Le site du Docteur Alain MARGULIES

Gastro-entérologie
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Que savons-nous sur les perturbateurs endocriniens ?  - Le site du Docteur Alain MARGULIES - Docvadis

Que savons-nous sur les perturbateurs endocriniens ?

Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques d’origine naturelle ou artificielle, étrangères à notre organisme, qui ont une influence sur le système endocrinien, c'est-à-dire la libération et le mode d’action des hormones.

Pourquoi parle-t-on des perturbateurs endocriniens ?

Les perturbateurs endocriniens font l’actualité car ils sont suspectés d’être à l’origine, à court ou à long terme, de nombreuses pathologies.

Qu’est-ce que les perturbateurs endocriniens ?

Les perturbateurs endocriniens sont des composés chimiques présents dans notre environnement qui interfèrent avec notre système hormonal. Le système hormonal coordonne les interactions entre les différents organes de notre corps en libérant des hormones qui sont les messagers de l’organisme.

Les perturbateurs endocriniens peuvent altérer la libération des messages des hormones naturelles en mimant leurs actions, en les bloquant ou en les modifiant. Cela induit un déséquilibre dans notre organisme et peut entraîner des dysfonctionnements de certains organes, ainsi que des maladies.

Où les trouve-t-on ?

On les trouve dans des objets et des produits de consommation courante. Ils sont surtout présents dans les pesticides, les plastiques, les additifs alimentaires ou encore les cosmétiques. Parmi les plus connus figurent le bisphénol A et les phtalates utilisés dans les plastiques, les dioxines employés dans des pesticides, ou encore les parabènes présents dans des cosmétiques.

Quels sont les effets des perturbateurs endocriniens ?

Les effets des perturbateurs endocriniens ne sont pas clairement reconnus et définis par les autorités sanitaires, mais de nombreuses études scientifiques ont montré des liens importants entre ces substances et certaines pathologies.

On peut observer selon la durée d’exposition à ces produits différentes pathologies comme :

-          une diminution de la fertilité,

-          une puberté précoce,

-          certains cancers dits hormono-dépendants (par exemple le cancer de la prostate, des testicules, certains cancers du sein, cancer de l’ovaire),

-          des troubles du métabolisme glucidique avec un risque de diabète, un risque d’obésité abdominale,

-          des problèmes psychomoteurs et d’autisme chez les enfants exposés in utero, pendant le déroulement de la grossesse,

-          des tumeurs cérébrales (gliomes) et un risque de maladie d’Alzheimer.

Que sait-on sur les risques d’exposition ?

Ces risques sont plus élevés pour les personnes exposées de façon régulière et prolongée comme les agriculteurs (pesticides, herbicides..) : il est donc important de distinguer l’exposition chronique et régulière de l’exposition occasionnelle.

De nombreux spécialistes estiment que la diminution constante du nombre et de la mobilité des spermatozoïdes constatée en cinquante ans est liée à l’exposition à ces polluants. Ils seraient également à l’origine d’un nombre croissant de cancers des testicules et de malformations de l’appareil uro-génital chez l’homme (non-descente d’un testicule à la naissance, malformation de l’urètre, atrophie du pénis, augmentation du nombre de spermatozoïdes mal formés dans le sperme). Parmi les substances responsables, on trouve des molécules naturelles comme les phyto-œstrogène présentes dans les plantes et des composés synthétiques tels que les phtalates ou certains pesticides.

Autre exemple, le bisphénol A, présent dans certains plastiques, mime l’action d’une catégorie d’hormones féminines, les œstrogènes, et est susceptible d’agir sur la fertilité et le développement des enfants exposés pendant la grossesse. En 2012, une étude publiée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a conclu que l'exposition de la femme enceinte au bisphénol A pouvait aussi augmenter le risque pour l’enfant à naître de survenue d’un cancer du sein, d’obésité et de maladies cardio-vasculaires.

Il a également été observé que le tissu graisseux stocke plus facilement les polluants, raison pour laquelle les personnes en surpoids ou obèses auront plus de risques à long terme vis-à-vis de ces substances. Certaines ont une durée de vie très longue : ce sont les POP (polluants organiques persistants) comme la dioxine, qui vont donc être présents longtemps dans l’organisme humain.

Enfin, la durée d’exposition est importante mais pour le bisphénol A par exemple, ce sont les périodes de vie qui sont à considérer. Pendant la grossesse et l’allaitement, on doit éviter le plus possible cette exposition.

Que dois-je faire pour limiter mon exposition au quotidien ?

La notion de risque ne veut pas dire que l’on développera la maladie, mais simplement que l’on aura davantage de risque par rapport à une personne non exposée.

Il n’est malheureusement pas possible d’éradiquer complètement les perturbateurs endocriniens de votre environnement et de votre consommation, mais vous pouvez adopter des réflexes simples vous permettant de limiter votre exposition.

-          Pour limiter l’impact des pesticides sur votre santé, il est conseillé de retirer la peau des fruits et légumes, de les laver et autant que possible de préférer les produits issus de l’agriculture biologique.

-          Concernant les cosmétiques, choisissez de préférence des produits sans parabène. Tous les produits cosmétiques ne sont pas en cause mais certains contiennent des substances dont les scientifiques n’ont pas encore caractérisé les effets. Par précaution, vous pouvez limiter le nombre de cosmétiques que vous utilisez en ne gardant que les produits essentiels. Vous pouvez aussi vous tourner vers des gammes fabriquées à partir d’ingrédients naturels. Il est conseillé d’adopter le même comportement avec les produits ménagers.

-          Bien que le bisphénol A, contenu dans de nombreux plastiques, soit interdit en France depuis 2015, certains en renferment toujours. Les experts conseillent donc de ne pas faire chauffer d’aliments dans des boîtes en plastique mais plutôt dans du verre, afin de limiter le risque de contamination de la nourriture. Il est également préférable de limiter la consommation d’aliments contenus dans les conserves dont l’intérieur est tapissé par un film blanc qui peut contenir du bisphénol A.

Les femmes enceintes ou en désir de grossesse, doivent être particulièrement vigilantes pour réduire leur exposition aux perturbateurs endocriniens car ce qu’elles consomment est transmis au fœtus via le cordon ombilical. Le développement durant la grossesse est une période sensible au cours de laquelle les perturbateurs endocriniens peuvent avoir des effets à long terme. Ces effets peuvent ensuite être transmis aux générations suivantes, ce que l’on appelle l’effet transgénérationnel.

 

La recherche autour des perturbateurs endocriniens est un domaine en pleine évolution. Plusieurs pistes d’étude sont actuellement explorées, notamment l’effet « cocktail », c’est-à-dire l’exposition à plusieurs types de perturbateurs endocriniens en même temps. Afin de limiter les conséquences nocives, n’exposez pas les personnes les plus à risque comme les femmes en désir de grossesse ou enceintes et les enfants et évitez l’exposition régulière, et prolongée à ces produits.

 

 

Cabinet de gastro-entérologie

1 Avenue du Professeur Alexandre Minkowski , 37170 CHAMBRAY LES TOURS, France

Contacts

Téléphone : 02 47 255 255

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

POLE SANTE LEONARD DE VINCI

1 AV DU PR ALEXANDRE MINKOWSKI , 37170 CHAMBRAY LES TOURS, France

Contacts

Téléphone : 02 47 255 255

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je réduis mes ballonnements : un schéma pour comprendre

    Ces schémas permettent de visualiser simplement comment réduire vos ballonnements. Les ballonnements abdominaux correspondent à une sensation de gonflement de l’abdomen dû à une accumulation de gaz dans votre tube digestif. Vous pouvez limiter leur apparition, ou les réduire, en diminuant votre consommation d’aliments qui produisent beaucoup de gaz en fermentant. Il est également très important d’avoir une activité physique régulière. Votre médecin pourra le commenter avec vous.

    Lire la suite
  • Je suis anorexique : comment serai-je soigné ?

    La majorité des personnes qui souffrent d’anorexie mentale et qui suivent une thérapie guérissent définitivement. La guérison nécessite de traiter les aspects physiques et nutritionnels de la maladie ainsi que ses aspects psychologiques.

    Lire la suite
  • Un test pour évaluer mes habitudes alimentaires

    Pour assurer un bon équilibre alimentaire, il faut associer un apport calorique, en quantité adaptée à votre âge et à votre activité, et un comportement alimentaire harmonieux, qui allie plaisir et équilibre. Evaluez vos habitudes alimentaires en faisant ce test et selon vos résultats parlez-en avec votre médecin.

    Lire la suite
  • Je prends un AVK, antivitamines K : pourquoi surveiller l'INR?

    Un traitement par AVK vous expose à deux types de risque : hémorragie ou thrombose. Il est indispensable d’observer la prescription de votre médecin et de contrôler régulièrement votre INR. L'INR mesure la fluidité de votre sang. Vous devez par ailleurs connaître les signes évoquant une possible hémorragie.

    Lire la suite
  • Comment éviter les petits creux ?

    Malgré une alimentation que vous pensez équilibrée et suffisante, il vous arrive fréquemment d’avoir faim dans la journée, d’avoir « un petit creux ». Comment pouvez-vous l’éviter ?

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale