Centre de Coordination en Cancérologie Guillaume
Les textes fondateurs du 3C - Centre de Coordination en Cancérologie Guillaume - Docvadis

Les textes fondateurs du 3C

Le Plan Cancer 2003-2007 (mesure 32) est à l’origine de la création des 3C. Afin d'accompagner la mise en place des 3C dans les établissements et sites de cancérologie, d'autres textes ont défini ses missions.

Plan cancer 2003 - 2007 : Mesure 32 : Identifier des Centres de Coordination en Cancérologie (3C) dans chaque établissement traitant des patients cancéreux.


Ces centres de coordination auront plusieurs missions :
• coordination médicale de la cancérologie au sein de l’établissement (ou du réseau), et en particulier des réunions
de concertation multidisciplinaire en cancérologie ;
• assurance qualité du programme personnalisé de soins pour chaque patient ;
• suivi individualisé des patients, en apportant une aide et un soutien dans la prise en charge ;
• suivi au sein de l’établissement de la mise en oeuvre du plan cancer, avec données chiffrées d’activité et de qualité.
Chaque patient pourra ainsi, soit directement, soit par l’intermédiaire de son médecin traitant, contacter le centre de coordination pour tout renseignement utile le concernant. L’identification d’un médecin référent sera recherchée dans le cadre des 3C, afin que les patients bénéficient d’un contact médical unique. De même, un contact patient, assuré par une association reconnue par l’hôpital sera recherché par les 3C. Le médecin référent et le contact patient doivent être identifiés sur le programme personnalisé de soins.

Circulaire du 22 février 2005 et ses annexes sur l’organisation des soins en cancérologie (Annexe 5) :

Le terme de 3C a vocation à se substituer à celui d’unité de coordination pluridisciplinaire en oncologie (UCPO).

Les 3 C seront de véritables cellules qualité opérationnelles, dont les missions sont de :
    1.  Mettre à disposition des médecins et des soignants les référentiels, thésaurus et protocoles validés et actualisés par le réseau régional et mettre en place l’audit interne de leur utilisation ;
    2.  S’assurer de :
    a)  La mise en oeuvre effective de la pluridisciplinarité en organisant et fédérant les RCP, ce qui implique un secrétariat et permet la :
    -  mise à disposition des fiches RCP ;
    -  gestion des RCP : enregistrement et/ou présentation du dossier de tous les malades en RCP qu’elle se déroule dans l’établissement ou entre plusieurs établissements ;
    -  circulation de l’information médicale : échanges de données et intégration au dossier communiquant de cancérologie ;
    -  réalisation d’audits internes pour vérifier l’enregistrement de tous les dossiers et l’adéquation des dossiers discutés en RCP.
    b)  La mise en place du dispositif d’annonce.
    c)  La remise à chaque patient du programme personnalisé de soins.
    3.  Pouvoir informer les patients, les orienter, aider à leur prise de rendez-vous voire obtenir des informations sur leur dossier médical. Cette fonction pourra aussi évoluer vers un suivi plus individualisé des parcours patients, intégrant les soins de support, les soins à domicile et la coordination avec les acteurs du réseau, ainsi que les relations avec les établissements membres du pôle régional pour permettre l’accès au recours. Des structures d’informations et de soutien des patients ont d’ores et déjà été intégrées au sein de certains établissements. A titre d’exemple la Ligue contre le cancer a défini le cahier des charges des espaces de rencontre et d’information (ERI).
    4.  Produire des informations sur les activités cancérologiques médico-chirurgicales et pharmaceutiques de l’établissement, qui s’appuieront notamment sur :
    -  les données d’activité PMSI ;
    -  les délais d’attente ;
    -  le suivi de l’utilisation des anticancéreux dans le cadre des bonnes pratiques ;
    -  l’accès aux soins de support ;
    -  l’accès aux essais cliniques et à l’innovation ;
    -  l’évaluation de la satisfaction des patients et des équipes soignantes.
Ces différents éléments seront formalisés par l’établissement sous forme d’objectifs chiffrés lui permettant de mesurer son évolution. Un rapport d’activité annuel standardisé permettra d’analyser les principaux paramètres de la cancérologie dans l’établissement. Il sera précisé par l’Institut national du cancer. Il sera transmis au réseau régional de cancérologie et entrera dans le tableau de bord régional de suivi du plan cancer, permettant à l’ARH et aux instances nationales, ministère de la santé et Institut national du cancer, de rendre compte de la mise en oeuvre du plan cancer.


Mode d’organisation :
Le terme de 3C recouvre une organisation nouvelle et des missions qualité ; à partir des objectifs attendus, l’organisation retenue relève de l’initiative de chaque établissement.
Le 3C pourra, comme cela a été précisé dans la circulaire, être :
    -  spécifique à un établissement ;
    -  ou commun à plusieurs établissements ;
    -  ou partagé au sein d’un réseau territorial.
Il pourra être mis en oeuvre dans une structure disposant de locaux dédiés, mais pourra dans certains cas être porté par une cellule ou un comité de cancérologie, selon la taille des établissements. L’organisation retenue et la réalisation des missions devront par contre faire l’objet d’une validation par la commission ou la conférence médicale.

Composition des 3C :
Ils peuvent ainsi être composés de façon variable et adaptés selon la taille, et l’implication des établissements dans la lutte contre le cancer.
A titre d’exemple ils peuvent comprendre des représentants de diverses disciplines : oncologie médicale et radiothérapie, chirurgie, spécialités d’organe, anatomo-pathologie, pharmacie, biologie, imagerie, radiologie interventionnelle, compétences en soins de support ainsi que paramédicaux.
Les 3C seront également ouverts aux médecins généralistes qui le souhaitent.
Ils devront prioritairement bénéficier de renforcement en personnels de secrétariat pour dégager du temps médical et soignant.

Circulaire DHOS/CNAMTS/INCa no 2007-357 du 25 septembre 2007 relative aux réseaux régionaux de cancérologie :

L’articulation entre le RRC et les 3C se réalise à travers :
- un travail de collaboration et d’échange qui se décline principalement sur les volets de la diffusion et de l’utilisation des référentiels régionaux, de l’organisation et du fonctionnement des RCP, de l’information des professionnels et des patients, de l’échanges de données et de leur intégration au DCC, d’informations sur les activités cancérologiques. Les 3C sont ainsi les interlocuteurs privilégiés du RRC ;
- un rôle d’animation des 3C par le RRC, en particulier dans le domaine de l’évaluation par le biais d’audits « qualité », par exemple sur l’utilisation des référentiels ou l’organisation des RCP. Dans ce domaine notamment, le RRC s’attachera à favoriser la communication et l’interfaçage entre les différents 3C de la région. Les missions des 3C ne peuvent être menées qu’en partenariat et en cohérence avec le RRC qui a une vision globale et transversale de la réalisation de leurs missions.
Deux points d’interface autour des RCP sont centraux pour la qualité des pratiques :
- l’application du critère de discussion des dossiers (les référentiels constituant ainsi le critère de discussion des dossiers en fonction de leur classement : standard ou non) ;
- l’organisation des RCP territoriales. En lien avec les 3C, qui en sont les responsables, le RRC s’assure de la bonne organisation des RCP territoriales, premiers niveaux de discussion des cas cliniques, et de leur adéquation aux recommandations.
Afin de limiter les déplacements des praticiens participant aux RCP, l’utilisation de la visioconférence doit être fortement encouragée.
Le réseau régional identifie l’ensemble des RCP et les répertorie sous forme d’un annuaire. Il porte cette information à la connaissance des professionnels de santé et des patients (cf. p. 6 « Information sur l’offre de soins régionale »).

 

Référentiel des 3C du RCA, octobre 2006

 

 Pour télécharger les documents, cliquez sur les liens suivants :

3C Guillaume

20 Avenue Capitaine Georges Guynemer,
14000 Caen, France

Contacts

  • Fixe : 02 31 78 59 89

Documents similaires

  • Organigramme

    Retrouvez l'organisation générale du 3C.

    Lire la suite
  • Annuaire des professionnels

    Vous trouverez dans ce tableau l'ensemble des professionnels de santé participant aux RCP du 3C Guillaume ainsi que leur numéro de téléphone.

    Lire la suite
  • Les missions

    L'association a pour objet d'assurer des missions d'assurance qualité et d'évaluation en cancérologie et notamment les suivantes :

    Lire la suite
  • Rapport d'activité 2017

    L'année 2017 a été marquée par la réalisation d'une évaluation régionale des RCP, l'ouverture d'essais cliniques dans les établissements, la mise en ligne de sites d'information pour les patients, l'utilisation du DCC en urologie.

    Lire la suite
  • Rapport d'activité 2018

    L'année 2018 a été marqué par un changement de présidence, le Dr Vincent Lucas succédant au Dr Jean-Pierre Desfachelles. La recherche clinique a évolué vers l'ouverture d'essais cliniques sur centre. N'oublions pas la fusion des régions !

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale