optimale selon votre situation particulière, pour obtenir une fluidité sanguine cible. Celle-ci est variable d’une pathologie à une autre et engénéral située entre 2 et 3.

Une fois la cible déterminée, l'examen INR permet de s'assurer que la dose prescrite est efficace.
Le contrôle de l’INR est indispensable. En effet, il n’y a pas de symptôme particulier au surdosage ni au sous-dosage de votre traitement anticoagulant. Par ailleurs, l’efficacité des traitements anticoagulants évolue d’une personne à une autre, et dans le temps pour une même personne. Seule la mesure de l’INR permet de contrôler l’efficacité de votre traitement et d’éviter les risques qui y sont associés.

Comment mesure-t-on l’INR ?

La mesure de l’INR est réalisée à l’hôpital ou dans un laboratoire d’analyse médicale.
Lors de la phase d’initiation du traitement, les contrôles doivent être très fréquents pour ajuster la dose d'AVK (tous les 3 jours). Une fois l’équilibre atteint, un dosage est réalisé au moins une fois par mois.
Vous devez noter le résultat dans votre carnet de suivi et le transmettre à votre médecin. Il est indispensable de prévenir immédiatement celui-ci lorsque votre INR se situe en-dehors de la zone thérapeutique définie ou en cas de saignement même minime.

Quels sont les signes qui doivent m’alerter d’une éventuelle hémorragie ?

Le principal risque associé aux traitements anticoagulants résulte de son action : ce sont les saignements. Vous devez donc être vigilant et connaître les signes qui doivent vous alerter et vous amener à consulter immédiatement votre médecin :

  • saignement des gencives ou du nez ;

  • œil rouge ;

  • sang dans les urines ou dans les selles ;

  • règles très abondantes ;

  • bleus (hématomes) ;

  • vomissements ou toux contenant du sang ;

  • saignement qui ne s’arrête pas.

Comment gérer mon traitement au quotidien ?

De manière à assurer l’efficacité de votre traitement et en limiter les risques, veillez à :

  • respecter la dose et les moments de prise ;

  • signaler la prise d’anticoagulant à tout professionnel de santé ;

  • consulter en urgence en cas d’hémorragie ;

  • ne pas interrompre le traitement sans l’avis de votre médecin ;

  • faire régulièrement vos mesures d’INR ;

  • remplir le carnet de suivi ;

  • avoir une alimentation équilibrée ;

  • limiter votre consommation d’alcool ;

  • consulter votre médecin avant toute prise de nouveau médicament, voyage, intervention chirurgicale etc… ;

  • ne pas prendre de médicament sans avis médical ; attention notamment aux anti-inflammatoires disponibles sans ordonnance ;

  • ne pas pratiquer de sport violent ni d’activité pouvant entraîner une chute ou une coupure.

Je suis sous anticoagulant : puis-je avoir un enfant ?

Certains traitements anticoagulants sont contre-indiqués pendant la grossesse. Parlez avec votre cardiologue de votre désir de grossesse ou si vous découvrez que vous êtes enceinte. Il pourra vous conseiller et adapter votre traitement.

La prise d’un traitement par AVK n’est pas anodine : il vous protège de la formation de caillots mais vous expose également à un risque de saignement. Il est indispensable d’observer la prescription de votre médecin, de contrôler régulièrement votre INR et de respecter les conseils associés à la prise de votre traitement.

Cabinet médical

101 A Avenue du Général de Gaulle , 67201 ECKBOLSHEIM, France

Contacts

Téléphone : 03 88 78 10 38

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Etant à risque, je comprends le dépistage et la surveillance de lésions liées au virus HPV

    Les infections virales à papillomavirus humain, peuvent être à l’origine de lésions précancéreuses au niveau du canal anal chez les patients porteurs du VIH. Le risque est ensuite relativement élevé de déclencher un cancer. Le dépistage de ces lésions joue un rôle capital pour prévenir l’apparition d’une tumeur dans cette zone. Un suivi médical proctologique régulier est donc indispensable.

    Lire la suite
  • J’ai du diabète : comment gérer le jeûne du Ramadan ?

    Le Ramadan est le quatrième des cinq piliers de l’Islam, avec la prière, la profession de foi, l’aumône et le pèlerinage à la Mecque. Au cours de ce mois, il est interdit aux adultes de manger et boire de l'aube au coucher du soleil. Si vous avez du diabète, faire le Ramadan est très souvent possible, mais cela doit être préparé pour éviter les risques liés au jeûne. Il est indispensable d’en discuter avec votre médecin avant le Ramadan.

    Lire la suite
  • Diabète et nerfs

    L'excès de sucre dans le sang, en cas de diabète mal équilibré, peut entraîner des lésions de vos nerfs. Cette complication du diabète, longtemps discrète, impose la vigilance. Vous apprendrez à bien surveiller vos pieds s'ils deviennent insensibles. Une petite plaie peut entraîner une gangrène d'un orteil, et même du pied. Vous devez être examiné au moins une fois par an pour dépister et prévenir ces complications.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale