SELARL du docteur Da Silva Tavares, 99B avenue Patton Angers
Le strabisme de mon enfant a été opéré avec succès - SELARL du docteur Da Silva Tavares, 99B avenue Patton Angers - Docvadis

Le strabisme de mon enfant a été opéré avec succès

A 6 ans, le strabisme de Dan a été diagnostiqué. Après trois ans de rééducation et de port de lunettes, l’opération s’est révélée indispensable. Dan a été opéré avec succès. Il voit aujourd’hui tout à fait normalement et a tourné la page, tout comme sa maman.

« C'est au moment de son entrée au CP, lors d'une visite de contrôle chez l'ophtalmologiste, que le strabisme divergent de Dan a été diagnostiqué , explique sa maman. C'était un strabisme léger qui était passé inaperçu jusque-là. Nous avions remarqué que Dan clignait des yeux et qu'il hochait la tête régulièrement. C'était devenu un tic. En fait, Dan voyait double. »

Première étape : le port de lunettes

Une fois le diagnostic posé, le port de lunettes s'impose pour lire et regarder la télévision. Dan doit également suivre des séances de rééducation orthoptique chaque semaine. « Lorsqu'il portait ses lunettes, ses clignements et ses hochements de tête disparaissaient. »

« Mais, trois ans plus tard, mon ophtalmologiste m'a conseillé de voir un chirurgien. Pour lui, la rééducation et les lunettes avaient atteint leurs limites. En continuant, nous risquions d'aggraver le strabisme de Dan. Bien sûr, j'étais réticente à l'idée d'une opération portant sur les yeux, mais j'ai quand même pris le rendez-vous. »

La décision

Le diagnostic est confirmé par l'orthoptiste que Dan et sa maman rencontrent. « Il m'a dit d'arrêter également le port des lunettes. Puis, à son tour, le chirurgien nous a expliqué que l'opération pouvait lui rendre une vue normale. Il a ajouté que plus tôt ce serait fait, mieux ce serait pour mon fils. J'étais en confiance, je savais que mon fils serait entre les mains d'un spécialiste habitué à cette opération. »

Quelques explications

La consultation se déroule en septembre, alors que Dan fait son entrée en CM1. L'opération est prévue en avril. La maman de Dan met ces mois à profit pour comprendre l'opération et préparer son fils.
« Au début, Dan n'était pas partant. Mais l'orthoptiste a fait un test qui a démontré que sa vue divergeait de 4 cm. Je lui ai expliqué qu'à l'école il devait se concentrer doublement pour suivre les cours et maîtriser sa vue, et que cette difficulté pouvait disparaître grâce à l'opération. »

Dan est désormais motivé et sa maman se penche alors sur le déroulement de l'opération.

« Je pensais qu'il s'agissait d'une intervention au laser. Ce n'était pas le cas. Le chirurgien nous a expliqué que ce serait une opération chirurgicale qui donnerait lieu à quelques points qui se résorberaient d'eux-mêmes. Ses explications étaient claires, et il a su se mettre à la portée de Dan également. »

Le jour J

Dès le matin de l'opération, Dan est impatient. Il presse sa mère pour prendre le bus qui les mènera à la clinique. « Une fois sur place, Dan a été pris en charge par une infirmière qui lui a administré un tranquillisant. Une demi-heure plus tard, il partait au bloc. »

En fin de matinée, Dan sort de la salle de réveil. Il n'est pas lui-même et sa maman s'inquiète. « Il était très nerveux, disait qu'il ne voyait pas. Le médecin nous avait prévenus qu'il risquait de ressentir une douleur semblable à celle provoquée par des grains de sable dans l'oeil. Mais il était si agité que j'ai pris peur. J'ai appelé l'infirmière et je lui ai demandé de bien vouloir le rendormir. A mon sens, il s'était mal réveillé, trop tôt. »

En effet, après une heure de sommeil supplémentaire, Dan se réveille détendu et il voit. Ses yeux le piquent, mais l'opération a réussi. Les infirmières lui administrent des gouttes régulièrement jusqu'à son retour chez lui, l'après-midi.

Et maintenant

Plusieurs visites de contrôle sont programmées quinze jours plus tard, puis au cours des mois suivants. Le résultat est au-delà des espérances.

« Lors de son retour à l'école, une semaine plus tard, la maîtresse m'a tout de suite dit que son écriture avait totalement changé. De brouillonne, elle était devenue appliquée. Il n'avait plus, non plus, de tics de clignements. Il n'a eu aucune difficulté d'adaptation à sa nouvelle vision. » Pour Dan, leschoses sont claires, il voit tout simplement. Il a tourné la page.

Documents similaires

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale