Le site du Docteur André KAHIL

Gynécologie
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
VIH et désir d'enfant : techniques de procréation - Le site du Docteur André KAHIL - Docvadis

VIH et désir d'enfant : techniques de procréation

Une fois que votre couple aura répondu à toutes les investigations médicales, vous serez orienté vers la technique de procréation la mieux adaptée à votre cas.

On nous propose l’insémination artificielle (IA) : 15 % de chances de réussite

Deux façons de la réaliser, soit avec le sperme du futur père (IA), soit avec celui d’un donneur anonyme (IAD).
La technique ? Là encore, deux moyens. Soit les spermatozoïdes sont déposés dans le col de l’utérus : il s’agit d’une insémination intracervicale (IIC). Soit ils sont déposés dans la cavité utérine : il s’agit d’une insémination intra-utérine (IIU).

  • Vous êtes le futur père : votre sperme sera recueilli au laboratoire et traité afin de pouvoir prélever les spermatozoïdes mobiles. Ceux-ci seront déposés juste au moment du déclenchement de l’ovulation.

  • Vous êtes la future mère : vos trompes doivent être perméables. Vous serez soumise à une stimulation hormonale ovarienne. Cette hyperstimulation se manifeste par le développement de nombreux follicules au cours d’un même cycle, ce qui va augmenter vos chances d’être enceinte.

  • Vous pouvez y avoir recours à chaque cycle, c’est-à-dire une fois par mois, six fois de suite au maximum.

  • A noter : le risque d’une grossesse multiple (environ 15 %) en raison de la stimulation ovarienne et d’un accouchement prématuré.

Vous avez un désir d'enfant : mettez toutes les chances de votre côté et parlez en avec votre médecin. L'équipe médicale vous conseillera et vous suivra étroitement.Vous avez un désir d'enfant : mettez toutes les chances de votre côté et parlez en avec votre médecin. L'équipe médicale vous conseillera et vous suivra étroitement.

On nous propose la fécondation in vitro (FIV) : de 20 à 25 % de chances de réussite

Cette méthode consiste à reproduire en laboratoire la fécondation et les premières étapes du développement de l’embryon.

  • Elle vous est proposée dans les cas d’une altération du sperme ou d’infertilité de la future mère (difficultés d’ovulation, trompes obturées ou abîmées) ou si les inséminations n’ont pas permis d’obtenir une grossesse.

  • Vous êtes le futur père : la technique est la même que pour l’insémination artificielle. Le sperme est recueilli, traité et congelé.

  • Vous êtes la future mère : cette méthode est plus pénible et plus contraignante que l’insémination. Vous devez subir une stimulation ovarienne plus forte pour obtenir des ovules matures.

  • Les ovules prélevés dans l’ovaire sont ensuite aspirés sous anesthésie locale ou générale et mis en présence des spermatozoïdes.

  • C’est au bout de deux ou trois jours de culture en laboratoire que deux ou trois des embryons obtenus sont implantés.

  • Les embryons qui ne sont pas utilisés peuvent être congelés, si vous le souhaitez. Ils serviront lors d’un cycle ultérieur pour une autre tentative.

  • Vous devrez attendre trois ou quatre cycles sans traitement hormonal entre deux tentatives successives. Vous pouvez faire 2 ou 3 tentatives par an. Pour une grossesse, un maximum de quatre ponctions est proposé.

  • A noter : le risque encore plus élevé d’une grossesse multiple (24 %).

On nous propose la fécondation par micro-injection d’un spermatozoïde dans le cytoplasme ovocytaire (ICSI) : de 20 à 25 % de chances de réussite

C’est une fécondation in vitro. A la différence près qu’un seul spermatozoïde est injecté dans chaque ovule à l’aide d’une micro-pipette.

  • Réservée aux couples dont l’homme a un sperme altéré avec peu de spermatozoïdes capables de féconder l’ovule.

  • Si vous êtes le futur père : après le recueil de votre sperme au laboratoire, vos spermatozoïdes mobiles sont d’abord concentrés, ensuite un seul est injecté.

  • Si vous êtes la future mère : vous recevez le traitement hormonal et vous avez les mêmes contraintes que pour une FIV.

Quelle que soit la technique utilisée, une attente d’une quinzaine de jours est nécessaire pour savoir si une grossesse débute.
Après l’insémination ou le transfert d’embryon, en l’absence de règles pendant vingt jours, un test de grossesse est effectué.

Cabinet médical du Docteur KAHIL

213 impasse du Veudey ,
B14, 2ème étage, 74130 BONNEVILLE, France

Contacts

Téléphone : 04 50 03 41 48

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Hôpital Général d'Anne MASSE

null ANNE MASSE, null ANNE MASSE, France

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Le don de gamètes : comment ça se passe ?

    Selon l’Agence de la Biomédecine, en France en 2015, 225 hommes ont fait un don de spermatozoïdes, permettant la congélation de plus de 12 000 paillettes, et la naissance de près de 1 000 enfants. La même année, toujours selon l’Agence de la Biomédecine, 540 femmes faisaient un don d’ovocytes, pour près de1 268 fécondations in vitro, et la naissance de plus de 250 enfants. Les questions soulevées par ces dons sont toutefois nombreuses.

    Lire la suite
  • La fécondation in vitro (FIV) : des images pour comprendre

    Vous envisagez un parcours de fécondation in vitro ou venez de le débuter. Des inconnues vous attendent… nous vous proposons quelques photos et explications qui décrivent les principales étapes de ce parcours.

    Lire la suite
  • AMP : une fécondation in vitro nous est proposée

    Près de 25 000 enfants naissent chaque année en France grâce à l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP). Tous ne sont toutefois pas issus de la même procédure. Trois techniques sont principalement utilisées : l’insémination artificielle, la fécondation in vitro, la fécondation in vitro avec ICSI. Les protocoles commencent par une stimulation ovarienne.

    Lire la suite
  • Comment être certains qu’aucune erreur sur nos identités n’est possible dans notre parcours AMP ?

    Pour éviter les erreurs de personnes et d’attribution des prélèvements, des procédures d’identitovigilance et de traçabilité très strictes, et indispensables, sont mises en place dans tous les centres d’Assistance médicale à la procréation (AMP). L’identitovigilance et la traçabilité permettent de vérifier les identités et de suivre les prélèvements en permanence et à toutes les étapes de la prise en charge. Les vérifications peuvent s’avérer répétitives et contraignantes pour les conjoints, mais on est ainsi certains que les ovocytes appartiennent bien à la bonne patiente, les spermatozoïdes au bon patient, et les embryons au bon couple.

    Lire la suite
  • Suite à une greffe de cellules souches, pourrai-je avoir un enfant ?

    Les patients ayant recours à une allogreffe peuvent s'interroger sur la possibilité d'avoir un enfant plus tard. Cette vidéo vous explique les différentes situations possibles et les éventuelles solutions correspondantes.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale