Le site du Docteur Abdelhafid RAHALI

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Cancer de l’œsophage : je comprends mon traitement - Le site du Docteur Abdelhafid RAHALI - Docvadis

Cancer de l’œsophage : je comprends mon traitement

Le traitement du cancer de l’œsophage dépend de l’avancement de votre maladie et de votre état de santé. Il peut faire appel à une chirurgie, une radiothérapie et une chimiothérapie.

Quels sont les traitements possibles du cancer de l’œsophage ?

Plusieurs traitements sont possibles :

  • Chirurgie : L’opération consiste à enlever l’œsophage (œsophagectomie) et à le remplacer par l’estomac ou lecôlon. L’ablation peut être partielle ou totale, est généralement accompagnée d’un retrait des ganglions environnants et parfois d’une partie de l’estomac. Elle est réalisée sous anesthésie générale. Un anesthésiste prendra connaissance de vos antécédents médicaux et vous informera des risques lors d’une consultation pré-anesthésique. De la même façon, le chirurgien expert vous informera des différentes modalités d’intervention et des complications éventuelles, lors d’une consultation préalable.

3 schémas pour savoir localiser les reins, puis découvrir sur un rein en coupe les éléments qui le constituent et enfin un effet loupe sur un néphron pour comprendre le rôle de filtration assuré par un rein. 

  • Chirurgie par endoscopie : Lorsqu’elle est petite, la tumeur peut être retirée à l’aide d’un long tube flexible appelé endoscope, grâce à l’utilisation d’outils par un canal opérateur. Cette technique limite généralement la durée de convalescence et les complications.

  • Radiothérapie et chimiothérapie : La radiothérapie utilise des rayons qui détruisent localement les cellules cancéreuses, tandis que la chimiothérapie recourt à des médicaments qui ciblent l’ensemble des cellules cancéreuses. Ces deux traitements sont parfois associés (on parle de radio-chimiothérapie) et peuvent être envisagés sans chirurgie, avant la chirurgie pour réduire la tumeur ou après celle-ci pour diminuer les risques de récidive.

  • Traitement des symptômes : Dans certains cas, le rétrécissement du conduit de l’œsophage par la tumeur empêche le passage des aliments. Le médecin vous proposera éventuellement une sonde d’alimentation (sans anesthésie), une gastrotomie perendoscopique ou radiologique, une jéjunostomie chirurgicale ou radiologique ou une prothèse œsophagienne. Ces interventions sont généralement effectuées sous anesthésie générale, lors de courtes hospitalisations (1 ou 2 jours). Des traitements (médicaments, radiothérapie) sont également envisagés en cas de douleur importante.

Comment le traitement est-il choisi ?

Les spécialistes qui participent au diagnostic et à la prise en charge de votre maladie proposeront au cours d’une réunion de concertation publique (RCP) un traitement qui tient compte du type de votre cancer, de son avancement (son stade) et de votre état de santé général. Le médecin qui assure votre prise en charge vous expliquera alors les différentes options de traitement. Vous serez donc à même de participer avec son aide au choix de la meilleure option thérapeutique pour vous.

Dois-je changer mes habitudes alimentaires ?

En cas d’œsophagectomie, vous devrez fractionner votre alimentation en plusieurs repas (5 ou 6) par jour et vous nourrir avec des aliments mixés pendant les semaines qui suivent l’opération. Mangez calmement, en mastiquant bien et en buvant régulièrement des petites quantités d’eau. Votre alimentation redeviendra progressivement normale au cours du temps et vous reprendrez du poids.

Si vous portez une prothèse œsophagienne, veillez à manger des aliments coupés finement et à mastiquer longuement. Evitez les végétaux fibreux. Buvez régulièrement au cours des repas, notamment de l’eau gazeuse. Terminez en buvant lentement un verre de boisson gazeuse et ne vous couchez pas immédiatement après. Consultez immédiatement un médecin s’il vous est impossible d’avaler.

Si nécessaire, consultez un diététicien-nutritionniste qui vous aidera à adopter de nouvelles habitudes alimentaires.

Quel sera mon suivi ?

Vous serez suivi régulièrement après votre traitement. Une consultation est généralement programmée tous les trois mois pendant les deuxpremières années, tous les six mois entre la deuxième et la cinquième année, puis annuellement. Votre médecin prendra en charge les éventuelles complications tardives liées au traitement et surveillera l’apparition éventuelle d’une récidive.

Consultez rapidement si vous perdez de nouveau du poids après vous être stabilisé, en cas de douleurs abdominales ou osseuses, de difficultés à avaler ou à respirer, de toux ou d’une modification de la voix.

Fumer et boire augmente le risque de second cancer. Le médecin vous proposera, si nécessaire, une consultation d’aide au sevrage tabagique et alcoolique.

CENTRE MEDICAL PASTEUR

13 rue Marchand , 91100 CORBEIL-ESSONNES, France

Contacts

Téléphone : 01 64 96 06 88

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • J'ai de l'asthme et je suis enceinte : ce que je dois savoir

    Sans que cela soit prévisible, l’asthme peut évoluer de trois manières différentes au cours de la grossesse : il s’améliore dans 1/3 des cas, il reste inchangé dans 1/3 des cas, il s’aggrave dans 1/3 des cas.

    Lire la suite
  • Diabète et nerfs

    L'excès de sucre dans le sang, en cas de diabète mal équilibré, peut entraîner des lésions de vos nerfs. Cette complication du diabète, longtemps discrète, impose la vigilance. Vous apprendrez à bien surveiller vos pieds s'ils deviennent insensibles. Une petite plaie peut entraîner une gangrène d'un orteil, et même du pied. Vous devez être examiné au moins une fois par an pour dépister et prévenir ces complications.

    Lire la suite
  • Je suis diabétique et je vais être ménopausée

    La ménopause est synonyme de modifications hormonales. Elle entraîne parfois une augmentation de votre diabète et une prise de poids, notamment au niveau de l’abdomen.

    Lire la suite
  • Je surveille l'évolution de mon diabète

    Bien contrôler votre diabète, c’est le connaître et le surveiller régulièrement afin d’éviter la survenue ou l’aggravation des complications de la maladie. C’est le suivi de votre diabète.

    Lire la suite
  • Je m’informe sur la créatinine et sa clairance

    Votre médecin suspecte une insuffisance rénale chronique, c’est-à-dire une diminution de votre fonction rénale. Pour poser le diagnostic et suivre l’évolution de la maladie, on mesure, entre autres, votre taux de créatinine et sa clairance.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale