Le site du Docteur Alexandre BENTORCHA

Psychiatrie
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée
Je consomme de l’ecstasy : que devrais-je savoir ? - Le site du Docteur Alexandre BENTORCHA - Docvadis

Je consomme de l’ecstasy : que devrais-je savoir ?

L’ecstasy appelé parfois E, X, EX, XTC, XO, XL, Adam ou encore drogue de l’amour, se présente le plus souvent en comprimés ornés d’un motif, de couleurs et de formes variées. Plus rarement, il est vendu sous forme de poudre. Les risques liés à sa consommation sont importants et dépendent de la dose, de la composition du produit et de la vulnérabilité du consommateur.

Qu'est-ce que l'ecstasy ?

L'ecstasy désigne un produit qui contient généralement du MDMA, une molécule de synthèse de la famille des amphétamines. Les trafiquants qui fabriquent les comprimés, les gélules ou la poudre dans des laboratoires clandestins y ajoutent souvent d'autres substances plus ou moins dangereuses : sucre, fécule de maïs, savon, caféine, éphédrine, strychnine, kétamine, LSD, etc. Rien ne garantit la composition du produit, ni même la présence de MDMA.

Est-ce qu'une consommation occasionnelle est risquée ?

Toute consommation, même occasionnelle, vous expose à des risques. Elle entraîne généralement une augmentation de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle, ainsi qu'une forte élévation de la température (hyperthermie) qui peut conduire à une déshydratation. Le risque est d'autant plus grand que l'ecstasy se consomme généralement dans des lieux où l'ambiance est surchauffée. Ces effets conjugués peuvent induire, dès la première consommation, des problèmes rénaux ou cardiaques très graves ou des crises convulsives.

Vous serez davantage exposé à des risques si la dose est importante, si vous souffrez de diabète, d'asthme, d'épilepsie, de maladies rénales, cardiaques, hépatiques ou psychologiques, si vous prenez certains médicaments (traitements anti-VIH, antidépresseurs, aspirine) ou si vous mélangez l'ecstasy à d'autres substances ou drogues (alcool, GHB, kétamine).

Est-ce que je peux faire une mauvaise expérience ?

La consommation de MDMA est susceptible de provoquer des nausées, des sueurs, des maux de tête et parfois une perte de connaissance. On observe aussi des troubles de l'érection et de l'orgasme. Vous pourrez éprouver une crise d'angoisse, de paranoïa ou d'anxiété sous l'effet du produit - on parlera alors de « bad trip » -, ou au cours de la « descente », quand cet effet diminue. Vous pourrez vous sentir également déprimé ou anxieux les jours suivant votre consommation.

Puis-je devenir dépendant ?

Une consommation répétée peut conduire à une dépendance psychique et induire un phénomène dit de tolérance ou d'accoutumance qui se traduit par un besoin d'augmenter les doses pour obtenir les mêmes effets.

Quels sont les risques si je consomme régulièrement ?

Une consommation régulière entraîne fréquemment un amaigrissement, un épuisement, des douleurs musculaires et parfois des troubles de l'humeur (irritabilité, comportements agressifs), une anxiété ou une dépression. Elle perturbe vos capacités d'apprentissage et de mémoire. Vous pouvez également ressentir des phénomènes de « flash back » qui vous replacent de manière récurrente et sans avoir consommé dans un état proche de celui sous ecstasy, ou des troubles psychiques durables.

Comment puis-je réduire mes risques ?

Il est préférable de vous abstenir car toute consommation vous expose à des risques. Si vous consommez, tentez néanmoins de réduire ces risques.

  • Ne consommez jamais seul.

  • Ne consommez pas si vous êtes fatigué, angoissé, anxieux ou dépressif.

  • Fractionnez les comprimés (surtout les premières fois) et espacez vos prises pour éviter les surdoses.

  • Evitez les mélanges, notamment avec de l'alcool, des médicaments ou d'autres drogues illicites.

  • Buvez régulièrement de l'eau, mais en quantité raisonnable. Portez des vêtements amples. Reposez-vous et aérez-vous régulièrement.

  • Si vous sniffez votre produit, ne partagez pas votre paille et rincez-vous les fosses nasales après le sniff avec du sérum physiologique, vendu en pharmacie, ou de l'eau tiède. Si vous l'injectez, ne partagez jamais votre matériel d'injection. Préférez la voie orale (le « gobage »).

Cliquez ici pour connaître les dispositifs de réduction des risques mis à votre disposition.

  • Protégez-vous des maladies sexuellement transmissibles.

  • Après avoir consommé, ne pratiquez pas d'activité à responsabilité ou à risque, notamment ne conduisez pas.

  • Prévoyez de vous reposer les jours suivant votre consommation.

  • Ne répétez pas l'expérience avant plusieurs semaines.

  • Ne consommez pas si vous êtes enceinte.

  • Si vous souffrez d'une maladie chronique, physique ou psychique, si vous suivez un traitement, si vous êtes ou prévoyez d'être enceinte, parlez de votre consommation à votre médecin.

J'ai envie de me faire aider

De nombreuses aides sont à votre disposition :

  • Des sites internet qui vous informent et répertorient les structures d'accueil par départements.

  • Des structures d'accueil où vous pourrez rencontrer des professionnels spécialisés dans la réduction des risques et la prise en charge des dépendances.

  • Des numéros de téléphone gratuits qui vous offrent une écoute 7 jours sur 7.

Cliquez ici pour connaître les aides mises à votre disposition.

Vous pouvez aussi en parler à votre médecin généraliste qui saura vous orienter vers une structure adaptée.

La mauvaise qualité des produits et le mélange possible avec d'autres drogues sont un des problèmes majeurs de la consommation d'ecstasy. Sur les lieux de fête comme les soirées techno, les « rave parties », des associations mettent parfois en place des dispositifs de surveillance des produits, d'information et de prévention des risques.

Cabinet psychiatre psychothérapeute

36 Rue d'Antibes,
06400 Cannes, France

Contacts

  • Fixe : 0493386393
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Comment diminuer ou arrêter ma consommation excessive d’alcool ?

    L’alcool consommé en excès met votre vie en danger. Il peut être responsable de pathologies hépatiques, cardiovasculaires, neurologiques et cancéreuses, de dommages sociaux et d’accidents de la route. De nombreuses solutions existent pour vous accompagner et vous aider à réduire ou arrêter votre consommation d'alcool.

    Lire la suite
  • Je consomme du GHB : que devrais-je savoir ?

    Le GHB, pour gamma-hydroxybutyrate ou Gamma OH, est aussi appelé fantasy, G, ou encore ecstasy liquide, bien qu’il n’ait aucun lien avec cette drogue. Présente naturellement dans l’organisme, cette substance, vendue sous forme de poudre ou de liquide, n’en reste pas moins très dangereuse par ses effets souvent imprévisibles en cas d'utilisation détournée.

    Lire la suite
  • Arrêt du tabac : comment éviter l'éventuelle prise de poids ?

    Vous souhaitez arrêter de fumer, mais vous avez peur de prendre du poids. Sachez que la prise de poids n’est pas systématique à l’arrêt du tabac. Une alimentation équilibrée et la pratique d’une activité sportive vous permettront d’atteindre vos objectifs de manière confortable et durable sur le long-terme.

    Lire la suite
  • Je consomme de la cocaïne : que devrais-je savoir ?

    La cocaïne est un excitant puissant dont la prise peut entraîner une dépendance psychique. Il est difficile d’arrêter une consommation intense de cocaïne tant le besoin d’en reprendre est important. Son usage risque pourtant d’avoir des répercussions très graves sur votre vie quotidienne comme sur votre santé.

    Lire la suite
  • Je connais les risques associés à la méphédrone

    La méphédrone, appelée également meph, miaou miaou, meow meow, subcoca, M-Cat, etc., est une substance de synthèse mimant les effets de la cocaïne, de l’ecstasy ou des amphétamines. La dépendance à la méphédrone pourrait être très rapide et sa toxicité parfois fatale.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale