Le site du Docteur Adlain ZERDAB

Rhumatologie
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Je souffre d'un torticolis - Le site du Docteur Adlain ZERDAB - Docvadis

Je souffre d'un torticolis

Le torticolis est une contracture de certains muscles du cou. Il existe plusieurs causes à cette contracture, qui vont déterminer des traitements ou des mesures différentes.

Qu’est-ce que le torticolis ?

Le torticolis est le résultat d’une contracture douloureuse de certains muscles du cou, qui entraîne une limitation des mouvements de la tête en rotation ou qui rend impossible tout mouvement de la tête.
En général, la contracture concerne plutôt le gros muscle du cou que l’on appelle le muscle sterno-cléido-mastoïdien, mais elle peut aussi concerner d’autres muscles comme le trapèze ou le scalène.

Quelles peuvent être les causes de mon torticolis ?

Tout dépend de votre âge, car il existe plusieurs types de torticolis.

  • Le torticolis bénin apparaît généralement à votre réveil ou à la suite d’efforts brutaux. Dans ce cas, il est causé, la plupart du temps, par un faux mouvement ou une mauvaise position au cours du sommeil.

  • Le torticolis chronique ou répétitif est lié à des contractions soutenues des muscles qui entraînent un fléchissement de votre tête de façon répétitive. Différentes causes sont impliquées, comme un traumatisme, une arthrose cervicale, une infection dentaire ou de la gorge, certaines affections neurologiques (torticolis spasmodique), ou encore la prise de certains médicaments…

  • Le torticolis congénital chez le bébé est dû soit à une malformation in utero, soit à un hématome situé dans les muscles du cou. Il se traduit par une difficulté du bébé à tourner la tête. Cela peut notamment l’empêcher de prendre le sein ou le biberon d’un côté.

Sans qu’il y ait de raison particulière, les femmes sont plus fréquemment touchées que les hommes (1,5 fois de plus).

Comment traiter mon torticolis ?

La plupart des torticolis disparaissent après quelques heures ou quelques jours. Selon le type de torticolis, les mesures à prendre sont différentes.

  • Pour le torticolis aigu, le repos et la chaleur sont la base du traitement.
    Il faut limiter les mouvements du cou et appliquer des compresses d’eau chaude ou des dispositifs générant de la chaleur (en vente en pharmacie).
    En revanche, attention aux manipulations du cou. Elles doivent être réservées aux professionnels.
    Enfin, des pommades décontracturantes et anti-inflammatoires locales peuvent aussi soulager efficacement. Si cela ne suffit pas, des antalgiques (aspirine, paracétamol), des décontracturants, des myorelaxants ou des anti-inflammatoires par voie orale peuvent aussi vous être prescrits.

  • Pour le torticolis chronique, le traitement de base est le même que pour le torticolis aigu. Il est important de consulter. Certains médicaments plus adaptés vous seront prescrits en fonction de la cause réelle de votre torticolis (infection, arthrose…).

En cas de répétition des épisodes de torticolis, il est recommandé de faire un bilan complet.

Comment éviter de nouvelles crises ?

La prévention d’un torticolis passe par une bonne hygiène de vie. L’entretien musculaire de votre cou et de votre dos repose sur la pratique régulière d’un sport. Vous devez avoir une bonne hygiène dentaire et un traitement adapté à vos troubles oculaires et rhumatismaux si vous en souffrez.

En pratique, si vous êtes sujet(ette) au torticolis :

  • Evitez les courants d’air. Protégez-vous de la pluie, du froid ou encore de l’humidité.

  • Méfiez-vous du froid auprès d’une fenêtre entrouverte et surtout en voiture, lorsque la vitre est baissée.

  • Faites attention aux mauvaises positions de la tête, aux « tensions » lorsque vous êtes assis(e).

  • Veillez à ne pas vous coucher sur le ventre pour dormir.

  • Faites du sport régulièrement pour entretenir votre musculature.

Cabinet Medical

30 Rue des Electriciens ,
Atrium Batiment A, 13012 Marseille, France

Contacts

Téléphone : 04 91 34 42 00

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • En cas de malaise vagal, que dois je faire ?

    Un malaise vagal correspond à un ralentissement excessif du rythme cardiaque. Ce ralentissement provoque souvent une chute de la tension artérielle pouvant se traduire par différents symptômes (malaise, sueurs, pâleur) jusqu’à la perte de connaissance.

    Lire la suite
  • Je vois sur ma boite de médicaments une voiture dans un triangle de couleur

    Si vous voyez sur votre boite de médicaments une voiture dans un triangle, c’est un message d’alerte. Vous pouvez ressentir des effets incompatibles avec la conduite d’un véhicule. Ces recommandations concernent la conduite de tous les véhicules, engins agricoles, machines et même le vélo. Ces effets peuvent être augmentés par la prise simultanée d’autres médicaments. Vous devez alors suivre (ou respecter impérativement) les conseils suivants.

    Lire la suite
  • Me faire tatouer, oui...en limitant les risques

    Cette vidéo vous explique que le tatouage n'est pas un geste anodin s'il n'est pas fait dans des conditions strictes d'hygiène. Le Dr Denis Ouzan décrit les risques infectieux encourus et un tatoueur montre ce qu'il faut faire et ne pas faire. Si vous avez fait un tatouage dans des conditions limites, pensez à vous faire dépister : parlez en avec votre médecin ou rendez vous dans un centre de dépistage, un Cegidd.

    Lire la suite
  • Déformations de la colonne vertébrale : ce que je dois savoir

    La colonne vertébrale est constituée de 33 vertèbres s’étendant de la base du crâne jusqu’au bassin. Elle a des courbures naturelles qui forment le dessin du dos de profil. Certaines courbures sont accentuées ou anormales, d’avant en arrière (convexes ou concaves) ou latéralement (dessinant un S).

    Lire la suite
  • J’évalue mon risque d’avoir des apnées du sommeil

    Les apnées du sommeil correspondent à des pauses respiratoires durant votre sommeil nocturne. Elles altèrent la qualité de vie et sont souvent associées à certaines maladies cardiovasculaires comme l’hypertension, les attaques cérébrales (AVC), la fibrillation auriculaire, et aggravent les maladies des artères du cœur. Elles sont plus fréquentes chez les patients hypertendus, diabétiques et en surpoids. Des tests simples vous permettent de savoir si vous êtes concernés.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale