Le site du Docteur Alain CHAMBENOIT

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée
Je m’informe sur les nouveaux médicaments contre l’alcoolisme - Le site du Docteur Alain CHAMBENOIT - Docvadis

Je m’informe sur les nouveaux médicaments contre l’alcoolisme

Depuis 2014, de nouveaux médicaments s’ajoutent aux moyens disponibles pour la prise en charge de l’alcoolisme. Ils s’inscrivent dans une nouvelle logique de prise en charge de l’alcoolo-dépendance : si le sevrage est trop difficile, maîtriser et réduire la consommation d’alcool apporte un bénéfice médical.

Est-ce que jepeux bénéficier de ces traitements ?

Ces traitements peuvent être prescrits aux personnes souffrant d’alcoolo-dépendance, c’est-à-dire qui ressentent une nécessité de boire et dont la consommation importante représente un risque pour leur santé et leur vie sociale. Si vous êtes concerné, leur efficacité dépend beaucoup de votre motivation. Discutez-en avec votre médecin. 

Comment agissent- ils ?

Ces traitements utilisent des molécules de familles différentes et n’ont donc pas exactement le même effet. Ils agissent néanmoins tous sur le système de la récompense, un circuit cérébral très important dans les addictions. Lorsqu’ils sont pris à des doses efficaces, ils empêchent de ressentir l’envie impérieuse de boire.

Quels sont leurs objectifs ?

Ces médicaments visent à vous aider à réduire votre consommation ou à maintenir votre abstinence si vous avez réussi à vous sevrer.Diminuer la consommation d’alcool a un impact positif sur les maladies du foie et facilite la reprise d’une vie personnelle, professionnelle et sociale normale.

À quel praticien puis-je m’adresser ?

Votre médecin généraliste peut vous prescrire ces médicaments. La mise en place du traitement étant parfois complexe, il vous conseillera dans certains cas de prendre rendez-vous avec un spécialiste, addictologue ou hépatologue.

Si je peux en bénéficier, comment se déroule le traitement ?

Votre médecin vous proposera, avec votre accord, le traitement le mieux adapté à votre situation et déterminera ensuite la posologie, qui sera peut-être croissante jusqu’à ce que vous arriviez au niveau efficace, celui à partir duquel l’envie impérieuse de boire disparaît.

Le fait que vous soyez éventuellement sujet à une addiction à l’héroïne ou à d’autres dérivés opioïdes est un aspect important dans le choix thérapeutique que votre médecin vous proposera.

Quels que soient le traitement et le dosage, il est recommandé de voir votre médecin tous les quinze jours durant les premiers mois, puis vous espacerez vos visites.

Aurai-je des effets secondaires ?

Cela dépend du traitement que votre médecin vous prescrira. Les effets secondaires peuvent être totalement inexistants ou relativement gênants, comme des nausées, des troubles gastro-intestinaux, des variations d’humeur ou une somnolence.

Dans tous les cas, il est important que vous signaliez à votre médecin toute consommation de substance addictive, ainsi que la prise de traitements antidouleur pour éviter toute interférence négative avec votre traitement.

L’utilisation de médicaments pour traiter l’alcoolodépendance est récente. Des effets indésirables rares ou inconnus peuvent se manifester. N’hésitez pas à signaler vos observations à votre médecin.

 Le traitement de l’alcoolodépendance est pluridisciplinaire. Pour réussir à contrôler votre consommation d’alcool, les médicaments seuls sont souvent insuffisants. Ils doivent être associés à un suivi psychologique et social. Parlez-en avec votre médecin ou renseignez-vous dans un Centre de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie.

 

Cabinet Médical

Rue des Coinchettes ,
Z.A.C. Les Coinchettes,
36100 ISSOUDUN, France

Contacts

  • Fixe : 02 54 21 74 79
  • Fax : 02 54 21 84 04
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • J’équilibre mon diabète au quotidien : un schéma pour comprendre

    Ce schéma permet de visualiser les bonnes pratiques à mettre en place dans votre vie pour contrôler votre diabète. Pour cela il faut pratiquer une activité physique, avoir un suivi diététique, surveiller votre poids et vous faire aider pour arrêter de fumer si nécessaire. Puis, selon les cas, la prise quotidienne de médicaments, l'auto surveillance glycémique et la surveillance de vos pieds seront nécessaires. Votre médecin pourra le commenter avec vous.

    Lire la suite
  • J'ai une névralgie cervicobrachiale : que dois je savoir ?

    La névralgie cervicobrachiale (NCB) est une douleur liée à l’irritation d’une terminaison nerveuse issue de la colonne vertébrale au niveau du cou. Elle est le plus souvent liée à un problème de disque intervertébral ou d’arthrose cervicale. Son traitement est médical ou plus rarement chirurgical.

    Lire la suite
  • Les pompes à insuline : des schémas pour comprendre

    Ces schémas permettent de visualiser simplement la composition d’une pompe à insuline, les différentes possibilités d’implantation du cathéter et de fixations du boîtier. Une pompe à insuline est un dispositif médical que vous programmez pour qu’il délivre des doses régulières d’insuline en fonction de vos besoins. Elle favorise un meilleur équilibre de votre glycémie. Votre médecin pourra les commenter avec vous.

    Lire la suite
  • Je vois quand et comment utiliser un défibrillateur

    Cette vidéo vous montre de façon très pratique les gestes qui peuvent sauver une vie en cas d’arrêt cardiaque. Vous découvrez les 3 étapes importantes : appeler, masser et défibriller. Réalisés rapidement, ces gestes augmentent les chances de survie. Nous sommes tous concernés.

    Lire la suite
  • Je m’informe sur les médicaments biosimilaires dans la prise en charge du cancer

    Depuis quelques années des médicaments biologiques ont révolutionné le traitement de certains cancers en s’attaquant à une cible spécifique des cellules tumorales ou de leur environnement. Comme tout nouveau médicament, les médicaments biologiques sont protégés pendant un certain temps de la copie ou de l’imitation par un brevet. À la fin de ce brevet, des médicaments similaires au médicament princeps (ou médicament de référence) peuvent être développés. On parle de « médicaments biosimilaires » ou plus simplement de « biosimilaires ». Quelle est la place des biosimilaires dans la prise en charge du cancer ?

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale