Le site du Docteur Abdelmalek OUGUERGOUZ

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
AMP, stimulation ovarienne : que devons-nous savoir ? - Le site du Docteur Abdelmalek OUGUERGOUZ - Docvadis

AMP, stimulation ovarienne : que devons-nous savoir ?

La stimulation ovarienne représente la première phase de trois procédures différentes d’aide médicale à la procréation (AMP) : l’insémination artificielle, la fécondation in vitro (FIV) et la FIV avec injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI). Elle a pour but de stimuler les ovaires pour faire parvenir à maturité simultanément plusieurs follicules afin d’obtenir plusieurs ovocytes. Elle peut également être utilisée hors AMP pour traiter les troubles de l’ovulation et rétablir l’ovulation d’un seul follicule comme dans un cycle normal.

Quel est le principe de la stimulation ovarienne ?

 Il s’agit de la première phase de la procédure d’AMP. Elle est destinée à assurer une croissance et une maturation adéquate de un ou plusieurs follicules ovariens. Les follicules sont de petites formations situées à la surface des ovaires, qui contiennent les ovules ou ovocytes. A chaque cycle normal, au moment de l’ovulation, un follicule laisse « échapper » un ovocyte.   

  • La stimulation ovarienne consiste en des injections quotidiennes en sous-cutanée d’une hormone sécrétée dans le cerveau, la FSH (hormone folliculostimulante), dont le rôle est d’assurer la croissance des follicules ovariens contenant les ovocytes. Les injections se font en première partie de cycle à domicile par vous-même (ou un tiers) à l’aide d’un stylo injecteur, ou au cabinet de l’infirmière. Une surveillance par prises de sang et échographies des ovaires est réalisée toutes les 24 à 72 heures. Les prises de sang servent à doser différentes hormones et les échographies à mesurer le diamètre moyen des follicules en croissance.  

  • Quand les follicules ont atteint une taille correcte (un diamètre supérieure à 16-17 mm), en général entre le 10et le  13jour de stimulation, l’équipe médicale vous demande d’arrêter les injections quotidiennes et vous communique l’heure à laquelle vous devrez pratiquer une injection unique, à l’aide d’un stylo injecteur, d’une hormone appelée hCG (hormone gonadotrophine chorionique humaine) qui déclenchera l’ovulation 37 à 40 heures plus tard. Ainsi le moment de l'injection d’hCG sera déterminé en fonction de l'heure prévue pour l'insémination artificielle ou la ponction ovocytaire (en cas de FIV). Le déclenchement n’est effectué que si les paramètres de surveillance sont de bonne qualité.

  La procédure est-elle la même avant une insémination artificielle et avant une FIV ?  

Le principe de la stimulation ovarienne est le même mais il existe de petites différences. L’objectif de la stimulation ovarienne avant une insémination artificielle est d’obtenir 1, 2, ou 3 follicules matures au maximum, alors qu’avant une FIV, on visera une croissance multifolliculaire (au moins 3 ou 4 follicules matures). 

  • En cas d’insémination artificielle, la stimulation ovarienne est débutée après les règles sans traitement préalable. Et, pour éviter toute ovulation prématurée, des injections sous cutanées d’une autre hormone appelée antagoniste de la GnRH (hormone qui permet notamment la libération de la FSH) pourront être ajoutées en cours de traitement. 

  • En revanche, en cas de FIV, un pré-traitement lors du cycle précédent, et avant la stimulation ovarienne, est nécessaire afin de mettre vos ovaires au repos et d’obtenir des follicules les plus homogènes possible le jour de la ponction folliculaire. Il est également nécessaire de bloquer toute ovulation prématurée soit par des injections sous cutanées d’antagoniste de la GnRH débutées habituellement au 6jour de stimulation, soit par des injections d’agonistes de la GnRH. Parfois une seule injection d’une forme retard d’agoniste de la GnRH est utilisée pour tout le cycle de traitement.

Quels sont les inconvénients de la stimulation ovarienne ?

La stimulation ovarienne est habituellement bien tolérée. Elle peut cependant entraîner une fatigue, des maux de tête, une tension mammaire, une prise de poids, des bouffées de chaleur, des ballonnements abdominaux, des tiraillements dans le bas ventre, et des réactions locales au point d’injection. Si certains de ces symptômes surviennent, il faudra en informer votre médecin qui évaluerala situation et adaptera si nécessaire votre prise en charge. Il faut également souligner que ce traitement demande une grande disponibilité afin de concilier votre vie familiale et professionnelle et les différents contrôles.

Il existe en stimulation simple, et en insémination intra-utérine, un risque de grossesse gémellaire si 2 follicules sont matures à l’issue de la stimulation : le médecin vous en informera.

Existe-t-il des risques liés à la stimulation ovarienne à long terme ?  

Les stimulations ovariennes répétées n’augmentent pas les risques de ménopause précoce. En ce qui concerne les risques de cancers notamment utérins, ovariens ou mammaires, la littérature médicale est rassurante. Cette prise de  risque limitée doit être appréciée par rapport au bénéfice attendu : l’accomplissement de votre projet de devenir parents.

Il existe de nombreux protocoles de stimulations ovariennes, adaptés à chaque patiente et à chaque procédure. Suite à la stimulation ovarienne, l’équipe qui vous prend en charge mettra œuvre la technique d’AMP qui vous a été présentée après votre bilan initial : insémination artificielle, fécondation in vitro ou fécondation in vitro avec ICSI.  

 

Cabinet médical de marx dormoy

5 BD marx dormoy , 11200 LEZIGNAN CORBIERES, France

Contacts

Téléphone : 04 68 33 71 57
Fax : 04 68 33 71 57

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je comprends le traitement de l'apnée du sommeil

    Cette vidéo permet de comprendre en quoi consiste le traitement de l’apnée du sommeil par pression positive. Le Dr Sapène présente les différents traitements disponibles. Un patient vous montre comment il utilise le dispositif médical de traitement par pression positive. Il partage son expérience et témoigne de l’apport de ce traitement sur sa qualité de vie.

    Lire la suite
  • Je vais suivre une thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

    La thérapie cognitivo-comportementale (TCC), ou thérapie comportementale et cognitive, est une psychothérapie brève apparue dans les années 1970. Elle a depuis prouvé son efficacité pour de nombreux troubles, comme les phobies, la dépression ou encore l’état de stress post-traumatique.

    Lire la suite
  • NASH : maigrir sur ordonnance

    Cette vidéo donne la parole à plusieurs personnes concernées par cette maladie qui, toutes, ont suivi le régime recommandé par leur hépatologue. Découvrez les résultats très efficaces de ces régimes sur la NASH.

    Lire la suite
  • Insuffisance rénale : comment ralentir la progression de ma maladie ?

    L’insuffisance rénale chronique peut évoluer très différemment selon le patient. Ralentir sa progression est possible en adaptant votre alimentation, en contrôlant les maladies associées, et en évitant les éléments qui peuvent être toxiques pour les reins comme certains médicaments.

    Lire la suite
  • Cancer de l’œsophage : je comprends mon traitement

    Le traitement du cancer de l’œsophage dépend de l’avancement de votre maladie et de votre état de santé. Il peut faire appel à une chirurgie, une radiothérapie et une chimiothérapie.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale