Le site du Docteur Alain RANGHEARD

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Alimentation de mon bébé non adaptée : que devrais-je savoir ? - Le site du Docteur Alain RANGHEARD - Docvadis

Alimentation de mon bébé non adaptée : que devrais-je savoir ?

De nombreuses boissons sont substituées aux laits infantiles. Elles ne couvrent pas les besoins des nourrissons et entraînent des carences graves pour la santé et le développement de l’enfant.

Quelle différence y a-t-il entre le lait, les préparations infantiles, les jus végétaux et les autres laits ?

Le lait : la réglementation européenne définit le lait comme « le produit provenant de la traited’une ou de plusieurs vaches ». En France, selon la réglementation en vigueur, tout lait provenant d’autres animaux doit porter la mention « lait de… » et préciser l’animal dont il est issu (lait de brebis, lait d’ânesse…).

Les préparations infantiles : elles sont constituées à partir de lait de vache; celui-ci ne convient pas aux enfants avant 3 ans. Il est modifié pour constituer les préparations infantiles, dont la composition est ainsi adaptée aux besoins des nourrissons.

Les boissons d’origine végétale : seules sont autorisées les appellations « lait de coco » et « lait d’amande ». Les autres produits doivent être appelés « boisson » ou « jus ».

Quels sont les besoins d'un nourrisson ?

Au cours de sa première année, l’enfant connaît une croissance très forte : son poids est multiplié par 3, il grandit d’environ 50 % par rapport à sa taille de naissance et son cerveau, qui pèse 300 à 400 g à la naissance, pèse plus de 1 kg à un an.

Il a besoin d’une alimentation adaptée pour accompagner sa croissance et lui permettre de se développer, avec des quantités de lipides, de calories, de vitamines et de micronutriments bien précises.

Les normes de composition des préparations pour nourrissons et préparations de suite ont été fixées en fonction de ces besoins.

Quelle est l’alimentation la mieux adaptée pour mon bébé ?

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande aux mamans d’allaiter leur bébé au cours des six premiers mois de sa vie.

Si elles ne peuvent pas ou choisissent de ne pas le faire, l’OMS préconise l’utilisation des laits infantiles 1âge (maintenant appelés préparations pour nourrissons), puis des laits 2âge (maintenant appelés préparations de suite) à partir de 4 mois.

Quelle est la composition d’une préparation infantile ?

L’Union Européenne fixele cadre règlementaire de la fabrication des préparations infantiles. Elles sont élaborées selon des normes strictes fixées à la suite de l’analyse du lait maternel, pour en être le plus proche possible. La règlementation impose également une forte traçabilité ; la provenance des laits est extrêmement contrôlée. Les préparations infantiles ne doivent pas contenir de substances néfastes ni pesticides (règlementation CE).

Pourquoi les préparations infantiles sont-elles adaptées à l’alimentation des bébés ?

La composition des préparations infantiles se rapproche au plus près de celle du lait maternel. Elles assurent l’ensemble des besoins nutritionnels des nourrissons avant un an et procurent les quantités nécessaires de fer, de graisses, de vitamines ou encore de minéraux, qui permettent aux bébés de bien se développer.

Pourquoi les jus végétaux et les laits d’origines végétales ou non bovines ne sont-ils pas adaptés aux besoins des bébés ?

Les jus végétaux et les autres laits contiennent très peu de calories (38 pour 100 ml pour le soja, par exemple, contre 67 pour le lait 1âge), trop peu de fer (il n’y en a pas du tout dans le jus de riz), de calcium, de lipides et de vitamines.
Ils contiennent en revanche trop de sel.

Leur utilisation entraîne chez le nourrisson une insuffisance d’apports en énergie, en protéines, en acides aminés, en lipides, en minéraux, en vitamines et en oligo-éléments.

Quelles peuvent être les conséquences d’une alimentation non adaptée pour mon bébé ?

Des complications sévères ont été identifiées, notamment des risques :

  • D’anémie (manque de fer pour lequel on doit parfois procéder à des transfusions)

  • De carences en protéines et en zinc qui engendrent des problèmes cutanés majeurs

  • De carences en vitamines D et en calcium qui peuvent aboutir à des convulsions.

  • De carences en acides gras essentiels ou le fer qui peuvent provoquer des anomalies du développement cérébral de l’enfant.

D’une manière générale, chez un nourrisson, tout déficit d’apport essentiel a des conséquences graves ; il peut se retrouver en état de malnutrition, avec des complications pouvant aller jusqu’au décès.

 

De la naissance à 3 ans, un enfant a des besoins spécifiques en matière d’alimentation. Celle-ci doit être adaptée pour lui permettre de se développer dans de bonnes conditions. Les boissons autres que le lait maternel ou les laits infantiles ne présentent aucun intérêt et présentent un réel danger pour le développement de l’enfant. Votre pédiatre ou médecin généraliste suivant votre enfant peut vous renseigner en cas de question. Vous pouvez également vous reporter au dossier de l’OMS consacré à ce sujet : http://www.who.int/topics/infant_nutrition/fr/index.html

Cabinet médical du Dr Rangheard

2 Rue des Chevrefeuilles ,
63370 LEMPDES, France

Contacts

  • Fixe : 04 73 61 64 09
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Diabète et yeux

    Vous êtes diabétique, votre fond d’œil doit être contrôlé chaque année, car le risque de troubles de la vue est important. La normalisation du taux de sucre dans le sang et la surveillance ophtalmologique sont vos meilleurs atouts pour conserver longtemps une bonne vue. Vous irez chez l'ophtalmologiste une fois par an.

    Lire la suite
  • Je prends un AVK, antivitamines K : pourquoi surveiller l'INR?

    Un traitement par AVK vous expose à deux types de risque : hémorragie ou thrombose. Il est indispensable d’observer la prescription de votre médecin et de contrôler régulièrement votre INR. L'INR mesure la fluidité de votre sang. Vous devez par ailleurs connaître les signes évoquant une possible hémorragie.

    Lire la suite
  • J'apprends les gestes de premiers secours en cas de blessure aux yeux

    Les accidents domestiques peuvent occasionner des déficits visuels graves. Protéger vos yeux ou ceux de vos enfants, c’est avant tout prévenir ces accidents. Savoir traiter l’urgence si l’accident se produit et avoir le bon geste en attendant l’avis médical peut permettre de sauver la vue.

    Lire la suite
  • Directives anticipées : je rédige mes souhaits concernant ma fin de vie

    Que vous soyez atteint ou non d’une maladie grave, il est possible de rédiger des « directives anticipées » afin de faire connaître vos souhaits concernant votre fin de vie. Vous pourrez notamment y préciser votre désir de poursuivre ou non certains traitements, ou actes médicaux, qui vous maintiendraient, par exemple, artificiellement en vie. Il est également possible de désigner une « personne de confiance » qui parlera en votre nom si vous ne pouvez plus vous exprimer.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale