Le site du Docteur Abdelmalek OUGUERGOUZ

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Cancer du pancréas : je m'informe - Le site du Docteur Abdelmalek OUGUERGOUZ - Docvadis

Cancer du pancréas : je m'informe

Le cancer du pancréas est relativement rare et concerne généralement des hommes de plus de 65 ans. Il est important de consulter dès les premiers signes suspects.

Qu’est-ce qu’un cancer du pancréas ?

Le pancréas est un organe enfoui dans l’abdomen, derrière l’estomac et contre l’intestin, et traversé par de multiples vaisseaux sanguins et lymphatiques. Il mesure environ 15 centimètres de long avec trois parties nommées « tête », « corps » et « queue ». Le pancréas aide la digestion des graisses en produisant des enzymes digestives qui sont déversées dans l’intestin (fonction dite exocrine) et fabrique des molécules, appelées hormones pancréatiques, qui jouent notamment un rôle majeur dans la régulation du taux de sucre dans le sang (fonction dite endocrine).

La majorité des cancers du pancréas se développe à partir de cellules exocrines. Dans 9 cas sur 10, il s’agit d’un adénocarcinome. Nous ne parlerons pas ici des cancers issus des cellules endocrines (tumeurs neuro-endocrines) qui sont moins fréquents et sont traités de façon différente.

Cette illustration permet de localiser les organes proches du pancréas et de comprendre l’extension possible de ce cancer et la chirurgie envisagée.Cette illustration permet de localiser les organes proches du pancréas et de comprendre l’extension possible de ce cancer et la chirurgie envisagée.

 

Comment se manifeste un cancer du pancréas ?

Les signes ou les symptômes qui peuvent vous alerter sont :

  • Une coloration jaune de la peau, appelée jaunisse ou ictère.

  • Des urines foncées, des selles décolorées et des démangeaisons cutanées.

  • Des douleurs abdominales du côté gauche, des douleurs dorsales.

  • Un amaigrissement rapide.

D’autres signes sont parfois présents comme des vomissements, des diarrhées, un gonflement et des douleurs dans une jambe, indicatrices d’une phlébite.

Comment établit-on le diagnostic de cancer du pancréas ?

Le diagnostic est généralement établi par une imagerie médicale (échographie, échoendoscopie, IRM ou scanner) qui révèle la présence d’une tumeur.

Une analyse au microscope des cellules de la tumeur confirme ensuite leur nature cancéreuse. L’analyse des cellules est le plus souvent effectuée sur un échantillon de tissu (une biopsie) prélevé au cours d’une écho-endoscopie. Cet examen est réalisé sous anesthésie générale. Un anesthésiste prendra alors connaissance de vos antécédents médicaux et vous informera des risques lors d’une consultation pré-anesthésique. Si l’équipe médicale n’a aucun doute sur la nature cancéreuse de la tumeur et que celle-ci est opérable, l’analyse des cellules est effectuée sur la partie du pancréas retirée par le chirurgien.

Le médecin dresse ensuite un bilan de la maladie. Il utilise des techniques d’imagerie et éventuellement des résultats de biopsies pour établir si le cancer s’est étendu aux ganglions avoisinants ou vers d’autres organes (foie, péritoine, poumons, ganglions…) formant ainsi des métastases. Il déterminera ensuite le stade de votre cancer en fonction de son extension. Le stade 0 de la classification internationale TNM caractérise un cancer avec une tumeur très superficielle, sans atteinte ganglionnaire et sans métastase, et le stade IV, un cancer avec des métastases distantes du pancréas. La prise en charge médicale et le pronostic dépendront notamment de ce stade.

Votre médecin vous prescrira éventuellement un bilan sanguin afin de repérer certaines anomalies biologiques et un dosage des marqueurs tumoraux, molécules libérées par les cellules cancéreuses (ACE ou CA 19.9), qui peuvent avoir un intérêt dans le suivi de la maladie.

Quels sont les traitements possibles ?

Le traitement est décidé lors d’une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) qui réunit de nombreux praticiens intervenant dans le diagnostic et la prise en charge de votre maladie, et adapté en fonction du type de cancer, de son stade et de votre état de santé.

  • Chirurgie : l’ablation du pancréas (pancréatectomie) est envisagée lorsque le cancer est peu évolué localement, qu’il n’y a pas de métastases et que votre état de santé le permet. Le chirurgien adaptera la procédure en fonction de la zone atteinte. L’ablation peut être partielle ou exceptionnellement totale, complétée par une ablation d’autres organes proches (vésicule biliaire, partie de l’estomac ou de l’intestin, ganglions, rate…) et suivie, si nécessaire, d’une reconstruction pour rétablir la circulation digestive ou celle de la bile.
    L’opération est réalisée sous anesthésie générale. Un anesthésiste prendra connaissance au préalable de vos antécédents médicaux et chirurgicaux et vous informera des risques lors d’une consultation pré-anesthésique. L’intervention nécessite une hospitalisation de 2 à 3 semaines. Des complications peuvent survenir juste après l’intervention ou dans les semaines qui suivent (hémorragies, infection, fuite de liquide digestif…). Consultez en urgence si vous ressentez des douleurs ou êtes fiévreux.

  • Chimiothérapie et radiothérapie : La chimiothérapie cible la croissance de toutes les cellules cancéreuses tandis que la radiothérapie utilise des rayons qui ont une action localisée. Ces thérapies peuvent être envisagées à la suite d’une chirurgie pour détruire les éventuelles cellules cancéreuses résiduelles et diminuer le risque de récidive. Lorsque le cancer est inopérable, elles ont pour objectif de réduire la taille de la tumeur et son impact sur votre organisme. Parfois, elles rendent alors possible une intervention chirurgicale.

  • Thérapies ciblées : Plusieurs thérapies ciblées sont à l’étude pour le traitement du cancer du pancréas.

  • Pose de prothèses : Lorsque la tumeur ne peut pas être enlevée, elle peut exercer une pression sur le canal cholédoque qui conduit la bile ou bloquer le transit intestinal au niveau du duodénum. La pose de prothèse biliaire ou duodénale est alors nécessaire et se fait sous anesthésie générale, le plus souvent en utilisant un endoscope. Un anesthésiste vous informera des risques de l’anesthésie. Les complications de l’intervention sont peu fréquentes.

  • Traitement de la douleur : Des médicaments ou un traitement local (alcoolisation du plexus cœliaque, radiothérapie) sont susceptibles de soulager la douleur liée au cancer.

Quel sera mon suivi ?

Vous serez suivi régulièrement. Votre médecin prendra en charge les éventuelles conséquences de la maladie et des traitements (douleurs, fatigue, troubles alimentaires et digestifs, troubles psychologiques, diabète…). Il peut vous adresser à différents spécialistes : assistant social, diététicien, psychologue, spécialiste de la douleur. Il vous prescrira si nécessaire des extraits pancréatiques à avaler au moment des repas pour faciliter la digestion des aliments ou des compléments nutritionnels hypercaloriques si vous maigrissez de façon trop importante.

 

Le tabagisme est le principal facteur qui augmente la probabilité d’apparition d’un cancer du pancréas. Il multiplie par trois le risque.

Cabinet médical de marx dormoy

5 BD marx dormoy , 11200 LEZIGNAN CORBIERES, France

Contacts

Téléphone : 04 68 33 71 57
Fax : 04 68 33 71 57

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Le diabète, qu'est-ce que c'est ? (langue arabe)

    CETTE VIDEO EST EN LANGUE ARABE. Cette vidéo vous permet de comprendre ce qu’est le diabète au travers des explications données par le Dr Brinkane. Vous saurez qu’il existe 2 types de diabète et ce qui les caractérise. Vous prendrez conscience des complications nombreuses et graves de cette maladie, imposant une prise en charge et un suivi fidèle du traitement prescrit et des recommandations du médecin.

    Lire la suite
  • Je souffre d'algie vasculaire de la face

    L'algie vasculaire de la face est une céphalée différente de la migraine et moins fréquente. Elle se caractérise par des crises douloureuses situées toujours d'un seul côté de la face. Elle touche plus souvent l'homme que la femme.

    Lire la suite
  • Ma taille a diminué de 4 cm et on me parle d'ostéoporose

    L’ostéoporose est une maladie des os qui provoque une fragilité du squelette. Le diagnostic précoce est important car il permet d’en limiter les conséquences, et notamment le risque de fractures osseuses.

    Lire la suite
  • Je m'informe sur le virus Zika

    De plus en plus de zones sont touchées par le virus Zika à travers le monde. Si elle ne présente que peu de risque pour la plupart des personnes infectées, la maladie à virus Zika est préoccupante lorsqu’elle touche des femmes enceintes et pour de rares complications.

    Lire la suite
  • Maladie du foie, la cirrhose : un schéma pour comprendre

    Ce schéma permet de visualiser la déstructuration du foie lors d’une cirrhose et les principaux facteurs de risque d’une cirrhose sont illustrés de façon simple. Votre médecin pourra le commenter avec vous. Il vous permettra de mieux comprendre les explications et recommandations qui vous seront apportées pour optimiser votre prise en charge.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale