Le site du Docteur KASSAS

Psychiatrie
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée
Je m’informe sur le trouble du déficit de l’attention - Le site du Docteur KASSAS - Docvadis

Je m’informe sur le trouble du déficit de l’attention

Le TDAH, pour Trouble du Déficit de l’Attention avec Hyperactivité, encore appelé hyperkinésie, est un trouble psychiatrique survenant le plus souvent durant l’enfance, entraînant des problèmes d’inattention, d’impulsivité et d’agitation.

Quels sont les symptômes du TDAH ?

Les symptômes du TDAH peuvent se classer en trois catégories :
  -  Les problèmes liés à l’attention : difficulté à suivre une conversation, à terminer une tâche, perte fréquente d’objets, oublis fréquents, etc.
  -  L’hyperactivité : tendance à parler beaucoup, à remuer constamment les mains ou les pieds, difficulté à tenir en place…
  -  L’impulsivité : dans une conversation, tendance à interrompre les autres, à répondre aux questions avant qu’elles ne soient finies, etc.

Chaque individu souffrant de TDAH aura une combinaison de ces symptômes, à différents degrés : certains n’auront que des problèmes d’inattention, d’autres uniquement une hyperactivité.

Pour qu’un TDAH soit diagnostiqué, il faut qu’au minimum six symptômes aient persisté pendant au moins six mois de façon forte, suffisamment pour gêner l’épanouissement de l’enfant. Il n’existe aucun examen, prise de sang, scanner ou autre test médical, pour diagnostiquer un TDAH.

Des troubles sont souvent associés au TDAH, comme des troubles du sommeil ou des problèmes d’anxiété allant jusqu’à la dépression.

Quelles sont les causes du TDAH ?

Bien que l’on ne connaisse pas les causes exactes de ce trouble, la part des facteurs génétiques est incontestable : il existe par exemple des « familles à TDAH ».

Certains neurotransmetteurs (molécules transmettant les informations entre les neurones), comme la dopamine, semblent en plus faible quantité chez les personnes souffrant de TDAH. Le magnésium serait lui aussi en déficit.

En plus de ces causes génétiques, des facteurs extérieurs seraient également en cause, comme la mise en présence de substances toxiques (métaux lourds, pesticides, nicotine…), notamment durant la grossesse ou la petite enfance.

Les traumatismes crânienssurvenus durant l’enfance pourraient favoriser la survenue d’un TDAH, ou du moins accentuer les symptômes.

Qui peut en être touché ?

On associe souvent à tord le TDAH à l’enfance car c’est le moment où il est diagnostiqué, mais ce trouble perdure souvent après le passage à l’âge adulte, bien que les symptômes aient tendance à diminuer avec le temps.

Le TDAH semble plus fréquent chez les garçons que chez les filles, mais il est possible que cette différence soit due au fait que le diagnostic est plus facile à poser chez les garçons, ceux-ci présentant davantage d’hyperactivité (les filles étant plus touchées par les symptômes d’inattention).

L’approche diagnostique et les critères utilisés, souvent controversés, expliquent de grandes différences entre les pays, puisqu’on estime que le TDAH touche entre 1 et 10 % de la population.

Existe-t-il des traitements ?

Le TDAH pouvant prendre de nombreuses formes et présenter plusieurs degrés de sévérité, chaque patient se verra proposer un traitement différent adapté à son profil.

Si le TDAH est trop sévère ou handicapant, notamment pour la réussite scolaire, un traitement médicamenteux sera proposé, le plus souvent à base de psychostimulants (médicaments qui atténuent les symptômes du TDAH en stimulant le fonctionnement du cerveau).

Une approche psychologique, comme une thérapie individuelle ou une psychothérapie cognitive et comportementale, est également possible : bien qu’elle semble moins efficace à très court terme que les médicaments, elle permet d’atténuer fortement les troubles sur le long terme.

Les deux volets du traitement, thérapie et médicaments, sont souvent associés pour une meilleure efficacité. Des rééducations (orthophonie, rééducation psychomotrice…) peuvent être également proposées.

L’attention, l’hyperactivité et l’impulsivité étant des symptômes très subjectifs, certains psychiatres pointent du doigt des critères de diagnostic trop larges, englobant des enfants qui ne sont pas malades mais juste un peu agités ou inattentifs à l’école. Cette controverse est renforcée par le fait que les psychostimulants utilisés pour traiter le TDAH pourraient avoir des effets secondaires importants, comme un retard de croissance.

Cabinet du Docteur Kassas

122 Boulevard Raspail,
75006 Paris, France

Contacts

  • Fixe : 09 84 48 86 13

Documents similaires

  • Je suis anorexique : comment serai-je soigné ?

    La majorité des personnes qui souffrent d’anorexie mentale et qui suivent une thérapie guérissent définitivement. La guérison nécessite de traiter les aspects physiques et nutritionnels de la maladie ainsi que ses aspects psychologiques.

    Lire la suite
  • Quiz : connaissez-vous les effets du soleil sur votre organisme ?

    Aujourd’hui, tout le monde a entendu parler des risques dus à une exposition prolongée, sans protection, au soleil. Mais mesurez-vous vraiment les risques ? Evaluez vos connaissances en répondant à ce quiz !

    Lire la suite
  • Je m'informe sur les phobies

    Cette vidéo vous fait découvrir des exemples de phobies et vous comprendrez qu’il s’agit de la peur irraisonnée d'une situation. La phobie devient problématique quand elle impacte votre vie quotidienne. Certaines phobies empêcheront de sortir de chez soi ou de prendre un transport. Le Dr Palazzolo, psychiatre, vous explique sur quoi reposent ces peurs et comment les traiter efficacement. Un seul conseil, consultez car des traitements existent.

    Lire la suite
  • Diabétique en surpoids, je m'informe sur la chirurgie de l'obésité

    La chirurgie de l’obésité permet de perdre du poids. Elle permet par ailleurs une amélioration du diabète de type 2.

    Lire la suite
  • J’ai un psoriasis, pourquoi dois-je consulter plusieurs spécialistes ?

    Dans la très grande majorité des cas, le psoriasis se manifeste par des symptômes cutanés. Les cellules de l’épiderme se renouvellent trop rapidement et forment des squames à la surface de la peau. Mais vous devez savoir qu’en réalité, le psoriasis est une maladie inflammatoire chronique qui, au cours de son évolution, peut toucher non seulement la peau mais aussi d’autres organes. C’est pourquoi il faut être attentif à l’apparition de symptômes autres que cutanés ; symptômes pour lesquels vous serez peut-être appelé à consulter différents spécialistes, de même si vous avez des problèmes de poids ou si vous êtes fumeur.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale